mardi 22 novembre 2022

 THOMAS HARDY

UNE FEMME D'IMAGINATION ET AUTRES CONTES

151 PAGES

RECUEIL DE NOUVELLES



En inconditionnelle amoureuse de l'écriture anglaise, honte à moi, je n'avais encore rien lu du monument littéraire que fût Thomas Hardy. C'est avec ce recueil de contes que je décide enfin de faire mon mea culpa.

C'est alors un véritable coup de foudre littéraire, je découvre une prose inédite, puissante , fabuleuse et presque hypnotique. Des reflux poétiques aux regains de sublimes noirceurs , un suspens déstabilisant conté au travers d'histoires tout à fait ordinaires. Il faut savoir que l'auteur de "Tess d'Uberville" et de "Jude l'Obscur" a été proposé vingt-cinq fois pour le prix Nobel de littérature en vingt-six ans mais successivement rejeté pour son oeuvre jugée trop pessimiste.

Mais come le disait Arnold Bennett: "Le pessimisme , quand on s'y habitue est tout aussi agréable que l'optimisme."

Vous en serez les seuls juges..

Au travers ce recueil de nouvelles, ce sont les âmes féminines et leur condition sociale que l'auteur de sa plume mélancolique dépeint de son cinglant défaitisme. N' attendez point de fin heureuse, mais plutôt des destins de désolation, de fatalité accablante et de taciturnité ambiante quand ce n'est pas de la malédiction.

Quatre nouvelles, quatre femmes dans la tourmente..

- Le hussard mélancolique de la Légion germanique

L'amour impossible de Phyllis pour un soldat étranger..

-Le véto du fils

L'amour contrarié de Sophy qui jusqu'à sa mort attendit que son fils dise oui..

-Le violoneux des contredanses

L'amour ensorcelé de Caroline pour un violoniste de village..

-Une femme d'imagination

L'amour d'Ella pour les mots d'un poète qu'elle ne verra jamais..

De la morosité. certes, mais pas seulement, le point d'orgue de ces nouvelles est l'envoûtante imagination de la femme à cimenter les liaisons improbables, audacieuses , sombres et hasardeuses ou totalement imaginaires. Cette puissance créatrice reflet bien souvent de frustrations ignorantes et aliénantes de la société de l'époque où règnent en maîtres absolus les convenances, les apparences et la rigidité morale. 

Il faut savoir aussi que toutes les histoires de Thomas Hardy ont lieu dans son "royaume littéraire" le "wessex" du nom de l'ancien royaume des Saxons de l'Ouest, région fictive regroupant le Dorset et les comtés voisins.

Charmée et littéralement  séduite je fus par ce talent de conteur et cette finesse incroyable de la description

Une plume rare et élégante . la littérature britannique, vivier éternel d'écrivains merveilleux et inoubliables dans cette époque adorée du dix-neuvième siècle.

PASSAGE

"Pour qui la regardait par derrière , la chevelure châtain était un prodige et un mystère . Sous le castor sombre surmonté de son aigrette de plumes noires , les longues boucles nattées , torsadées , roulottées comme les joncs d'un panier constituaient un exemple rare , presque primitif d'ingéniosité artistique .

Qu'un tel ouvrage d'entrelacements et d'enroulements fût façonner pour demeurer en l'état une année entière ou à la rigueur tout un mois de calendrier , cela pouvait se comprendre ; mais que l'échafaudage fût régulièrement démoli à l'heure du coucher , au bout d'une unique journée , paraissait un gaspillage inconsidéré de savoir -faire. C'était une jeune femme infirme assise dans un fauteuil roulant qu'on avait véhiculé devant une haie vive tout près d'un kiosque à musique où se déroulait un concert par un tiède après-midi de juin."

Le  véto du fils

La nouvelle que j'ai préféré..























mercredi 16 novembre 2022

 MIRELLE HDB

PRENDS SOIN DES ETOILES

ROMAN INITIATIQUE

233 PAGES

AUTOEDITION



"Du chaos naît une étoile" disait Charlie Chaplin

Dans la nuit la plus sombre, les étoiles réfléchissent la constance, constellent l'espérance, comme l'éclat d'un clair de lune capturé dans le miroir de l'eau. La beauté du ciel est dans les étoiles , la nuit a besoin d'étoiles, elles sont le rappel des mortels , le ballet insaisissable de l'essence du voyage. Sois l'étoile qui file vers sa destinée , sois celle qui prends soin de nos astres disparus. On ne les voit pas toujours, elles n'ont pas toujours le même éclat, mais elles sont toujours là. Chacun dispose de sa lumière dans l'adversité.

Les plus belles années d'une vie sont-elles celles où l'on croyait détenir avec certitude un bonheur presque éternel et acquis ou sont-elles celles qui survivent à cette cruelle désillusion? La reconstruction est-elle une réconciliation avec cette idée floutée du bonheur où la lucidité ne serait plus une blessure mais l'éveil d'un perpétuel enchantement? La vie nous ballote, nous effiloche et contre ça aucun miracle . La guérison est l'apanage du temps, de nos introspections et de nos capacités de résilience.

Nous devons accepter de ne pas tout comprendre pour pouvoir vivre en paix avec nos malheurs. Oui même avec eux il faudrait pouvoir vivre en paix! Accepter profondément et en pleine conscience ce qu'on ne peut changer de notre passé. Pardonner, se pardonner nos seuls garde-fou. Il n'existe pas de baromètre dans la souffrance , chacun l'expérimente à sa seule manière , à sa seule sensibilité.

Rester? S'enfuir? 

La réponse est en nous. S'écouter, suivre son intuition, son énergie, respecter son chemin de vie dans la bienveillance et l'indulgence autant de belles promesses pour avancer.

Aujourd'hui, je vous présente le premier roman de Mirelle HDB que je découvre, jusque là je n'avis lu d'elle que des nouvelles et de la poésie. Sa plume sensible m'avait déjà beaucoup séduite. Un mélange atypique poétique et futuriste. Une auteure discrète qui diffuse dans ses écrits une intense lumière.


Je vous parle de l'histoire..

Ilsa est une jeune avocate qui fût un temps , avait absolument tout pour être heureuse. Vous savez cette réussite basée sur une playlist de choses à réaliser pour être considérée et digne de cette société. Puis un jour, elle vit un drame, le drame de sa vie celui qui va à jamais chambouler son existence et sa vision du monde. Elle abandonne tout, travail , amis et sécurité. Du jour au lendemain , elle va sillonner en terres inconnues, Russie, Allemagne , Canada . "Un road trip émotionnel" qui va la conduire au fond d'elle même, un périple où les rencontres , les leçons de vie , vont façonner une existence , une personne nouvelle. Car nul n'est complet qu'en lui même..


Une écriture fluide et intimiste , un récit qui nous emporte dans les tourments et les tempêtes de la vie.

Toute une pléiade de personnages sont à découvrir, ils sont drôles , atypiques ou encore très touchants. Grande réussite de ce roman.!  Et puis la déferlante des paysages et des situations font de cette lecture un moment plein de dépaysement , d'égarement , de rebondissements  Une quête de soi joyeusement menée. Le concept de résilience est bien abordé mais j'ai trouvé qu'il manquait à certains moments , de profondeur. L'action a pris le pas sur l'introspection et la réflexion . Il manquait ce relief émotionnel à mon goût. L' histoire est très bien imaginée et j'ai passé un très beau moment de lecture.

J' ai adoré ce titre..il m'a intimement parlé..

Et puis vous regarderez cette couverture travaillée et originale en parfaite harmonie avec son histoire.

Pour l'heure, je vous laisse prendre soin de vos étoiles..

Et je vous joins cette citation choisie par l'auteure

" Le seul vrai voyage est celui qui nous conduit au plus profond de nous-mêmes."

Rainer Maria Rilke






 































lundi 24 octobre 2022

 STEFAN ZWEIG

LETTRE D'UNE INCONNUE

NOUVELLE

80 PAGES

EDITIONS FOLIO


Une lettre troublante, ultime confession , sous le sceau du secret, un râle d'amour.

Comme une rose qui tombe sous un vent trop fort , comme une émouvante révérence , comme une âme épinglée dans l'ascension du chagrin , elle se souvient..

Les souvenirs ondoient , même pas floutés par le temps qui passe , même pas dénués de toutes leurs forces émotionnelles, sur ce papier de misère , son secret elle ne cherche plus à taire. Sa plume divague sur le galbe lisse et insensé de cette douleur délirante , presque irréelle. Dans son requiem de dévotions où chaque intention carillonne , où l'âme rode encore, où elle maraude encore ses dernières forces, elle est là, debout dans l'ombre , dans sa main, le glaive de sa dernière nuit. Un huis clos final , la révélation salvatrice de ses derniers instants, d'une vie dédiée à l'amour et au secret. 

A la frontière de l'émerveillement et de l'hébétement, je me suis posée ..

Amour inconditionnel, fusionnel, presque utopique, platonique , j'ai lu sa force d'aimer. Une telle fureur, une telle constance, une telle abnégation, cet amour capitonné dans l'éphémère, dans l'imaginaire m'a littéralement bouleversé. On y croit ou pas, la question n'est pas là. La puissance narrative de Stefan Zweig, son analyse impressionnante des sentiments sont bien au-delà de toute position existentielle. Je me suis extirpée de cette lecture, époustouflée, presque décimée de ces sentiments tièdes et sans certitudes que l'on se prête quand on croit aimer. On a du mal à imaginer que cette lettre n'est pas celle d'une femme devant cette sincérité exacerbée , cette ivresse inexorablement féminine, ce coeur dépourvu de toute rancoeur. 

L'HISTOIRE

Une jeune femme dans une situation tragique écrit à l'homme qu'elle a aimé passionnément depuis l'enfance, pour lui rappeler son histoire. De leurs trois nuits d'amour est né un enfant qu'elle a élevé seule . Elle cherche à renouer le fil de leur relation . Mais son ancien amant est un brillant séducteur , un écrivain qui jouit égoistement  des plaisirs de la vie. Pour lui, elle n'est qu'une femme parmi d'autres, pour elle , il est tout.

Cette nouvelle a été publiée en 1922, c'est l'histoire d'une obsession amoureuse aux accents de modernité, secret de succès et de longévité des oeuvres de Stefan Zweig.

EXTRAIT

" Les mains tremblantes , il reposa la lettre. Puis il réfléchit longuement. Un souvenir embrouillé remonta à la surface, celui d'une petite voisine , d'une jeune fille , d'une femme rencontrée dans un cabaret , mais ce n'était qu'un souvenir vague et confus , comme une pierre qui scintille sans forme au fond d'une eau courante. Des ombres affluèrent , refluèrent mais aucune image ne s'en dégagea . Il avait des souvenirs de sentiment et pourtant ne se souvenait pas . Son regard tomba alors sur le vase bleu posé devant lui sur le bureau . Il était vide , vide pour la première fois depuis des années le jour de son anniversaire. Un frisson de peur le parcourut : il sembla qu'une porte invisible s'était soudain ouverte et qu'un courant d'air froid venu d'un autre monde s'engouffrait dans l'espace paisible où il se trouvait. Il sentit une mort , il sentit un amour immortel , quelque chose se mit en mouvement au plus profond de son âme et il pensa à l'invisible , sans l'incarner et passionnément , comme une musique lointaine."




lundi 10 octobre 2022

 ALEXANDRE PAGE

UNE VIE D'ARTISTES

ROMAN SENTIMENTAL, HISTORIQUE

353 PAGES


" Je savourais la manière pudique dont elle mettait sa main devant sa bouche souriante , je voyais des Raphaël à chaque mouvement de ses grands yeux , grands comme ceux d'un enfant émerveillé, je devinais dans la courbe de sa poitrine les rires essoufflés sous la dentelle tremblante . Elle était le le chef-d'oeuvre  de mon petit musée , musée palpitant , plein de sève, que ne couvrait ni la poussière ni l'engourdissement des années."

Si j'aime cet extrait, ces mots, cette image?

Oh! si peu..

L'art extrême de la séduction , c'est donner l'illusion de n'être point dans la séduction.

L'art, l'amour profond, le jeu de la séduction, toutes ces expressions , tous ces prétextes qui  rendent plus vivants, qui font plus belle, la vie réelle, qui font éclater les étoiles , soulèvent les coeurs de leur brouillard couchant. Envoûtantes vapeurs qui entourent les esprits fumants en esprits luisants. Car n'existe mieux , que ce qui est regardé. C'est décidément très grisant de découvrir les maintes finesses et les diverses habilités de certains auteurs.

Bienvenue cher lecteur , dans l'univers délicatement désuet et gorgé de charme du roman d'Alexandre Page.

"Une vie d'artistes"

Les douces réminiscences des amours tendres, sensuels et pudiques à la fois , profonds et maladroits d'autrefois. Bienvenue dans le monde de l'art , celui qui célèbre le rare , la beauté , la pureté et le sublime. Celui qui tire les ficelles des sensibilités et attise les ambitions les plus ardentes et parfois quoi qu'il en coûte. L'amour, l'art, les cités idéales de nos réflexions et de nos représentations

Alexandre Page dont on ignore rien des dispositions poétiques , nous emmène dans ce nouveau roman au coeur  de l'amour candide , galant et plein de dévotion, de celui qui sauve et guérit, qui s'enveloppe de retenue , de fins frissons , d'émois à deviner et d'envies à prolonger. Et quand l'amour s'en mêle , c'est l'inspiration éternelle de l'art.

Je vous raconte enfin l'histoire!

Philéas Chasselat  est un peintre qui connut ses heures de gloire mais qui désormais a l'inspiration farceuse. Les poches bien évidemment se vident et c'est très souvent qu'esseulé , autour d'un verre de cognac, il noie sa mélancolie gettante. Mais comme la vie est un long événement imprévu, il va rencontrer Clémence Soyer, jeune artiste ambitieuse bien qu'encore dans l'anonymat. De cet amour naissant et grandissant va alors se jouer la renaissance de Philéas. Dans ce Paris fiévreux et tumultueux ils vont alors se prêter à un jeu dangereux..

Le jeu en vaudra t-il la chandelle?

Mais souvent quand vient la gloire, s'en va la mémoire dit un célèbre dicton français..

Dire que j'ai aimé serait un euphémisme , j'ai été baigné dans le charme suranné de cette belle époque.

Dans ce décor joliment posé , j'ai flirté avec l'histoire , là où le romantisme de chaque femme sommeille. En vain ai-je lutté pour y demeurer..

Les protagonistes sont subtilement esquissés dans leurs psychologies mais tout à fait inconnus dans certaines de leurs réactions , ce qui donne un piquant certain à la lecture, je n'étais sûre de rien.

Le récit est fluide et élégant , j'ai découvert un auteur assez connaisseur de la psychologie féminine.

Une lecture très agréable, qui invite à la délicatesse de l'intimité amoureuse où tout est suggéré plutôt que dévoilé. Mais au-delà de cette ambiance de savoir vivre et de savoir aimer, c'est tout une fresque sur la société de l'époque, la place de la femme dans le monde artistique, les préjugés, les libertés et l'enfermement artistique réfractaire à l'innovation et à l'émancipation. Le triomphe des petits esprits de l'époque.

Une lecture que je vous conseille chaleureusement!

PS: Il y a toujours autant sur les mots passants d'Alexandre Page , un "effet" Maupassant.








dimanche 28 août 2022

 STEPHAN CAILLETEAU

LES AURORES POURPRES

ROMAN INITIATIQUE

241 PAGES

EDITION LA GRANDE VAGUE


A nos impensables libertés, aux improbables opportunités, aux forces ignorées que nous abritons, aux instants qu'on vit sans vraiment les comprendre, à nos vrais soleils..

Chaque homme porte en lui, les mystères de sa vie.

Ce qui devait t'atteindre ne pouvait te manquer, ce qui t'a manqué ne pouvait t'atteindre. Ainsi, sur la courbe mystérieuse du destin ,la main divine ou hasardeuse à qui on donne un sens , empoigne subtilement nos volontés conscientes ou enfouies . Subir fatalement , provoquer effrontément ce destin à qui l'on prête une forme ou un caractère , celui qu'on peut aussi trahir ou travestir reste un mystère à élucider.

Et si finalement, il n'était que "la manifestation de soi" , un non vécu à rattraper, une fiction personnelle , une bifurcation de soi qu'il conviendrait d'apprendre à lire. Accepter et rejeter une partie de son destin resterait  alors le meilleur compromis de l'accomplissement de soi. Idéalement , chaque mal être est le symbole alertant au changement. Sur cette voie seul le premier pas coûte, l'inconfort est signe de transition ensuite vous êtes entraînés par la rapidité étourdissante de votre propre éveil. Mais comment change t-on quand on est si habitué à soi-même? Comment se fait-il qu'un beau jour nous refusons définitivement tout alors que depuis toujours nous l'acceptions sans jamais contredire? C'est à ce moment précis que s'exécutent les forces inconnues arrivées à terme , à maturation inconsciente.. Car oui , chaque événement de nos vies est soumis à son heure . Rien ne sert de hâter , rien ne sert d'esquiver.

C'était mon humble prélude à une lecture bouleversante , celle du second roman de Stephan Cailleteau

LES AURORES POURPRES

Un auteur au style puissant que j'ai découvert avec son premier roman "Répliques"

Stéphan Cailleteau a ce don là, remettre sur les rails de l'humanité et aborder les tournants de la vie avec grandeur, justesse et sensibilité.

J'attendais bien évidement la même descente vers le sublime et l'introspection, un chambardement que je n'ai pas vu venir et qui m'a emporté bien loin dans les affres de l'âme humaine, 

L'HISTOIRE

Gabriel Mercier est un homme intelligent mais ordinaire et sans relief. Une vie professionnelle réussie mais appauvrie par une routine destructrice et une vie émotionnelle désertique. Tourmenté et englué dans ses ambivalences , il va alors prendre une décision qui le conduira bien loin de son monde.

C'est un dimanche comme un autre, en se promenant sur les docks du Havre que son destin  va alors basculer..

Quelques jours plus tard, il partira en mer vers un voyage en terre inconnue , le pays de son coeur. 

Sorti de sa prison mentale , il va vivre pléthore d'expériences inédites et son aventure l'amènera là où il n'aurait jamais pensé aller. Des lieux mais aussi au plus profond de lui. Enclos dans cette nouvelle vie, riche de ses rencontres , de son parcours terrestre , il va se confronter au test absolu de son existence.


Un roman aux sujets sensibles, un Liban en guerre , dominé par l'idéologie religieuse, la difficulté des ONG à exercer librement, la violence , la misère mais aussi un hymne à la vie et à la fraternité entre les peuples. Une belle leçon de résilience , des combats menés jusqu'au bout. 

" Celui qui sauve une vie sauve l'humanité"

Cette histoire m'a chamboulé profondément, mais je n'en attendais pas moins de cet auteur.

A toutes ces choses auxquelles on s'accroche pour survivre, à tout ce qui nous réconcilie avec l'humain.

A nos yeux qui devraient s'ouvrir un peu plus grand et plus souvent..

Vous découvrirez également sur la fin le sens des aurores pourpres.


" Lorsque nos coeurs , nos âmes , nos cinq sens sont malmenés , brutalisés , brimés, humiliés par la violence , la misère , la maladie ou le naufrage , quand la pyramide de Maslow s'écroule comme un château de cartes , seul notre sixième sens nous sauve et nous délivre."







mercredi 13 juillet 2022

 LAURE GOMBAULT

LES SANS -GLOIRE

TROIS RECITS DE FEMMES DANS LA GRANDE GUERRE

EDITIONS SOUFFLES LITTERAIRES

120 PAGES


C'est Arthur Rimbaud et "Le dormeur du Val" qui sera le prélude poétique du nouveau roman de Laure Gombault .

" Un soldat jeune, bouche ouverte , tête nue ,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu , 

Dort ; il est étendu dans l'herbe , sous la nue , 

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut."


C'est avec un immense plaisir que je vous présente le dernier roman de Laure Gombault, auteure hautement talentueuse et lumineuse aussi bien par la qualité incontestable de sa plume que par son humanité , la profondeur et la justesse des thèmes abordés. C'est le même enthousiasme qui m'étreint à chaque nouveau début de lecture; Cette certitude que l'on va encore succomber à la puissance des émotions , à la grandeur d'une histoire. L'auteure nous offre cette fois- ci , un recueil de trois nouvelles , trois destins de femmes dans la Grande Guerre. Il y a Jeanne , Lucienne et Fernande. Après la lecture de chacune d'entre elles, je me suis posée ces questions..

Qu'aurais-je fais moi à leurs places?

Aurais-je été pire ou meilleure?

Résiliente ou aigrie?

Appauvrie ou grandie?

Je ne la saurais certainement jamais..

Comme vous le savez, la guerre fait valdinguer toutes les piètres certitudes . Elle obscurcit ou libère ses manifestations salutaires. Lucidité, clarté, plénitude des réflexions sont alors les plus difficiles formes de courage. Ce courage dont elles n'ont point manqué.

Parce qu'il y avait tellement de façons d'être sur le front..

Dans l'immédiateté d'une joie simple , dans l'horreur d'une douleur qui s'éternise. Chaque guerre peut en présager une autre comme une sorte de providence. Contre celle d'un peuple, il y a celle que l'on mène contre soi-même, contre notre paix et nos convictions trompeuses. 

Trois destins de femmes qui marquent et se démarquent leurs formidables capacités de résilience, de générosité et de sororité. Ce que la guerre leur a laissé en héritage, ce qu'elles croyaient et qui n'était plus, le prix des illusions, la vérité qui fait mal..

Elles sont là, debout envers et contre tout, pourvoyant aux besoins des uns et des autres, à fabriquer des munitions, à travailler comme des forcenées la terre de leurs petites mains crevassées et leurs dos éreintés. Pourtant, elles aiment, elles continuent à désire des hommes , elles restent femmes dans leurs redoutables qualités. Cette vie qui subsiste malgré la guerre , elles lui rendent hommage avec toute la dureté et la tendresse qui les animent. Ce courage qui arrache les mots..

"La Boîteuse"

-"La Gardienne"( ma préférée)

-"La Munitionnette"

Trois chants de gloire, trois chants d'espoir sur une terre de carnage. 

Les heures de gloire ont la vie courte mais celle du coeur , jamais ne meurt.

Une écriture unique , une aptitude formidable à promener des messages forts et profonds .

Trois histoires lumineuses , des états d'âmes à découvert, un travail de recherches remarquable qui consolident  les récits dans leur véracité et leur crédibilité. La narration est poignante , chaque récit est délivré avec sincérité , sans fausse pudeur , dans le respect de la complexité humaine.

Ni le bonheur, ni le malheur nous est imposé , c'est à nous de décider et de faire avec ce qui nous arrive..






Le plus beau, le plus grand s'accompagne très souvent d'une incommensurable douleur. 


jeudi 9 juin 2022

 ELISABETH FABRE GROELLY

ACCOREDEMENTS

UNE VALSE EN TROIS TEMPS

RECIT HISTORIQUE

88 PAGES

EDITIONS EX-AEQUO

COLLECTION HORS -TEMPS


" La génération qui a subi se tait.

La seconde supporte ce silence.

C'est la troisième qui retrouve une parole."

Stéphane Audoin -Rouzeau, historien

Chers lecteurs, c'est ainsi que commence le beau récit historique  d'Elisabeth Fabre Groelly dont je découvre tout juste la plume.

Une petite histoire dans la grande histoire de la première guerre mondiale. Quelques notes sur un piano, un soldat inconnu, une valse sur le front , l'accordement d'une humanité , sous la gigantesque toile de brume , une éclaircie pointe lentement ignorant alors les destins qu'elle va embraser. Une quête, comme un pressentiment d'éternité, vouloir obstinément et avec grâce rechercher la vérité survivante, c'était encore donner de la vie à la mort. C'est peut-être ça le début de la sérénité, s'accorder de nouveau au passé pour mieux vivre ce qu'il reste à vivre. 

Je voue une véritable "fascination" pour les récits de guerre , je découvre en eux , cette rage de vivre ou de survivre, la capacité de l'être humain à toujours trouver ce qui va l'aider à continuer. Et souvent , le plus beau vient du fin fond de l'enfer. Tout ces regains d'énergie et de beautés insoupçonnées qui explosent en nous quand la mort nous frôle . Les champs de bataille offrent au moins des humains sans superficialité , debout devant leurs peurs, leur profondeur , tout perdre pour redevenir..

L'HISTOIRE

Clara , jeune femme de vingt-sept ans , étudiante en musicologie, retourne vivre dans la maison de sa grand-mère durant le confinement. Avant de partir dans l'autre monde , elle lui avait alors demandé de bien vouloir trier et jeter quelques vieilleries. Elle s'appelait Isabelle mais très vite son père l'avait surnommé "Zabé" pour son côté rebelle et "caprin". Des cartons de dessins, des photos, des amas de lettres témoignent d'une vie passée et bien remplie. Puis deux cahiers noirs , qui racontent l'histoire..

Des secrets de famille , des amours jamais oubliés à l'aune de la première guerre mondiale. Des récits qui furent écrits bien après entre 1978 et 1981. S'en suivra alors une vraie recherche de Clara sur le chemin des oubliés..

Dans ce court récit, la mémoire musicale transcende celle des mots. Belle référence au "piano de Bréguy" aquarelle de Georges Bruyer, soldat au front en septembre 1914..

Un récit au plus profond de l'émotion et de l'histoire , une plume sincère et tout en justesse , on vit en temps réel chaque événement , un récit qui fait revivre les identités perdues..

Un concentré de passions humaines,  dans ce qui existe de plus détestable..

L'amour comme la guerre on le fait en chanson..c4est une respiration...







 


 THOMAS HARDY UNE FEMME D'IMAGINATION ET AUTRES CONTES 151 PAGES RECUEIL DE NOUVELLES En inconditionnelle amoureuse de l'écriture an...