mercredi 25 mars 2020

ALEXANDRE MAJORCZYK

MUSIQUES EN ACROSTICHES

Recueil de poésies

Autoédition

Date de publication: février 2020

105 pages



C'est donc cela la poésie?
Décrire l'indescriptible?

Quelques mots, quelques notes m'ont accosté sur une rive comme un bois flotté .
Et jusqu'à la dernière page , j'ai psalmodié , le coeur pincé, une conspiration de mots dont je n'ai pu décrocher.
Un étrange vertige , l'extase , l'immensité, j'étais au bord de moi..

D'inflexions salutaires en intonations saccadées de musicalité..
Un troublant rendez vous avec des vers chastes ou endiablés parfois confinés dans le creux d'un imaginaire délétère.

Comment s'en extraire?
Comment vous dire que l'on chavire?

Là où chaque mot respire..
Le coeur palpite.

Quelque chose de moi dans l'ineffable de cet art a scellé une mélopée sans nom.
Un adagio ressuscité par un maestro des mots.
La beauté du verbe vient percer de décalé et de contrasté la part d'ombre et de lumière bizarrement méconnues en nous.
Irrationnellement, par impulsion, instinctivement les mots improvisés nous sont déposés en une belle prouesse poétique: l'acrostiche.

Qu'est ce qu 'un acrostiche en poésie?

C'est un poème dont les initiales des vers lues verticalement composent un mot , en l'occurence ici des noms de groupes et chanteurs chers à l'auteur.

Je tiens tout particulièrement à remercier Alexandre Majorczyk pour sa confiance mais également pour cette lecture de grande qualité.

Alexandre Majorczyk écrit de la poésie depuis son plus jeune âge.
Sa force d'inspiration est essentiellement puisée dans les recueils du dix  neuvième siècle.
Son premier recueil :
"Mes écueils de poésies" voit le jour en 2016 .
Puis Acrostiches en Musiques qu'il dédie à son  père Henri et où il compose avec ses deux amours :
Musique et Poésie.

Une couverture évocatrice , toute en originalité , qui donne le ton .
Un banc en noir et blanc cloué au sol dans une verdure contrastante , une partition qui swingue .
Un pouls qui devient tempo sur la croche de mon coeur et joue sa symphonie existentielle.

Un titre , l'osmose de deux passions sur la gamme de son imagination.


Que dire du style de l'auteur?

Plus fort que moi , une petite citation qui interpelle mon ressenti!

"En ouvrage de goût, en musique, en poésie, en peinture c'est le goût qui tient lieu de montre et celui qui n'en juge que par des règles en juge mal."
Voltaire

La poésie et moi nous sommes rencontrées dès que mes petits doigts ont su verbaliser et écrire ma pensée.
Autant dire que nous sommes très intimement liées.
Je dirais qu'elle est une preuve vivante de la vie!
L'imaginaire qui transforme le mot en symphonie, en oubli, en arme de survie.
Paradoxalement, je ne suis que rarement subjuguée en poésie.
Et je combustionne difficilement


Revenons en au style!

La versification est variée , elle est très insistante sur le sens des mots, néanmoins sonorités, musicalité et rimes sont superbement respectées.
Les poèmes sont dans leur majorité courts.
Pentamètres, hexamétres, octométres et décasyllabes se côtoient tout en intensité.
C'est d'ailleurs la visée du poème court.
Les poèmes sont très travaillés.
Un rythme effréné accompagne chaque vers.
L'alternance des rimes est justement exploitée ( rimes suffisantes, pauvres ou riches)
Le vocabulaire est très exigent , fascinant , certains mots outrepassent leur sens premier et usuel et confère au poème une pléiade d'images où le lecteur est invité à se perdre ou à se retrouver..
Dans un même temps, j'ajouterais que le vocabulaire choisi peut paraître barbare pour les non initiés .
Peut être un frein à la compréhension et par conséquent aux émotions.
Mais est il toujours besoin de comprendre pour ressentir?
Vous êtes seuls juges...
La prose est indéfinissable et nous entraîne dans une haute voltige.
Grande diversité dans les thèmes abordés donc aucune monotonie.

Un de mes préférés
"Kidnapper les rayons vermeils
Aux paradis écarlates.
Tarir le fantôme du soleil
Aux teintes délicates.
Taire l'énergie qui s'éveille
Omerta photopathe.
Noyer jusqu'aux stigmates
Incolores merveilles
Au fond d'une bouteille mate.."

J'espère par mes humbles mots avoir rendu toute la beauté de ce recueil qui est un grand coup de coeur .
Le talent est complet , la plume est imbibée et agrémentée de tout ce qui fait une vie.
Un flux de pensées ciselée dans la préciosité des choses.
Un véritable huis clos à une réalité parfois oppressante.

Encore merci Mr Majorczyk pour ce beau service presse.
Poétiquement vôtre...












.
















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

REPLIQUES STEPHAN CAILLETEAU ROMAN 226 PAGES AUX EDITIONS ST HONORE Le temps d'une vie.... On le porte dans sa chair et da...