dimanche 16 août 2020

NICOLAS VALLIER

DE CIRCONSTANCE

210 PAGES

ROMAN  POLICIER FEEL GOOD

AUTOEDITION



L'homme est souvent le pantin des circonstances.

Certaines rencontres sont de vraies détonateurs et décident de votre destin comme une main....sur ses ficelles.

Il est souvent amusant de voir l'engourdissement d'une vie  se muer en une énérgique frénésie.

Pétri de ses circonstances, l'homme apprend alors à se confronter à elles , non comme une sentence mais plutôt comme une délivrance.

Prendre conscience, qu'en dépit de ce qui nous est attribué , nous tenons dans nos mains les clés du possible.

Dévier les trajectoires, différer l'instant, cumuler les opportunités, le destin c'est aussi tout ce à quoi l'on ne s'attend pas..

Peut être doit on des choses aux circonstances ..

Nos ficelles bien qu'existantes peuvent être brusquer dans leur harmonieux balancement.

Parfois faut il simplement défaire les noeuds..

C'est dans ces circonstances même que l'homme surgit!

Circonstances coup de fouet , passagères, fragiles dans leurs certitudes mais audacieusement à exploiter!

Et si le comportement de l'homme dépendait davantage des circonstances que de ce qu'il a pu apprendre ou que de ce qui est écrit d'avance?

C'est dans ces circonstances, veuillez excuser la répétition mais elle est de circonstance!

Que je découvre le premier roman entre polar et feel good de Nicolas Vallier.

L'auteur a étudié la littérature britannique que j'affectionne particulièrement et dont le goût imprègne quelque peu l'histoire.

Il s'est ensuite laisser éconduire vers de rivages plus terre à terre , de rencontres inattendues , un peu à l'image de son protagoniste..

Comme le disait si justement Napoléon Bonaparte

"Le vrai caractère perce presque toujours dans les grandes circonstances."


RESUME

Nathaniel, fringuant quarantenaire vit à Paris oû il est responsable marketing dans une société spécialisée en lingerie fine et autres gadgets coquins.

Pas vraiment un choix pour Nathaniel qui subit un peu toutes ses vies.

Désillusionné par les promesses de la capitale et désireux  de suppléer un peu à la maussade attitude de son quotidien?, il s'inscrit dans une association "Moralis" en charge de redorer les valeurs obsolètes et oubliées.

Mais cela aussi....sans enthousiasme débordant!

Concrètement, plus qu'à attendre  un signe du destin qui ne va pas tarder à se manifester en la personne de Anna Marchall Borowski..

Rencontre hasardeuse sur un trottoir,  cette dame d'un certain âge va lui faire non pas des propositions indécentes comme on pourrait le croire mais néanmoins très séduisantes.

D'acquiescements en acquiescements, il va fuir la capitale pour poser ses valises en Alsace à la tête d'un grand hôtel le Saint James.

Une relation assez farfelue s'installe entre Anna et Nathaniel, tous deux se propulsant au meilleur d'eux mêmes.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là bien évidemment.

Une incroyable découverte un matin en secouant une couverture va précipiter Nathaniel dans une folle enquête..

Et c'est peu dire..

Mais là encore, c'est sans compter sur de nouvelles circonstances.

Nouvelle rencontre en la personne de Mary Hutchinson.

A vous de reconstituer le puzzle!

On souffre moins des aléas de la météo que des rebondissements dans ce roman!


LES PERSONNAGES

Un livre ne prend corps qu'à travers ses personnages.

Dans ce roman, les principaux protagoniste Nathaniel et Anna sont saisissants de vie 

Les psychologies sont saillantes et bien développées.

Personnages auxquels  on s'attache sans difficultés.

La relation entre nos deux protagonistes est piquante, pleine d'humour et parfois cinglantes dans leurs réparties.

Un duo parfois ambivalent , équivoque mais au final très complémentaire.

J' ai aussi  bien apprécié le personnage de Serguei ffrère  d'Anna au caractère bien trempé.

Les personnages secondaires sont moins attrayants mais nécessaires à l'aspect tournant de l'histoire.


L'INTRIGUE

Une intrigue assez bien ficellée  bien qu'un peu molle par moment.

La fin est bien préservée et il assez compliqué de la deviner.

J'ai eu la sensation d'évoluer dans un Agatha Christie bien édulcoré.

Le décor est bien planté et l'on s'y projette aisément.

Des heures souterraines avant  une fin élucidée.

J'ai eu l'image d'une atmosphère plus "british" qu'alsacienne"


LE TITRE

Un titre succint et énigmatique qui suscite curiosité et imaginaire

LA COUVERTURE

En adéquation avec l'histoire dont elle est une scène.

Un fond sobre et sombre supplanté d'une note de couleur ..

Les deux aspects du roman.

LA PLUME DE L'AUTEUR

Un style soigné et agréable.

Une plume rieuse et pleine d'accents qui permet un bon repérage des différentes connotations insufflées dans l'histoire.


J'AI AIME

La construction de l'histoire

Les personnages

L'ambiance choisie

Les phase d'humour

J'AI MOINS AIME

Un certain flegme dans le démarrage de l'histoire et dans les rebondissements.

Le début est par certains moments trop affublé de détails inutiles et un peu ennuyeux.

Ce qui relativise un peu l'enthousiasme de la lecture au moment où elle est le plus intéressante.

J' aurais souhaité une relation plus avancée et plus encadrée de Nathaniel et Mary.

Trop en arrière plan c'est dommage!


UN PASSAGE FAVORI

"Un chaton noir et gris s'était faufilé à travers les barreaux d'un vieux soupirail.

D'abord hésitant , à la manière toute naturelle d'un chat , il avait progressé de son pas léger jusqu'à disparaître totalement .

En soi cette scène n'avait rien d'insolite .

Les félins , curieux et chasseurs renoncent rarement à découvrir de nouveaux territoires.

La peur leur est étrangère.

Elle ne l'est pas pour les hommes.

Combien se glisseraient à travers les barreaux d'un vieux soupirail pour pénétrer dans une pièce sombre et humide , livrée à d'obscures puissances souterraines parmi lesquelles les forces cachées et et incontrôlables de notre inconscient?"

J'ai bien aimé la symbolique de ce passage , beau prélude à l'histoire.


Un roman patchwork où se tisse l'humour, l'énigme et plus en profondeur une vraie réflexion sur la vie.

Un beau moment de lecture original à déguster avec un bon thé Earl Grey..

Je n'ai pas pu m'extraire d'une ambiance légèrement british..

Peut être est ce juste mon imagination...








.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  JEAN CLAUDE MICHOT MARTHE,INSTITUTRICE  ET FILLE MERE ROMAN  AUTOEDITE INSPIRE D'UNE HISTOIRE VRAIE 199 PAGES On dirait un film... Oui...