samedi 29 août 2020

 INTERVIEW D'AUTEUR

STEPHAN CAILLETEAU

POUR SON ROMAN  :

REPLIQUES

AUX  EDITIONS  ST HONORE


VOYAGE AU BOUT D'UN LIVRE


Chacun porte en lui ses propres refuges.

Un miroir où l'on fait apparaître son propre éclat.

Dans le cours ordinaire des choses, dans la limpidité et le peu d'originalité dont nos vies sont souvent empreintes, existent un monde d'âmes insoupçonnées...

Tout a commencé , les yeux posés sur quelques lignes d'un résumé.

Percutée d'emblée, intriguée, il ne m'a pas fallu longtemps pour décider.

Ce livre semblait me dire....viens avec moi, je t'emmène au delà de ce que tu crois...

Livre en main, palpitante, je parcours les lignes avec une  splendide stupeur .

Mon avidité de lectrice trouve vite son exutoire .

J'aime quand dès les premières secondes une combinaison de ressentis inexpliqués vient créer un  court circuit de neurones affolées..

Quand on ne contrôle plus rien que l'adrénaline qui transfuse la moindre émotion.

Je découvre ainsi , Stephan Cailleteau et son premier roman.

L'auteur est discret mais divulgue avec force et conviction  le sujet de son roman.

Un roman kaléidoscope qui réfléchit tous un tas de reflets nouveaux.

De lumières rasantes en obscurités grandissantes, j'étais dans le ventre de l'existence.

"Une quête commence toujours par la chance du débutant et s'achève toujours par l'épreuve du conquérant."

Paulo Coelho


REPLIQUES est ton premier roman , original et puissant et par extension un succès assez vertigineux.

Comment l'idée a t-elle germée?e derrière ce miroir 

REPLIQUES  est un heureux dommage collatéral.

L'idée n'a pas été d'emblée d'écrire un roman mais de poser des mots dans des phases combinatoires qui me permettraient d'exprimer des sensation, des perceptions, des impressions.

Cela m' a amené très vite à imaginer ce gars seul sur l'Atlantique , posé en terrasse un dimanche d'hiver face à un soleil bas d'horizon , observant la vie passer à contre-jour.

Et puis les mots ont formé des phrases puis des paragraphes, sans idée , ni thème ni scénario précis , sans plan de base.


En  te lisant et sans te connître, j'ai eu cette sensation que certains des tourments de ton protagoniste Jean Kassina étaient aussi...un peu les tiens?

Impression confirmée?

Mon personnage principal est un homme tourmenté .

Un quinqua e pleine introspection qui arrive à une période sensible de sa vie.

Il admet en filigrane qu'il a été un privilégié , qu'il a certes vécu dans l'insouciance et l'hédonisme mais que ce monde a bel et bien son revers de médaille.

Regardez comme il est seul , et à quel point il va l'être de plus en plus.

Les tourments, les angoisses qui l'animent ont sans doute pris leur source dans certaines des miennes.

L'écriture est un révélateur , un miroir sans tain dans lequel vous , auteur , observez votre reflet et la personne qui se trouve derrière ce miroir , le lecteur, vous regarde sans que vous le sachiez.

Je pense qu'il y a toujours une part de soi même dans un personnage qu'il soit principal ou secondaire.

Par ailleurs, l'utilisation de la première personne m'a impliqué davantage émotionnellement , donc en toute honnêteté Jan Kassina est très proche de moi ou je suis très proche de lui , je ne sais exactement.


Différents sujets sont abordés dans ce roman.

A savoir

Un aspect initiatique

La maladie

La politique

Pourquoi avoir décidé de les regrouper?

Pourquoi eux?

As tu eu le souhait d'y insinuer un message fort pour chacun d'entre eux?


Les sujets abordés ,

L'aspect initiatique d'une trajectoire, la maladie, l'amour, la politique sont des thèmes centraux qui m'animent mais qui surtout me questionnent en permanence.

Ces thématiques vous mettent invariablement face à vous mêmes.

Elles sont omniprésentes dans nos vies, on n'y échappe pas.

Personne.

Elles sont des sources de joie , d'engagement , de réalisation de soi mais aussi des sujets de tourments , d'anxiété, de désarroi et de contrariété.

Il n'y a pas eu de ma part un choix conscient de les regrouper .

Je dirais plutôt avec le recul que ceci a constitué une sorte d'exutoire inconscient , une urgence d'expression , comme si ce roman pouvait être le dernier d'où peut être cette urgence de balayer large les reliefs de la vie.

J' ai suggéré des messages dans chacun de ces thèmes plus que je ne les ai revendiqués.

L'émotion, le sensitif guident ou plus exactement alimentent souvent mes conceptions, mes réflexions.

Je fonctionne beaucoup à ce carburant là.

Alors Jean Kassina , le pauvre a dû subir les affres de mes états d'âme.


Le temps d'une vie est un thème phare du livre .

Entre poussées d'existence , fatalité et résignation ..

Quelle est la part forte de la vie?

Quel sens donnerais tu à "l'espace vie"?


Le temps d'une vie estun thème fort du livre.

La part forte de la vie réside à mon sens dans son caractère fragile et éphémère.

En général, l'idée de la mort inéluctable au bout du compte devrait nous rendre plus attentifs à la vie.

Mais ce n'est pas toujours le cas parce que l'humain lorsqu'il est en quête d'absolu n'est pas toujours en mesure de percevoir la lumière à l'image de Jean Kassina.

Quand à la résignation ou la fatalité que tu évoques , je parlerais davantage quant à moi de lucidité.

Pour Jean et moi cette lucidité exacerbée , chevillée au corps et au coeur c'est notre"kryptonite".

Le sens que je donnerais à l'espace vie (j'aime bien cette notion là) ce serait de s'être réalisé soi même durant son existence .

Ce serait aussi d'avoir osé être soi même, avoir déboulonné le concept du fait social.

Parce que le fait social n'existe pas.

Cessons donc d'être seulement là où on nous attend.

Il y a urgence à nous départir du dictat du fait social, il faut absolument le désacraliser  alors seulement là , existe le véritable"espace vie".


Ton personnage Jean Kassina fait un choix particulier face à la maladie et à la mort.

Dans ce contexte , sa décision aurait t-elle pu être la tienne?

Si oui, pourquoi?


Jean Kassina  fait un choix devant la maladie et la mort.

Je ne préciserai pas ici lequel au cas où des lecteurs de cette interview souhaiteraient lire mon roman et en préserver toutes les surprises.

Je dirais simplement  que le choix qu'il fait correspond parfaitement à celui pour lequel j'aurais opté en de telles circonstances.

Cela ne fait aucun doute pour moi.

Le choix de Jean serait le mien dans cette situation.


Tu es cadre de santé , certaines scènes du roman ont elles été inspirées de ton expérience professionnelle?

Certaines scènes de mon roman ont pour décor l'univers hospitalier que je connais très bien .

J'ai moi même exercé en service neurochirurgie où j'ai rencontré des situations extraordinaires sur le pan humain.

Qu'elles se traduisent in-fine par des drames ou des conclusions heureuses.

Cette expérience professionnelle a sans doute influencé mon récit plus qu'elle ne l'a inspiré .

Je vais te faire ici une jolie révélation c'est surtout deux personnages qui m'ont inspiré , deux hommes qui existent vraiment.

Le Docteur José Guarnieri neurochirurgien et l'onco-psychologue Eric Dudoit.

Je leur rends ici encore une fois hommage et les remercie d'avoir accepté que j'utilise leur réelle identité.

Aujourd'hui l'un exerce encore au Havre et l'autre à la Timone à Marseille.


Quel est ton "modus operanti "d'écriture?


Comme je le disais en tout début d'interview , j'i posé des mots les uns derrière les autres au départ comme j'aurais projeté des couleurs sur une toile blanche.

Très vite, je me suis aperçu que ce couleurs commençaient à dessiner les contours d'un paysage ...alors j'ai foncé.

J'ai écrit"REPLIQUES" sans aucun plan , aucune trame.

J'imaginais les scènes , les réflexions , les personnages au fil du clavier.

Je ne savais jamais à l'avance ce que j'allais écrire le lendemain.

Je n'ai jamais eu aucun souci d'inspiration , les choses me viennent naturellement dès que j'écris.

C'est une chance , je l'avoue.

Pour autant , ceci produit aussi de l'inconfort dans l'écriture d'un roman.

On ne sait jamais si l'on pourra aller au bout , si à un moment l'on ne se précipitera pas dans une voie sans issue.

J'ai aimé travaillé comme ça.

C'est ue grande liberté même si je procède un peu différemment pour l'écriture de mon second roman.


Quelle phase d'écriture la plus euphorisante dans ton roman?

Il y en a eu deux.

La scène où Jean commet ce délit de fuite dans son rodéo nocturne complètement dingue et la scène de la salle de bain où Emma prend son bain en sa présence (on m'en parle souvent d'ailleurs)


Tu es édité aux Editions St Honoré

Peux tu nous raconter ton parcours jusque là?


Mon parcours est somme toute assez classique.

J'ai connu comme bon nombre d'entre nous des refus de ME concernant REPLIQUES avant d'être finalement édité aux Editions St Honoré de Paris.

J'en suis heureux et conscient du privilège qui m'a été accordé au travers la signature d'un contrat à compte d'éditeur.

Pour autant , je reviendrais frapper à la porte de grandes maisons d'éditions pour mon second roman.

Se faire éditer reste un parcours semé d'embûches , d'épreuves , de refus et donc de doutes.

Auteur(e)s surtout ne renoncez jamais!

Tout arrive.


Pour un premier roman tu as un style déjà prononcé , singulier et personnel.

Des influences littéraires peut être?

Mon auteur "classique" favori a toujours été Albert Camus.

Par la suite , les auteurs contemporains de romans qui m'ont influencés sont notamment 

Philippe Dijan, Alexandre Jardin, Françoise Bourdin , Laurent Gounelle, David Foenkinos, Delphine de Vignan  pour ne citer que ceux là..

Mais il y en aurait tellement d'autres...


Une anecdote d'écrivain peut être?

Le jour où j'ai reçu sur mon Twitter un selfie d'Alexandre Jardin tenant en main mon roman avec ce commentaire :

"Superbe roman une langue qui capture l'époque"

Magnifique moment.

Pourquoi ce titre "REPLIQUES"?

Ce titre s'est imposé  à la seconde où j'ai réalisé à quel point Jean Kassina  était malmené par la vie.

Une catastrophe en convoquait une autre dans un effet papillon désastreux et cela dans une fuite en avant que rien n personne ne pourrait plus freiner.

Le premier tremblement de terre symbolique sera connexe à la disparition d'Esther la compagne de son ami Marco.

Apartir de cet événement les drames s'enchaîneront comme des répliques sismiques incontrôlables.

Ce titre me paraît tellement évident aujourd'hui...


Un projet en gestation?

Je suis actuellement à l'écriture de mon second roman.

Je donne vie à de nouveaux personnages que j'aime déjà profondément...

Pour autant, Jean Kassina restera toujours là, pas loin , à côté de moi .

Comme un merveilleux compagnon de route.


Merci Stephan d'avoir pris le temps de répondre à ces questions;

On attends donc avec une impatience non dissimulée ce second roman.






.









lundi 24 août 2020

 SACHA STELLIE

DES CHRYSANTHEMES EN ETE

ROMAN  FICTION

210 PAGES

AUTOEDITION

SORTIE LE 29 AOUT 2020



Il est des livres qui vous  réaniment dès les premiers mots.

Une envie qui vous pénètre en profondeur d'user et d'abuser de cette once de liberté qui nous reste encore.

Il est des livres qui nous donnent envie de clamer les yeux fermés , de hurler contre cette satanée fatalité.

Il est des livres qui nous remettent du bon côté de la vie, là où on aurait toujours dû être.

Comment le lui écrire?

A chacun de ses livres que je découvre , c'est un supplément de vie qui vient  glapir dans le tréfonds de mon âme..

La préciosité de la vie et des êtres .

A chaque page que je tourne , c'est son monde qui dévore, qui fait trembler le mien.

Ses mots prolongent l'oeuvre de la vie , de nos vies , on serait même prêt à la traverser juste pour une de ses phrases.

Oui, c'est le dernier Sacha Stellie 

Des chrysanthèmes en été.

Que j'ai eu l'honneur de lire en avant première.

Dans ce gazouillis de vie, certaines rencontres nous rendent à nous mêmes.

Des rendez vous de la vie, des déclics fulgurants qui viennent planter toutes nos supposées évidences;

Ces rencontres là, sont des autopsies à vif.

" Une vraie rencontre , une rencontre décisive , c'est quelque chose qui ressemble au destin"

Dixit Tahar Ben Jelloun

Des fractures qui marquent le temps 

D'amour ou d'amitié , elles viennent souvent en ces instants où le soleil a oublié de briller.

Un rajustement d'équilibre..

Là où sont parties nos envies, nos rêves et là où ils reviennent miraculeusement sous forme d'intuitions.

On porte tous en nous des souvenirs inexpliqués , des fragments de vie que l'on a éjecté de nos pensées ou bien d'autres que nous avons chéris dans l'espoir de les revivre...une fois, juste une fois.

Incarcérées dans nos existences , ces rencontres s'imposent comme le nouvel air dans les poumons.

Ne pas les laisser filer, les serrer comme suspendue à une abîme.

Cabossée mais accrochée à elles, les vivre avec authenticité et infinité.

Nous sommes tous en exil et l'amour et l'amitié sont nos seuls bagages


UNE HISTOIRE

En pleine Provence, au pied des Dentelles de Montmirail , un étrange rendez vous via une missive va rassembler sept personnes qui ne se connaissent pas et totalement opposées voire incompatibles par leurs caractères

Elles vont devoir apprivoiser le présent, se réconcilier avec le passé et permettre l'avenir.

Terrence va fêter ses cinquante ans, 

C'est elle qui décide de réunir ces sept personnes qui on croisé un jour son chemin de vie et qui malgré les aléas existentiels ne l'ont plus jamais quitté.

Ni la distance , ni les événements n'ont eu raison de ce que chacune d'elles avait laissé en héritage.

Le temps avait infusé et libéré ses saveurs oubliées.

Une variété rare de souvenirs avait mûri dans son âme.

Terrence cette tornade de la vie , effrontée , entière et excessive .

Elle qui fuit les tiédeurs et les eaux croupissantes.

Elle, avec ses fragilités et son besoin récurrent de l'autre.

Elle et cette terrible humanité qu'elle pose sur les êtres en parfaite acceptation , sans éclats de préjugés.

Son regard débonnaire, débordant de tendresse , compréhensif.

Terrance  savait parfaitement ce qu'elle préparait , elle les connaissait si bien , elle les aimait tellement

Je ne vous en dévoilerais pas davantage car le plus beau, le plus fort reste à lire.

"L'idée ne m'est pas venue comme ça du jour au lendemain.

Elle a fait son chemin.

Doucement, avec le reste.

Ils comprendraient.

J'étais certaine qu'ils comprendraient.

C'est toujours lorsqu'on se retrouve face à soi même , au pied du mur , acculé , que l'on fait à la fois preuve d'irrationnalité et de clairvoyance .

C'est aussi étrange qu'antinomique , incompréhensible et inexplicable , douloureux et doux , presque rassurant.

Comme une évidence .

Une résonnance . Un gratitude.

Oui , c'est cela j'ai eu envie de remercier les jolies choses que cette existence avait placées sur mon chemin."


La vulnérabilité d'une poignée d'existences sous la plume magistrale et enveloppante de Sacha Stellie.

Un voyage immersif au coeur des paradoxes humains.

Mais pas seulement...

Le style est posé et je le reconnais immédiatement aux émotions instantanées qu'il me procure.

La force de l'auteur c'est l'accent humain qu'elle dépose sur chacun de ses mots.

Elle peut tour à tour jongler avec le raffiné et la minute qui suit avec un langage brusque et égrillard.

C'est dans les nuances que se révèle la vraie humanité

Dans ce roman , Sacha Stellie retranscrit parfaitement les ambivalences qui naissent entre les êtres sous couvert de certaines circonstances.

La construction du livre est très bien imaginée.

Ces portraits, ces photo, des chapitres courts mais remplis offrent une lecture addictive et fluide .

Un roman qui fait la part belle aux relations entre les êtres.

A tous ces petits riens qui nous animent.

A tous les éclopés de la vie que nous sommes si souvent.

Ce roman s'adresse à tous et à chacun comme un lien intime dont elle nous fait cadeau.

J'espère vous en avoir assez dit pour faire naître un coup de coeur mais pas assez pour que vous puissiez constater par vous mêmes l'étendue émotionnelle et talentueuse de l'auteur

Il n'y aura pas de bémols pour ce roman.

Vous me le concédez? (sourire)


A toi Sacha,

Qui sait si bien me faire pleurer à chaque fois

A  toi

Petite fée de l'humanité

A tes mots que tu habilles de ta pleine générosité

Je te dis merci d'exister.

Je crois que l 'on a tous un peu de toi en nous...




.

.

.



..

.


..




mercredi 19 août 2020

 LAURA EL MAKKI


LES SOEURS  BRONTE


LA FORCE D'EXISTER


EDITIONS 1018


250 PAGES



C'est avec une étrange douleur que je m'extirpe de cette lecture et que je laisse filer trois astres radieux.

Charlotte, Emily et Anne.

Une douce brûlure, un léger brisement creuse chacune de mes fibres.

Une vision de la littérature a encré profondément mes veines.

Ces trois destinées ont sans cesse ricoché , frappé mon âme , réceptacle existant mais encore ignorant de ce que j'attendais sans le savoir mais en l'espérant très fort.

Fébrilement, leurs mots, leurs écrits, leurs perceptions singulières et visionnaires; tout ces fragments de vie narrés m'ont marqué au fer rougi , m'ont condamné à une admiration endurée et exclusive.

J'ai ainsi pénétré, l'antre , le cloître de trois intimités .

Dans la pleine force de leurs vies , dans le bruissement de leurs romans , dans leurs résistances et dans leurs sobres enivrements.

Des paradoxes, des mêlées intérieures, le combat acharné pour la reconnaissance de la femme dans le monde misogyne de la littérature de l'époque

Toute une fresque austère et sombre qui les entoure, d'où pourtant elles feront jaillir un geyser de lumière.

Cette résignation devant la faucheuse qui rôde et qui arrache les êtres chers , la longue et difficile collaboration, cohabitation de la religion et de la littérature.

Elles sont tous ça..

Et bien davantage ..

Bannir les carcans et les idées étriquées.

Elever la passion et refuser les tiédeurs.

.Faire graviter les mots toujours plus haut, là où personne n'a osé ...



Les Bronté sont une famille britannique du dix neuvième siècle.

Au contact d'un père cultivé , les enfants développent une imagination spectaculaire à travers des écrits fantastiques et complexes.

Quatre enfants dans l'austérité et la solitude d'un presbytère du Yorkshire lévitant autour de l'omniprésence d'un père : Patrick Bronte auteur et vicaire protestant.


Comme le dit si bien l'auteur Laura El Makki:

"Comment ces jeunes femmes de condition modeste , sans relation , vont elles devenir des auteurs qui comptent?

Quel rôle tient leur frère Branwell , artiste raté dans cette fratrie à la fois soudée et rongée par les non dits?"



Ecrivaines et lectrices compulsives, elles révolutionnent leur époque en faisant de leurs plumes ...des épées.

Des remparts à l'oubli..




BRANWELL  BRONTE


Fils et génie maudit.


Souvent en arrière plan , malgré un génie éclatant , il s'évertue  à rendre la vie infernale à la famille par ses nombreuses frasques .

Peintre et écrivain , on se souvient du "Pillar Portrait".

Seul représentation des trois soeurs ensemble.

Le pilier de la toile a alors révélé ses secrets , dévoilant le faciès d Branwell.

Attiré par les figures sataniques et leader des jeux d'enfance avec ses soeurs , il vit à l'excès , dans la démesure et compromet alors toutes ses belles opportunités de percées artistiques.

Le poids de l'espoir paternel devient lourd à porter .

L'alcool et le jeu deviennent les nécessaires subterfuges àune vie à l'odeur mortifère.

Il f^t paraît il , l'inspiration des personnages de Mr Rochester dans Jane Eyre pour Charlotte et Mr Heathcliff dans les hauts de hurlevents pour Emily.

Les relations qu'il entretiendra avec ses soeurs sera à la fois fusionnelle et toxique.

A la frontière du réel et de l'imaginaire , il se perdra .

Il meurt à 31 ans de ses excès et de la tuberculose , jeune , comme il le souhaitait.



CHARLOTTE BRONTE


Charlotte est la force , le soutien , l'influence et l'audace de la familee.

Entière , énergique elle peut aussi se montrer cruelle et indifférente avec ses soeurs.

Pour elle l'écriture est viscérale  , c'est même s seule raison d'exister.

Peu investie dans ses différents emplois de gouvernantes et d'enseignantes , elle est contradiction et paradoxe.

Le besoin de découvrir le monde est très présent chez Charlotte mais partie plusieurs fois , elle finira toujours par revenir en terre natale comme toutes ses soeurs.

Charlotte possède une liberté d'expression assez cuisante pour l'époque.

Dénonciatrice, passionnée , brûlante , elle publiera ses premiers écrits sous un pseudonyme masculin;

CURRER BELL;

C'est elle qui rencontrera la plus belle réussite littéraire .


Ses romans mêlent subtilement fiction et réalité.

Elles dénoncent beaucoup de son vécu dans Jane Eyre., la plus célèbre de ses oeuvres.


Il y aura aussi:

- Le Professeur


-Shirley

Et

-Villette


Mais c'est avec Jane Eyre , qu'elle institue un nouvel archétype féminin à travers une passion violente entre une jeune file et un homme riche et sarcastique de loin son aîné;

Confrontation de milieux sociaux et dénonciations de certaines pratiques dans les orphelinats de l'époque.

Ce livre est un chef d'oeuvre dont je me suis abreuvé une grande partie de mon adolescence et grâce à qui j'ai affuté ma vision du sentiment.


Femme de lettres reconnue , elle se marie à Arthur Bell en 1854 alors qu'elle prépare un nouveau roman et meurt l'année suivante à l'âge de 38 ans.



EMILY BRONTE


Emily n'écriras qu'un roman

Les hauts de Hurlevents

Qui restera un classique de la littérature britannique pour sa noirceur et son étrangeté.

Roman magnifique et inoubliable.

Elle le publiera également sous un pseudonyme masculin: Acton Bell.

Emily est peu sociable et très attachée à sa lande sauvage .

C'est elle qui s'occupera le plus souvent des tâches ménagères et du bien être de la famille.

Elle aime les longues balades avec son chien Keeper.

Solitaire dans l'âme , elle a écrit aussi beaucoup de poésies.

Courageuse , compatissante avec les êtres , elle est intransigeante vis à vis d'elle même.

C''est elle qui veillera jusqu'à la fin sur son frère...

Phtisique, elle refusera de se soigner, pourquoi on ne le saura jamais..



ANNE BRONTE


Elle est la plus jolie et la plus fragile de ses soeurs.

Très pieuse , elle endura toutes ses épreuves avec dignité et sérénité.

Docile et douce , douée pour la poésie elle est aussi l'auteur de:

-Agnès Grey

-La locataire de Wildfell Hall


La gloire l'effleura , mais elle meurt à 29 ans de la tuberculose aussi.


Une hérédité divine , celle de l'écriture, des vies décimées par la maladie


Des interrogations, des incompréhensions, comme le dit l'auteur:

"Je continue de m'interroger sur le point de convergence de leurs regards dans le "Pillar Portrait"

Et sur bien d'autres choses, comment Charlotte a pu trahir la mémoire de ses soeurs?

Pourquoi Emily a-t-elle refusé de se soigner?

Est -ce qu'Anne parviendra un jour à la reconnaissance qu'elle mérite?

On peut chercher longtemps et se perdre dans les profondeurs;

Ou suivre le pas de ces femmes , faire un pacte avec l'imagination et vivre avec les livres;

Eux seuls, après tout , rendent la vie "impérissable " et à jamais "indestructible".



Laura El Makki  est biographe et productrice à France Inter , elle est également l'auteur de :

HENRI DAVID THOREAU

GALLIMARD

ET

UN ETE AVEC VICTOR HUGO

EDITIONS DES EQUATEURS



Sa plume est saisissante et puissante.

Une biographie de haute qualité.

Une lecture que je ne suis pas prête d'oublier....


dimanche 16 août 2020

NICOLAS VALLIER

DE CIRCONSTANCE

210 PAGES

ROMAN  POLICIER FEEL GOOD

AUTOEDITION



L'homme est souvent le pantin des circonstances.

Certaines rencontres sont de vraies détonateurs et décident de votre destin comme une main....sur ses ficelles.

Il est souvent amusant de voir l'engourdissement d'une vie  se muer en une énérgique frénésie.

Pétri de ses circonstances, l'homme apprend alors à se confronter à elles , non comme une sentence mais plutôt comme une délivrance.

Prendre conscience, qu'en dépit de ce qui nous est attribué , nous tenons dans nos mains les clés du possible.

Dévier les trajectoires, différer l'instant, cumuler les opportunités, le destin c'est aussi tout ce à quoi l'on ne s'attend pas..

Peut être doit on des choses aux circonstances ..

Nos ficelles bien qu'existantes peuvent être brusquer dans leur harmonieux balancement.

Parfois faut il simplement défaire les noeuds..

C'est dans ces circonstances même que l'homme surgit!

Circonstances coup de fouet , passagères, fragiles dans leurs certitudes mais audacieusement à exploiter!

Et si le comportement de l'homme dépendait davantage des circonstances que de ce qu'il a pu apprendre ou que de ce qui est écrit d'avance?

C'est dans ces circonstances, veuillez excuser la répétition mais elle est de circonstance!

Que je découvre le premier roman entre polar et feel good de Nicolas Vallier.

L'auteur a étudié la littérature britannique que j'affectionne particulièrement et dont le goût imprègne quelque peu l'histoire.

Il s'est ensuite laisser éconduire vers de rivages plus terre à terre , de rencontres inattendues , un peu à l'image de son protagoniste..

Comme le disait si justement Napoléon Bonaparte

"Le vrai caractère perce presque toujours dans les grandes circonstances."


RESUME

Nathaniel, fringuant quarantenaire vit à Paris oû il est responsable marketing dans une société spécialisée en lingerie fine et autres gadgets coquins.

Pas vraiment un choix pour Nathaniel qui subit un peu toutes ses vies.

Désillusionné par les promesses de la capitale et désireux  de suppléer un peu à la maussade attitude de son quotidien?, il s'inscrit dans une association "Moralis" en charge de redorer les valeurs obsolètes et oubliées.

Mais cela aussi....sans enthousiasme débordant!

Concrètement, plus qu'à attendre  un signe du destin qui ne va pas tarder à se manifester en la personne de Anna Marchall Borowski..

Rencontre hasardeuse sur un trottoir,  cette dame d'un certain âge va lui faire non pas des propositions indécentes comme on pourrait le croire mais néanmoins très séduisantes.

D'acquiescements en acquiescements, il va fuir la capitale pour poser ses valises en Alsace à la tête d'un grand hôtel le Saint James.

Une relation assez farfelue s'installe entre Anna et Nathaniel, tous deux se propulsant au meilleur d'eux mêmes.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là bien évidemment.

Une incroyable découverte un matin en secouant une couverture va précipiter Nathaniel dans une folle enquête..

Et c'est peu dire..

Mais là encore, c'est sans compter sur de nouvelles circonstances.

Nouvelle rencontre en la personne de Mary Hutchinson.

A vous de reconstituer le puzzle!

On souffre moins des aléas de la météo que des rebondissements dans ce roman!


LES PERSONNAGES

Un livre ne prend corps qu'à travers ses personnages.

Dans ce roman, les principaux protagoniste Nathaniel et Anna sont saisissants de vie 

Les psychologies sont saillantes et bien développées.

Personnages auxquels  on s'attache sans difficultés.

La relation entre nos deux protagonistes est piquante, pleine d'humour et parfois cinglantes dans leurs réparties.

Un duo parfois ambivalent , équivoque mais au final très complémentaire.

J' ai aussi  bien apprécié le personnage de Serguei ffrère  d'Anna au caractère bien trempé.

Les personnages secondaires sont moins attrayants mais nécessaires à l'aspect tournant de l'histoire.


L'INTRIGUE

Une intrigue assez bien ficellée  bien qu'un peu molle par moment.

La fin est bien préservée et il assez compliqué de la deviner.

J'ai eu la sensation d'évoluer dans un Agatha Christie bien édulcoré.

Le décor est bien planté et l'on s'y projette aisément.

Des heures souterraines avant  une fin élucidée.

J'ai eu l'image d'une atmosphère plus "british" qu'alsacienne"


LE TITRE

Un titre succint et énigmatique qui suscite curiosité et imaginaire

LA COUVERTURE

En adéquation avec l'histoire dont elle est une scène.

Un fond sobre et sombre supplanté d'une note de couleur ..

Les deux aspects du roman.

LA PLUME DE L'AUTEUR

Un style soigné et agréable.

Une plume rieuse et pleine d'accents qui permet un bon repérage des différentes connotations insufflées dans l'histoire.


J'AI AIME

La construction de l'histoire

Les personnages

L'ambiance choisie

Les phase d'humour

J'AI MOINS AIME

Un certain flegme dans le démarrage de l'histoire et dans les rebondissements.

Le début est par certains moments trop affublé de détails inutiles et un peu ennuyeux.

Ce qui relativise un peu l'enthousiasme de la lecture au moment où elle est le plus intéressante.

J' aurais souhaité une relation plus avancée et plus encadrée de Nathaniel et Mary.

Trop en arrière plan c'est dommage!


UN PASSAGE FAVORI

"Un chaton noir et gris s'était faufilé à travers les barreaux d'un vieux soupirail.

D'abord hésitant , à la manière toute naturelle d'un chat , il avait progressé de son pas léger jusqu'à disparaître totalement .

En soi cette scène n'avait rien d'insolite .

Les félins , curieux et chasseurs renoncent rarement à découvrir de nouveaux territoires.

La peur leur est étrangère.

Elle ne l'est pas pour les hommes.

Combien se glisseraient à travers les barreaux d'un vieux soupirail pour pénétrer dans une pièce sombre et humide , livrée à d'obscures puissances souterraines parmi lesquelles les forces cachées et et incontrôlables de notre inconscient?"

J'ai bien aimé la symbolique de ce passage , beau prélude à l'histoire.


Un roman patchwork où se tisse l'humour, l'énigme et plus en profondeur une vraie réflexion sur la vie.

Un beau moment de lecture original à déguster avec un bon thé Earl Grey..

Je n'ai pas pu m'extraire d'une ambiance légèrement british..

Peut être est ce juste mon imagination...








.





dimanche 9 août 2020

OLIVER KRAUQ

CHRONIQUES D'UNE AUTRE REALITE

PREMIERES ALTERATIONS

NOUVELLES FANTASTIQUES

138 PAGES

AUTOEDITION


Si la réalité n'était qu' une usurpatrice..

Si notre réalité n'était que la vision tronquée qui nous arrange , que nous composons pour supporter ou pour ignorer certains événements de notre vie.

Si elle n'était qu'un fard pour exister , une illusion perfide , complice pour se croire vivant.

Parfois menteuse et versatile, la réalité est aussi trompeuse que la chimère et nous donne souvent la berlue.

Se frayer des détours avec la vie , avec cette réalité supposée , réussir à s'abstraire de ce qu'elle nous présente en duperie , s'arracher à ce qu'elle nous force d'accepter..

Nous ne pouvons pas la modeler , mais nous pouvons néanmoins y trouver une certaine malléabilité nous autorisant à y entrevoir l'envers du miroir.

Apprendre à s'élever au dessus  de quelques représentations toutes établies , en n'omettant pas que cette même réalité est aussi la projection inconsciente de nos pensées et de nos états d'âme.

Créons notre propre réalité , ultime panacée à l'ensorcellement d'un monde formaté.

La vision de l'intuition.

La réalité ne serait elle qu'une vulgaire étiquette?

Une notion fluctuante , troublante et insaisissable?

Rares seraient ceux qui pensent qu'il existe une "autre dimension"?

Paul Auster disait:

"La réalité est un yo-yo , le changement est la seule constante."

Philippe K. Dick disait:

"La réalité n'est qu'un point de vue."


C'st avec cette thèse centrale que je découvre l'univers et la plume étrange et surnaturelle de Oliver Krauq.

L'auteur a de sensibles influences inspiratrices telles que ;

-Les frères Bogdanov

-Stephen King

-J.M.M Tolkien 

ou encore

-Edgar Allan Poe

CHRONIQUES D'UNE AUTRE REALITE  comporte treize nouvelles toutes aussi abracadabrantes les une que les autres.

Quelque lignes pour chacune d'elles afin d'éveiller votre curiosité à défaut de la forcer...


PARFUM DE FLEURS

Hervé Brunel jeune homme de trente huit ans est  en proie à un bien étrange malaise.

Il voit sa vie défiler d'une surprenante manière.

Flash back de souvenirs au travers de fragments de vie occultés .

Son mariage, sa rencontre avec la mystérieuse Olga..


SUJET 28

Flash a dix huit ans, livré à lui même , son quotidien , le vol à l' arraché d'objets numériques, qu'il revend par la suite.

Un jour, il tombe sur une dame de grande classe et lui dérobe sa tablette...

Une tablette au contenu ...inattendu...


L'ENTRETIEN

Judith a quarante huit ans , anxieuse et ne comptant plus ses années d'inactivité professionnelles.

Elle obtient enfin un entretien..

Elle est en est même le parfait profil...

Mais de quoi s'agit il?


TELE REALITE

Bill est chauffeur routier, n peu grossier personnage .

Un soir qu'il s'arrête dans un hôtel et regarde la télé , il fait une surprenante découverte qui va l'emmener loin dans la spirale de l'enfer.


EDGAR ET LE PHOTOMATON

Edgar est horloger et veuf de sa bien aimée Jeanne.

Une vie qu'il traîne comme une âme en peine depuis qu'elle est partie.

A côté de son horlogerie, un photomaton est planté là.

Guettant les va et viens, il est alors témoin de l'inconcevable...


SELFIE

Sylvie et Valérie sont des amies très complices .

Un jour alors que Sylvie fait défiler sur son téléphone , les selfies qu'elles on pris ensemble un phénomène incroyable lui saute aux yeux.

S' en suit une série d'événements horribles et incontrôlables ..


L'ACCIDENT

Johnny et Marlène mariés depuis dix sept ans se disputent sur la route avant que leur voiture ne finisse dans le fossé.

Des grognements au loin se font entendre et ils ne tardent pas à se retrouver face à un loup.

Sauvés par les coups de fusils de deux inconnus ?, ils vont assister à une scène pour le moins surréaliste..


LA PAGE BLANCHE

Fred est écrivain grand amateur de Simenon

Pour tenir la cadence il s'inflige des descentes alcoolisées quasi systématiques.

Un jour, en mal d'inspiration , il décide comme il le fait à chaque fois de rouler en voiture sans destination précise .

S'arrêtant dans un bar , il fait la connaissance d'une blonde sulfureuse.

Le coup de foudre est immédiat.

Alors qu'il la ramène chez elle, il est bien loin de douter de ce qui va suivre...


PANDEMIE

Wanda est infirmière enchaînant les heures de garde jusqu'à épuisement.

Hugo travaille dans la sécurisation et le cryptage de données.

Tout deux sont voisins et entretiennent une relation ambigue d'amour amitié.

Un jour en sortant de son travail il assiste à une scène d'effroi puis d'autres...

Le tout Paris est en proie à une violence inédite dont ils ignorent encore la cause.

Un soir, ils décident de mener leur petite enquête et ce qu'ils vont découvrir sera irréversible ...

L' horreur à l'état brut..


VODKA  TABASCO

Richard a vingt huit ans , il est surfeur et amateur de soirées arrosées.

Un soir où il était fortement imbibé, il fit une erreur fatale sana le savoir.

Le lendemain .il remarque chez lui d'étranges troubles de la vision...


LA TONDEUSE

Chris et Anne viennent de s'installer dans leur nouvelle maison.

Chris fait une mystérieuse constatation mais n'en parle pas de suite à sa femme.

A t-elle remarqué la même chose sans le lui dire?


LOST IN MOSCOU

Charles et Caroline sont un couple à la retraite et globe trotteur 

En voyage à Moscou , ils s'égarent en cherchant leur station de métro.

Demandant leur chemin à ce qui semblait être un policier , ils suivent la direction indiquée.

Ils se retrouvent alors devant une porte , qu'ils vont franchir et où le temps semble s'être arrêté..


THE THING

HOMMAGE A  JOHN CARPENTER

LE CAS PALMER


Enfermé et ligoté dans une étrange salle Palmer assiste à un jeu malsain et effroyable..

Puis vint son tour.




MON AVIS


L'AMBIANCE 

Chaque nouvelle s'accorde à une atmosphère différente

On serpente entre le terrifiant, l'angoissant , l'horreur et le génial!

Possession du mal, retour du refoulé , revenants coriaces , peurs intemporelles tout est là pour exhaler nos plus profondes terreurs.

Chaque nouvelle est sertie d'une intrigue de qualité , superbement imaginée et impossible à deviner..

On a la trouille , on flippe , on se ronge les ongles comme devant un bon film d'épouvante!


LA PLUME DE L'AUTEUR

Un style d'écriture moderne et mordant.

La plume insuffle très bien tout le contenu imaginaire.

Un style épuré au plus proche de l'oral rend la lecture immersive et addictive.

J'ai aussi beaucoup apprécié la symbolique de certaines nouvelles.


MES PREFEREES

Le parfum des fleurs

Edgar et le photomaton

Lost in Moscou

L'entretien


Une lecture dont j'ai aimé l'univers glauque et fantastique.

Une très belle découverte et l'irrrésistible envie de lire 

Le Tome 2

CRISTALLISATION







.



.








 

 

dimanche 2 août 2020

ISABELLE  MOROT- SIR

UN ANGE DANS MA VIE

ROMANCE FEEL GOOD

196 PAGES

AUTOEDITION


Toute personne a un ange dans sa vie.
On ne sait pas précisément où il se tient ni d'où il vient.
Un sourire séraphin vaut bien ce mystère.
Une promesse éclatante que peut être tout ira bien...
Un ange c'est le beau présent d'une vie que l'on oublie souvent d'ouvrir..
Est il un visage , une rencontre ou le fil béni d'un travail , d'un amour rendu visible?
La compagnie exquise suggérée par nos belles intentions , l'effet miroir dans lequel moire le suprême.
L'âme de notre âme?
Peu importe , nous ne sommes pas instruits de tout.
De son élan extraordinaire , il révèle notre ordinaire et le transforme.
Figure fugitive d'une clarté inexpliquée.
Le hasard n'existe pas , pas davantage que les rencontres fortuites.
Tout ce qui nous est destiné , ne saurait nous échapper.
Aléas , vicissitudes, tout ce que l'on vit construit pas à pas cette aura protectrice.
Les âmes préparent, complotent et se reconnaissent.

 C'est avec délicatesse et légèreté que je découvre l'univers de l'auteur.
Comme on dégusterait une barbe à papa ou une pomme d'amour..
Lecture ouatée que je vais vous rapporter.
Isabelle Morot-Sir est un "édifice" dans la grande famille de l'autoédition, c'est donc tout naturellement que je décide de découvrir sa plume.
Elle est entre autres l'auteure de:

-Unis pour la vie
approuvé par le gouvernement

-Sans peur et sans reproche

-Les carnets de Lou Anne
tome 1 et 2

- El Matador
Tome 1et 2

-A l'aube du soleil vert

Et le dernier à paraître le 13 août

- LE REFLET DU THE

Clairement, je ne suis pas une mordue de ce genre littéraire mais j'aspire parfois à l'égarement , j'aime parfois céder le passage à un arc en ciel.

Une petite balade de talent avec Victor Hugo avec cette petite citation qui fleurit le sujet du roman.

" L' amitié c'est être frère et soeur, deus âmes qui se touchent sans se confondre , les deux doigts de la main .
L' amour c'est être deux et n'être qu'un.
Un homme et une femme qui se fondent en un ange"


RESUME

Alexine est une jeune étudiante brillante.
Pleine de hardiesse , entre fraîcheur , douceur et fureur.
Généreuse et altruiste, elle s'applique à faire le bien en toute innocnce , elle est comme ça Alexine tout est une simple évidence dans son monde débarassé de toute mauvaise pensée , de tout calcul.
Ce qu'elle donne est résolument spontané et sans attentes.
Engagée et téméraire, c'est au sein d'une manifestation anti policière que son destin va lui tendre les bras.
L' ébauche d'un amour qui se rit bien de toutes les conventions sociales.
Pour autant rien n'est si simple.
Et rien n'est écrit d'avance..
Un amour à construire , à pleurer, l'audace d'un espoir malgré les revers de la vie.

LE TITRE

Un titre dénonciateur de bonheur.
Un ange..qui est il?
Moi j'en ai vu plusieurs..
Chacun accompagné de son regard..
Le mot "ange" mise en exergue de la symbolique du roman.


UNE COUVERTURE

Joliment arrangée et imaginée cette couverture!
L'élan joyeux d'une jeune fille devant l'horizon rosé qui se profile devant elle.
L'endroit est une scène du livre que je vous laisserais le soin de découvrir.


L'ATMOSPHERE DE L'HISTOIRE

Une ambiance où l'on barbote entre l'euphorie d'un amour naissant et les petites désillusions qui le font trébucher.
Des pics au coeur , du désir, du rire, des larmes..
Les essentiels ingrédients de la romance feel good.

LES SUJETS DE FOND

-L'amour à distance
-Les différences socio-professionnelles
-La valeur de la bonne intention

LES PERSONNAGES

Les personnages sont bien construits et fidèles à la romance.
Le personnage d'Alexine inonde la toile par sa vivacité et sa capacité à entraîner le lecteur dans ses tribulations.
Les autres personnages sont moins représentés et je ne m'y suis pas vraiment attachée


LA PLUME DE L'AUTEUR

La plume est simple, coulante et accessible aux lecteurs de tout âge.
Je n'ai cependant pas eu de coup de coeur pour le style, aucune phrase ne m'a sauté aux yeux.
Peut être trop édulcoré pour moi.


j' AI AIME

-La structure des chapitres sous forme d'épisodes, de petites séquences de vie.
C'est original et donne un regain de peps à l'histoire.
On a cette impression de commencer une nouvelle histoire à chaque chapitre.
-J'ai apprécié les anecdotes d'enfance contées par Alexine, de belles apartés qui viennent nous distraire du récit présent.
--Les rebondissements sont bien menés.
-L fin inattendue et digne d'une romance.

J'AI MOINS AIME
Certaines scènes sont un peu lassantes par la fréquence de répétition et le peu d'attrait qu'elles confèrent à l'histoire.
Les dialogues parfois très en manque de profondeur et trop fleur bleue.
Une histoire d'amour en manque de puissance pour moi mais c'est aussi le genre qui veut ça!


PASSAGE FAVORI

"Le moment était l'une de ces parenthèses où le temps semble suspendre son lent décompte.
A son tour, elle dézippa sa veste d'uniforme , souleva son tee-shirt, dévoilant un torse large , aux muscles saillants.
Sous sa main , il frémit d'un désir puissant , presque insoutenable.
Sans même chercher à résister , il l'a souleva , la plaquant contre l'énorme cheminée emportés tous deux dans un maelstrom d'émotions et de sensations qui n'avaient plus rien à voir avec ce qui les avaient conduits à Paris le matin même."


En conclusion , je dirais que ce fût un agréable moment de lecture.
J'ai décidément pas vraiment d'affinités avec la romance feel good.
Je me sens en fait, comme un papillon qui tourbillonne dans une bulle de verre sans jamais pouvoir en traverser l'univers
Mais les férus du genre vont pouvoir exulter!




.


l






  INTERVIEW D'AUTEUR FOISE COSSON POUR  SON ROMAN  IN EXECELSIS AUX EDITIONS ENCRE ROUGE Après la lecture de son roman , que j'avais...