mardi 27 juillet 2021

 RACINE DE NUAGE

ANOUCHKA

EDITIONS EX -AEQUO

114 PAGES



Même après lecture, l'extase perdure.

Mon âme serait elle damnée dans les folles moiteurs, encore à leurs heures d'un désir qui torpille et convulse chacun de mes souffles?

Ma plume trempe dans les coulures de la divine torture , de douces et violentes ecchymoses viennent mourir dans une nuit close où l'âme affaiblie décide de partir..

Une histoire d'art, un cauchemar, un fou présage, une passion aux ivresses enfiévrées se posent sous mes yeux demandeurs en flamboyants pigments de couleurs.

Opprimée par la réalité, je viens trembler sous ses mains qui soulèvent enfin le voile interdit.

Une envolée aux impalpables nuées entre un sculpteur et sa muse.

Un peu comme Rodin et Camille Claudel, je fais la part belle aux tentations de Lucifer ou aux savantes embellies..

Et ne vous fiez donc pas au doux nuancier de sa couverture car à la croisée des airs , dans cette ligne de poussière , l'enfer est sculpté en forme de vie et la vie sculptée en forme d'enfer.

Chaque mot souffre ou exulte de son sens.

Chaque geste est imprévu et nécessaire.

L'art orgueilleux qui ronge et éponge toutes les souillures et salissures immondes d'une enfance en putréfaction.

La passion qui anoblit l'art à son grand désespoir et semble lui voler son intimité et sa puissance créative.

"RACINE DE NUAGE" est le premier roman d'Anouchka et pour un coup d'essai ce fût un coup de maître ..

Anouchka est une auteure vichyssoise .

Des études de philosophie , de psychologie , une "crise intérieure de Bergson" plus tard, elle devient bibliothérapeute  et écrit son premier roman..


Romain est un homme et un sculpteur torturé par ses propres pensées , par son propre passé qui semble inexorablement le rattraper dans chaque infime pas en avant.

Une condamnation à perpétuité que lui a infligé sa propre mère.

L'enfant du placard, du noir, du désespoir..

Humilié, violé, maltraité , il transcende ses ratures, ses tortures en enluminures.

La sculpture devient alors une éternité de douleurs immobiles..

Le récif de son imaginaire est sans fond et la magie de ses doigts ondoie sur le marbre ému telle une lueur trouant un ciel obscène..

Elle le sauve de chaque instant, apaise le souvenir des hurlements, épouse les mouvements d'un éphémère éblouissement..


Elle , c'est Eloise, une jeune étudiante libre et désinvolte, elle est bien plus jeune que lui..

Mais ce soir là , lorsqu'elle pousse la porte de cet humble atelier parisien elle est bien loin de s'imaginer ou l'art l'emportera.

Drapée de sa nudité, elle va alors vaciller dans les velléités folles et novices d'une passion aussi pure , puissante que destructrice.

Elle pose, lui il ne sait plus si il ose  sombrer dans les éclats que sa chair renvoie..

Il la tatoue de ses fragiles contours

Bourreau de ses soupirs, comment l'avertir que sur ses cuisses lisses , les supplices sont ses poussées existentielles?

Comment ne pas aussi dans cette passion impossible à refouler , ne pas tuer la création?

Céder c'est déjà renoncer à l'essence même de l'inspiration et du sublime..

Avec ou sans elle la vie n'est déjà plus que le point fuyant de l'amour et de la créativité..


Cette lecture m'a obnubilée bien des journées.

Confrontée à mes propres interrogations..

J'ai succombé à cette histoire, à ce style magistral..

A ces mots ciselés et dentelés , entre infinie douceur et pulsions dévorantes

Mais j'ai eu mal aussi..

Le plus beau , le plus grand s'accompagne  très souvent d'une incommensurable douleur

Fatale injustice?

Ce livre m' avoua du bout de doigts ce que l'amour prodigua..


Je remercie chaleureusement les éditions Ex- Aequo et particulièrement Jeanne Malysa pour cette découverte dont je n'aurais pu me passer..


Je vous laisse sur ces quelques lignes..


"Etrange destin que celui d'un être doué d'un immense talent. Le talent n'est pas un cadeau accordé par la vie mais un cheval fougueux qui désarçonne celui qui tente de le dompter afin de le retenir , souvent au prix d'une grande souffrance."


"Ils se sont rejoints dans un espace temps dont il détient les clés. Il lui suffit de laisser pénétrer la lumière de son ombre pour que sa fragrance transcende le réel et le transporte contre elle.

Dans cette attente , il expie jusqu'à ce moment d'extase où rien n'existe plus qu'elle et lui enlacés pour toujours autour de deux purs esprits."





















































































































samedi 24 juillet 2021

 LUCIE RENARD

UNE FLAMME ETERNELLE

ROMAN FICTION

AUTOEDITION

252 PAGES

SORTIE JUILLET 2021


Chers lecteurs,

Je vous accueille aujourd'hui de ma plume pyrolysée des lueurs hurlantes et brûlantes des réminiscences.

Des tisons qui traînent , ardents allumages d'un vieux paysage , d'un nouvel arrivage..

Les souvenirs sont inflammables et flambent souvent en gerbes vacillantes , en étincelles incandescentes dans le brasier d'une vie où plus rien ne reluit vraiment.

Oriflamme du temps qui passe , le souvenir étend sa puissance et scande l'inconscient à se remémorer.

Telle la flamme , il peut alors détruire ou illuminer..

Bien émouvants ils sont quand subrepticement dans nos rêves , ils prennent place.

Et comme le dit si bien Franklin Pierce Adams

"Rien n'est plus responsable de bons vieux souvenirs qu'une mauvaise mémoire."

Le temps guérit -il passé comme de bonnes vieilles illusions ou supplante t-il une réalité jetée en confettis ?

Des rêves posés en charnières en justes interprétations de nos abandons , sommes nous ce qui reviens?

Nos histoire, nos mémoires sont-elles des torches à longs faisceaux d'éternité?

Y aurait-il des incendies à déclencher?

Ecouter le souffle profond de son coeur, revenir à soi , passe t-il aussi par un retour de flamme?

Comme vous l'avez bien compris , la flamme est l'élément détonateur du dernier roman de Lucie Renard 

Une "Flamme éternelle" est le neuvième roman de l'auteure et la quatrième découverte pour moi après

-Le train qui en cachait un autre

-Bleu comme toi

Et Scènes from an italian restaurant

Je redécouvre ainsi le style fidèle de l'auteure , une plume vivante, tendre et toujours au plus près des complexités humaines.

Un roman à la verve nostalgique qui darde ses flammèches dans les combustibles oubliés du coeur .

A nos chers disparus, aux occasions manquées, aux intempéries du passé et au flambeau de l'avenir..

Lecteur, 

Ferme les yeux

Donne moi ta main

Ressens tu la même chose?

Suis-je en plein rêve?

Ou brûlons nous d'une flamme éternelle

Eternal flame 

The Bangles


Ana est une jeune femme pleine de sérénité virevoltant dans un esprit assez solitaire mais aussi quelque peu mystérieux et lointain.

Naturopathe, son quotidien se partage entre son métier et ses deux enfants Aubépine et Antoine.

Trois "A" dans les aléas d'une vie monotone ..

Il y a aussi son mari ce "cher" Philippe plus carriériste et sournois que père et mari.

Comme chaque été , comme chaque année , c'est sur les plages normandes qu'Ana et les siens passent leurs vacances dans leur résidence secondaire.

Cette année il n'y a pas que la maison qui est secondaire , en effet Philippe sous couvert d'une trop grande charge de travail, brille par son absence

Qu'importe ! Dans la douceur de vivre, ce petit monde peut enfin flâner et se laisser suspendre par le temps des vacances.

Un bain de santé et de liberté , issue rêveuse d'un quotidien parisien un rien asphyxiant.

Portrait grâcieux d'une famille presque ordinaire.

Mais dans ce fief de tranquillité , va s'élever l'ombre du miroir du temps.

Un jour d'orage , sous un ciel gris cendrier , Ana fige son regard sur les tours mystérieuses d'un vieux manoir à l'abandon..

Refont alors surfaces les vagues agitées du passé, d'étranges visions venues du fin fond de ses seize ans..

La flamme qu'elle croyait éteinte, étouffée peut elle encore l'embraser?


Un roman coup de coeur pour moi..

Une lecture solaire ou l'auteure nous transporte dans les brèches brûlantes du fantomatique et de l'énigmatique.

Une histoire originale , une intrigue efficace et une incroyable douceur dans les descriptions en font un roman à la fois agréable et surprenant.

On se laisse emporter entre deux temps, on vacille dans deux époques mais sans jamais perdre le fil de la lecture.

Les personnages sont simples, attachants, pleins de cette lueur de sincérité que sait si bien exprimer Lucie Renard.

J'ai aimé la chute , une fin qui dessine l'ébauche d'un  renouveau mais qui ne contraint pas l'imagination du lecteur.

Une fin qui pourrait annoncer une suite aussi.

Et puis toujours cette très belle idée de la playlist en tête de chaque chapitre

L'histoire reste alors gravée par les mots et les sons..

Une lecture d'été à emporter , 

C'est un beau roman, c'est une belle histoire...

Et vous apprécierez tout autant la note de fin de l'auteure , témoin de sa grandeur d'âme..

PASSAGE

" Nous regardions tous deux en direction de la mer, vers nos enfants qui, ayant achevé leur repas avaient repris leur chasse aux coquillages et leurs constructions éphémères .

Je pensais à la vie , à ce qu'elle offre , à ce qu'elle reprend aussi , aux moments furtifs qui apparaissent et qui l'instant d'après , appartiennent au passé . J'eus  soudain l'impression d'avoir beaucoup vécu.."


















mardi 13 juillet 2021

 STEFAN ZWEIG

VINGT-QUATRE HEURES DE LA VIE D'UNE FEMME

LE LIVRE DE POCHE

124 PAGES

NOUVELLE

COURT ROMAN



" Au début de 1942, la radio de Paris nous annonçait que l'écrivain juif Stefan Zweig venait de se donner la mort au Brésil.

Nouvelle reproduite le lendemain en trois lignes par les journaux nazis de la capitale.

Et ce fût ensuite le silence complet sur ce grand et noble écrivain qui avait acquis en France une renommée égale à celle de nos meilleurs auteurs."


Stefan Zweig est un auteur autrichien , biographe, docteur en philosophie et grand voyageur.

Il fréquenta la fine fleur de l'intelligentzia juive avant de s'exiler à Londres et fût littéralement fasciné et influencé par l'oeuvre de Nietzche  , un court traité philosophique lui sera dédié..

Stefan Zweig préfère alors l'écriture de romans courts ou de nouvelles aux romans longs.

On en connait fort bien certains tels que:

-Lettre à une inconnue

-La confusion des sentients

-Le joueur d'échecs

Et puis, "vingt-quatre heures de la vie d'une femme "dans lequel le spectre de la passion foudroyante y est sublimement analysé et écrit.

" Une passion ne souffre ni organisation , ni prévoyance , elle n'est que folle témérité , risques et spontanéité."

Alain Gagnon

Un esprit qui fait faillite , un coup de folie, un excès de vie , un fanatique engouement ..

Nommez là comme vous voudrez!

La passion c'est bien tout cela et plus encore!

Et sous ses jupons , le double mouvement de la raison et de l'obsession.

Une existence rendue à son aspect primitif, à une pulsion, à une violence irrésistible.

Une réalité éclipsée, un horizon pulvérisé dans la plaie dissidente de l'adoration et de l'agitation.

La grâce d'un caprice , qui prend l'instinct pour complice et le "sans explication" pour raison.

Belliqueuse représailles que la lutte d'une passion et de la raison.

Supercherie du fantasme et de l'illusion..

Si la passion a un visage , c'est bien sous la plume sublime de Stefan Zweig qu'elle devient fascinante.

Une nouvelle sur deux situations, deux superpositions de récit.

Je vous raconte..

Début des années 30, une pension hôtelière bourgeoise où un certain gratin d'une société à la "Maupassant" fait et défait le monde , on s'épie, on juge , on est superficiel et on a l'esprit bien étriqué.

Ce paisible lieu va bientôt  devenir le théâtre d'un beau scandale.

Mme Henriette respectable femme mariée disparaît brusquement avec un jeune dandy rencontré vingt-quatre heures auparavant.

Consternation dans la pension de famille où une violente dispute éclate au sujet de la dite moralité de la jeune femme..

Seul notre narrateur va tenter de comprendre et d'analyser ce coup de folie..

Il va alors rencontrer un bien mystérieux soutien en la personne de Mme C, vielle et distinguée dame anglaise.

Elle va alors lui confier les incroyables vingt-quatre heures qui ont à jamais bouleversé sa vie .

L'histoire brève d'une passion terrible et violente.

Une nouvelle en deux temps , un récit de départ , puis les vingt-quatre heures racontées par Mme C..en seconde partie.

L'auteur tiendra secret l'identité des protagonistes durant toute l'histoire.

Une analyse psychologique et sociologique résultant d'une correspondance intense avec Freud avec des notions de réflexion sur "la culpabilité", la "faute", l'infidélité.

La trame narrative est captivante et la plume somptueuse .

Le style de Stefan Zweig est admirable , reflet de son âme tourmentée et passionnée.

Souvent bâillonné dans la réalité et victime d'un modèle éducatif, l'écriture de fictions devient un véritable exutoire.

Ses descriptions sont absolument saisissantes , son extrême sensibilité s'infiltre dans toutes les strates de son écriture.

La plume de Stefan Zweig est sensuelle , elle accroche chaque fibre de nôtre âme.

La magie d'un génie brisé qui tout au long de son existence doutera de ses talents littéraires..

Quant à moi, je n'ai pas fini de parcourir avec frénésie son oeuvre..


"On ne vit une seule heure pareille qu'une seule fois dans sa vie et cela n'arrive qu'à une personne parmi des millions , je ne me serais jamais doutée , sans ce terrible hasard , avec quelle force de désespoir , avec quelle rage effrénée , un homme abandonné , un homme perdu aspire une dernière fois la moindre goutte écarlate de vie.

Eloignée pendant vingt ans , come je l'avais été , de toutes les puissances démoniaques de l'existence , je n'aurais jamais compris la manière grandiose et fantastique dont parfois la nature concentre dans quelques souffles rapides tout ce qu'il y a en elle de vie et de mort, de ravissement et de désespérance."





 




mercredi 7 juillet 2021

 CHRISTINE PAYOT

POURQUOI ES -TU RESTEE

LA PETITE HELENE EDITIONS

TEMOIGNAGE

RECIT AUTOFICTIF

196 PAGES


Un sujet grave, tristement d'actualité , une réalité dérangeante encore trop souvent soumise à la loi de l'omerta.

-LES VIOLENCES CONJUGUALES

Des chiffres en incessantes croissance, une courbe effrayante de féminicides , la difficulté à rompre avec l'endoctrinement et l'impossibilité très souvent de partir...

Une justice lente, parfois laxiste, des associations dépassées et en manque de moyens .

Bref et sombre résumé du contexte d'aujourd'hui.

Des victimes , des maltraitants au profil bien défini et souvent récurrent:

Le pervers narcissique

Qui est -il?

Une personne atteinte de trouble de la personnalité , qui n'existe et se valorise qu'en dévalorisant l'autre par des jeux de pouvoirs et de perversions.

Injures, menaces, chantages, isolement , violences verbales et physiques, sexualité déviante, telles sont les cartes gagnantes du pervers narcissiques.

Je souhaite par ce biais, préciser que c'est une vraie pathologie dont le pervers narcissique ne se sortira qu'avec des soins et une prise en charge psychologique appropriée.

Ce qui sous entend une prise de conscience , une volonté de suivre ce long chemin de guérison.

Ce qui n'est que peu souvent le cas ..

Dans une relation toxique comme celle ci , ce sont les deux personnes qu'il faut traiter .

Ce qu'il y a de terrible , c'est que ce fléau s'insinue dans ce qu'il y a de plus beau et de plus intime: une présumée histoire d'amour., pour peu que l'on utilise les bons mots.

Ce qui nous amène d'ailleurs à mieux comprendre l'état de confusion mentale, la déstabilisation , l'ambivalence dans laquelle se retrouve la victime. Tout un mode opératoire , le rendant finalement très identifiable pour l'entourage extérieur , reconnaissance beaucoup plus compliquée pour sa victime..

Séduction, fascination paralysante, subtilement, sans rien lui imposer, il va alors prendre le contrôle total de sa victime éveillant ainsi l'ingrédient principal de la relation; le sentiment de culpabilité.

Le pervers narcissique a des dons acquis d'acteurs !

Mais revenons en à l'auteure..

Christine Payot est chroniqueuse littéraire et rédactrice d'un journal ; le casier littéraire.

La lecture, l'écriture en tours de survie..

Quand la vie ne tient plus ses promesses , la littérature professe..

Aujourd'hui c'est en tant qu'auteur , qu'elle vient nous raconter son histoire.

Vingt cinq ans avec un pervers narcissique.

On est pas sérieux quand on a dix sept ans mais on ne sait pas vraiment non plus ce qu'amour veut dire..

Christine Payot rencontre alors celui qui deviendra son mari et le père de ses trois enfants.

Une love story qui va vite chavirer en descente aux enfers.

L'amour annoncé se transforme vite en possession et en accès de jalousie.

Christine commence peu à peu à adapter son comportement à celui d'un mari coléreux et versatile.

Elle renonce à elle, à ses envies à ses aspirations pour devenir l'ombre de ce mari, limitant ainsi une violence toujours plus présente.

Elle perd assurance et joie de vivre., tout tourne autour de lui..

Même ses propres parents ne seront pas conviés à leur propre mariage, on déménage sans cesse parce que monsieur n'est bien nul part..

Christine accepte, encore et encore.

La naissance de trois enfants n'arrangera malheureusement rien..

Mais elle reste..

Elle restera vingt cinq longues années.

De promesses en désillusion, d'espoirs en abattements, chemin faisant, elle va alors comprendre que partir est crucial, vital, inévitable.

Mais est ce aussi simple?

Aujourd'hui , libérée , réparée , apaisée , elle se demande:

Pourquoi es tu restée?

A t-elle vraiment des réponses à cette question?

Elle suppose, elle se trouve des raisons et des arguments, il en a fallu pour tenir..

Faut-il chercher des réponses en soi?

Comment est ce possible d'accepter autant pendant si longtemps?


Une écriture cathartique..

La diffusion d'un message, une prévention , ce sont les raisons profondes du témoignage de l'auteure.


Alors pour tout vous avouer , j'ai souvent une prudence naturelle à entrer dans des récits intimistes.

Il n'est pas toujours facile de trouver sa place en tant que lectrice et cela me questionne.

Se raconter nécessite une longue réflexion car une fois écrit et publié c'est irréversible et avec le temps les expériences vécues prennent parfois d'autres tournures..

Nous ne sommes jamais à l'abri d'un changement d'état d'esprit.

J' ai aussi un peu de mal avec l'exposition des proches, ceci est très personnel mais je tenais à confier ce ressenti.

J'oscille toujours entre courage et une certaine insouciance , peut-être que c'est tout cela à la fois.

Oui parce que je suis consciente de la portée de cette démarche et que surement elle n'a pas été facile

Je crois que j'en serais totalement incapable , par pudeur, donc oui ça m'interroge.

Néanmoins je pense que c'est un vrai exercice de vie. de pouvoir se raconter de façon sincère et transparente.

Et Christine Payot a très bien représenter tout les rouages de cette spirale de violence et d'emprises.


En ce qui concerne l'écriture, j'ai trouvé que la plume était souvent distante et le côté émotion m'a un peu manqué..

Etait- ce une façon de se protéger?

Souvent, j'aurais souhaité qu'elle livre davantage ses ressentis, ses angoisse, tout est assez survolé le récit devient une succession de faits .



Une lecture qui demeure poignante, un vécu qui mérite le respect ..

Un message d'espoir pour toutes les femmes victimes de violences conjugales.

Une autobiographie, c'est le courant intérieur de la vie..

Une vérité, une réalité , un flux vers autrui..


.
















mardi 29 juin 2021

 LE CLUB DES INDES

LES INDE CIBELS

RECUEIL DE NOUVELLES

SORTIE 21 JUIN 2021



Chers lecteurs;

Si l'écriture est  un révélateur d'émotions , la musique en est aussi le langage.

Et si par bonheur, elles entonnent en choeur, c'est sans bémol qu'elles sont un hymne à sensations.

Serrements de coeur ; effervescence et secousses jouent en harmonie.

Des accords parfaits, un ballet de sons, de tonalités , de tempo et de trémolos posés sur des mots.

C'est avec grand plaisir que je vous présente aujourd'hui le quatrième recueil du "club des indés" , paru le 21 juin et à télécharger gratuitement, sur le thème bien évidement de la musique.

A l'unisson , un collectif d'auteurs indépendants va pousser la chansonnette en accords parfaits dans un concert de plumes.

Une gamme éclectique , où chacun d'eux annonce sa nouvelle en prélude à son univers de prédilection.

Parce que bien sûr , ils évoluent chacun de leurs côtés en solo!

La nouvelle, il est bon de le rappeler est un écrit dont la brièveté ajoute en effet et en intensité.

Préparer l'impression finale , combiner méticuleusement événements et suspens , ni trop longue ni trop courte , elle est une véritable prouesse littéraire.

Son souvenir de lecture est souvent plus fort et plus impactant que la lecture cassée d'un roman.

Les recueils du" club des indés" pour les avoir tous lu sont d'une grande qualité et d'une grande originalité.

Toujours un vrai plaisir de les découvrir.

Je vais donc à présent vous présenter les auteurs et leurs nouvelles .

Let's sing!

Let's read!



Amélie B

Comme chaque année

Sur une chanson de Nino Ferrer

Le sud

Une poignée d'amis , comme chaque année , est en route pour la maison du bonheur..

Oui mais cette année , dans ce berceau des étés passés , tout a changé et plus rien ne sera jamais pareil.

Sur le trajet , on se souvient  des moments inoubliables , la mémoire pour miroir, un dernier au revoir..

L'amitié en héritage..


Nouvelle où beauté des émotions se mêlent à la beauté des descriptions..

Suspens et chute réussie

Lecture émouvante.


Aurélie Chateaux -Martin

Je vous parle d'un temps..

Sur une chanson de Charles Aznavour

La bohême


Nous sommes en 1941, elle a 15 ans , cet été où la guerre bat son plein ..

Elle rencontre Maria , fille d'un officier allemand.

Entre elles une amitié puissante et immédiate naît alors, faisant vite place à l'ébauche d'un grand amour..

Elles se voient et vibrent en cachette , bravent les interdits.

Qu'en sera t-il de ces innocents destins, aux sentiments aussi forts et dévastateurs que cette guerre qui les sépare?


Aurélie Chateaux -Martin est auteure en homoromance et nous offre avec cette nouvelle toute la délicatesse de sa plume au service d'un amour hors norme pour l'époque.

Très fort , un final poétique et inattendu.


Céline Fuentes

Juste un petit zouk..

C'est tout!

Sur une chanson de Jocelyn Béroard  et Philippe Lavil.

Kolé Séré


Elsie est mère célibataire de deux jeunes enfants, un quotidien chargé et sans fantaisie rythme sa vie depuis que le gentil papa a déserté.

Une relation toxique et puissante l'a uni à lui si bien que quand il revient , toute résistance semble compromise et impossible..

Un appel charnel ..le tmps d'un zouk et la voilà repartie dans ses travers..

Il l'a fait marcher, elle court..

Par quel procédé magique va t-elle avoir recours afin de mettre fin à cette "aliénation"?

La présence et la vivacité de ses amies mais encore..

Quelles découvertes va t-elle faire sur elle même?


Une nouvelle qui sous un voile de légèreté , est une prise de conscience face à certaines situations psychologiques.

Un dénouement original nous offre la clé de la guérison.



Florian Gautier

Cynéstéhésie

Sur une chanson de Joe Dassin

Et si tu n'existais pas..


Mia est une jeune femme ayant subi un choc traumatique après un accident , hors des réalités , son cerveau mélange les sens , les perceptions sont troublées , elle invente sa réalité , une sorte d'intelligence protectrice et de déni.

Dans son monde vit Sofia , son amour , son pilier, sa force de vie?

Mais qui est vraiment Sofia?

Quel rôle joue t-elle dans cette réalité apprivoisée?

Son monde existe t-il vraiment?

Une nouvelle très bien imaginée qui m'a emportée très loin..

Une très belle fin..



Aurélien Grall

Le Cri de la Baleine

Sur une chanson de Manau

La vallée de Dana

Nous sommes le - juin 1944, le débarquement de 130 000 soldats américains , canadiens et britanniques arrivent sur les côtes normandes et 22000 autres sont parachutées sur les plages.

Une attaque préparée par les alliés secrètement .

Les allemands pensent à ce moment là qu'ils vont débarquer dans le Pas -de -Calais..

Une tromperie ingénieuse ..

Mais le débarquement comptera ses morts..

Aurélien Grall nous fait remonter le fil du temps et de l'histoire avec des événements que vous ne connaissez peut être pas..

J'ai eu un vrai coup de coeur pour cette nouvelle qui en plus d'être très bien écrite nous offre un pan de l'histoire sous un jour nouveau.

Un vrai travail de recherches a été effectué par l'auteur , il a mené l'enquête et nous offre deux témoignages contradictoires de l'histoire.


Marie Havard

Dans le port d'Amsterdam

Sur une chanson de Jacques Brel


Il s'appelle Heinrich , il st allemand .

Il quitte Hambourg pour Amsterdam , il est marin et nous sommes en juin 1940.

A ce moment là , il es fier de se battre pour son pays.

Un peu inconscient des événements, un peu naif aussi..

Et puis un beau matin, le long des canaux , une petite fille en vélo va alors bouleverser son existence et ses convictions.

Dès lors, il capitule et rejoint la résistance..

Mais qui était cette petite fille à la roue crevée, qui laissera à jamais son nom dans l'histoire de cette guerre atroce?

Coup de coeur aussi pour cette nouvelle qui m'a ému aux larmes surtout en découvrant l'identité de cette petite fille qui déjà possédait la plus juste et la plus belle des sagesses.


Mirelle HDB

Terre Marie Byrd

Sur une chanson d'Etienne Daho

Le grand sommeil


C'est un petit génie fasciné par la science et les expériences depuis très jeune .

Il devient à 9 ans un "crack sur le dark web" .

Puis il dévore tous les manuels d'anatomie , il dissèque., il explore le cerveau humain, obnubilé par ce qu'il va découvrir.

Ses ambitions vont crescendo , il invente un drone , il a lobotomisé le chat de la famille !

A 11 ans 3/4 précisément il était en capacité de détourner l'argent des paradis fiscaux

A la base , ses intentions étaient foncièrement bonnes , puis il y eut plus de limites à la recherche , trouver l'endroit idéal du cortex où stocker des informations secrètes ..

Il ne s'arrêtait jamais..

Il était plein aux as et sa vie n'était que travail acharné ..

Jusqu'où est il allé?

Que va t-il lui arriver?

Que va t-il comprendre mais peut être un peu trop tard?

Une nouvelle sur l'intelligence artificielle qui sera surement l'ultime..

Mirelle HDB  dissèque , elle , les limites humaines et les dangers de ce type d'intelligence .

L'histoire est vraiment bluffante et même si ce n'est pas vraiment mon genre de lecture , je dois dire que j'ai été un peu scotchée par cette nouvelle .

Un voyage dans le temps..



Marjorie Levasseur

Un père à la hauteur

Sur une chanson d'Alain Chamfort

Géant


Romain est un jeune papa fou  impliqué et fou de sa fille Ninon qui a maintenant trois ans.

Il n'a pas toujours été aussi irréprochable dans le passé mais il a fait amende honorable depuis ..

Son coupe avec Laetitia bat de l'aile et pour ainsi dire est inexistant.

Laetitia est toujours à l'étranger pour son métier et c'est plutôt une mère absente qui essaie de faire porter le chapeau à Romain.

D'ailleurs les parents de Laetitia ne porte pas Romain dans leur coeur, elle s'est bien chargée de tout faire en sorte pour..

Mais un jour ça en est de trop..

Laetitia veut emmener Ninon très loin de son père et des siens, en Amérique..

Romain va alors prendre une décision ..

Aura t-il raison de ce choix?


Une histoire de vie comme sait si bien l'écrire la plume tendre et sensible de Marjorie Levasseur.

Une fin qui fait du bien..


Jeanne Sélène

Les amies

Sur une chanson d'Aldebert

Les amis

Une histoire d'amitié entre deux jeunes femmes ..un lourd secret les unit à jamais..

La cavalcade de Thelma et Louise revisitée le temps d'une chanson..

Un partage inconditionnel , quelque chose entre elles , plus fort que la vie..

Bien au delà des différences..

J'ai beaucoup aimé l'allure de cette nouvelle , c'est un vent de liberté et d'audace que nous offre la plume de Jeanne Sélène .

J'y ai trouvé un côté brut de la vie qui m'a ému.

Une belle réflexion sur l'amitié.

Nouvelle très poétisée par le choix de la chanson.



Line Marlin

Song for  Jedi

Sur une chanson de Dionysos

Song for Jedi


C'est l'histoire d'un Jedi , cet individu sensible à la force et au côté lumineux.

Un gardien de la paix qui ici  se débat ave ses côtés sombres..

Il a une petite particularité , il s'électrocute à chaque goutte d'eau , ce qui ne facilite pas ses missions qui se raréfient et le rendent complètement nerveux.

Décidant d'en finir avec cet état et de retrouver sa sérénité , il s'adresse à Maître Yoda.

Celui ci va alors lui indiquer un lieu où il trouvera des réponses à ses questions.

Le mont brumeux.

Voilà notre Jedi en chemin..

Un chemin qui va l'entraîner bien loin de ce qu'il s'était imaginé et par delà des réponses qu'il espérait..

Une errance de Jedi..

La vérité, l'enseignement sont -ils au bout du chemin ou sur le chemin?


Très originale nouvelle initiatique et d'inspiration asiatique chère à Line Marlin.

J'ai cheminé , moi aussi..



Sophie Rouzier

Une sirène de plus

Sur une chanson d'Hugues Aufray

Santiano


Elle est prof de voile , mais avant elle eut ses heures de gloires, elle était championne et on parlait d'elle dans les médias..

Mais ça c'était avant..

Avant cet accident qui lui a coûté l'amour de sa vie et son bébé..

Erwan n'a pas trouvé la force de survivre sans ses jambes..

Alors il lui a fallu à elle, hisser les voiles d'un nouveau départ..

Elle est de bonne composition et quand elle doit se farcir Jonas le maître de colo , elle est loin d'imaginer ce qui va s'en suivre..

Une nouvelle pétillante , pleine d'humour et de résilience.

Les personnages sont très attachants et j'ai passé un un beau moment de lecture , sourire aux lèvres..


Jonathan Lhullier

I believe I can fly

Sur une chanson de R kelly

I believe I can fly


Il est sur le toit d'une voiture et il kiffe sa vie!

Ce n'est pas la première fois que ça lui arrive , il veut voler à tout prix alors il rampe vers son rêve 

Il en bave pour avancer ...

Son désir de liberté lui laissera t-il des traces?

Vous vous demandez de qui je parle n'est ce pas?

Il est lent mais obstiné..

Lisez vous risquez d'être surpris..


Quel plaisir cette nouvelle!

Joliment pensé et bien écrite..

Une belle façon de tourner la dernière page de ce recueil.

Un grand merci aux auteurs pour leur générosité .

Merci de nous permettre de nous évader dans vos contrées imaginaires.

J'ai passé un excellent moment de lecture.

A bientôt , j'espère!



































































.







lundi 28 juin 2021

 LEILA SLIMANI

LE PAYS DES AUTRES

EDITIONS FOLIO

406 PAGES

SORTIE EN 2020



Il n'y a peut être pas de jours plus pleinement vécus que ceux que l'on a cru ne pas vivre.

Ils sont alors le terreau vierge d'une vie réinventée, transformée et adaptée.

Nous sommes dans le Maroc des années cinquante, pays entre deux soleils, entre enracinement et déracinement irrigants les rêves et les illusions perdues.

Dans la fraîcheur des riads, petits edens survivants aux aléas du temps, sous les effluves croulantes et suaves de la fleur d'oranger et de figuiers, un pays vit au rythme de ses violences contradictoires.

Une mosaique de traditions, de préjugés et de modernité se côtoient fragilement , en petits frôlements de tolérance.

Alors sous protectorat français, le Maroc susurre ses premiers cris de révolte , ses premières émeutes sanglantes , la répression comptent alors ses premiers disparus.

La souche morte se réveille et les "mauvaises racines" doivent laisser pousser les graines d'une terre neuve. Celle d'une identité retrouvée loin d'un pays "volé" et "contaminé".

C'est le contexte du roman de Leila Slimani , "Le pays des autres"

Cette écrivaine qui vit son premier roman refuser par toutes les maisons d'éditions et qui en 2016 remporte le prix Goncourt avec "Chanson douce". Depuis c'est une liste de succès qu'elle enchaîne notamment avec

-Le parfum des fleurs de la nuit

-Sexe et mensonges

-Dans le jardin de l'ogre

-Le diable est dans les détails

Cela faisait déjà longtemps que je voulais découvrir sa plume, "le pays des autres " est alors le premier roman de cette auteure, que je découvre et certainement pas le dernier

Je vous raconte...

Mathilde est une jeune alsacienne qui en 1944, rencontre Amin , un marocain venu combattre pour la France. C'est l'amour fou , Mathilde est très amoureuse , elle est entière, charnelle et sensuelle et le couple bat alors en cadence dans les ondulations de leurs différences.

Eprise d'ailleurs, Mathilde va alors rejoindre Amin , au pays des autres.

Arrivée en terre inconnue, même si elle est plutôt bien accueillie par sa belle famille , elle va vite se heurter aux moeurs et us en vogue à cette époque.

La nostalgie la consume , elle vit et pense dans le langage d'une vie profondément différente.

Plongée dans un non soi , luttant sans cesse contre les pertes d'équilibre de son identité.

Puis l'existence devient dure, chaleur et misère sont les bras du quotidien.

Amin change peu à peu, revenu sur ses terres il veut récupérer cette dignité "d'homme du pays".

Mathilde trime dans un silence déplaçant bonté du coeur et coups d'éclats.

Tantôt elle s'aigrie et rêve d'instruction et de vie mondaine, tantôt résignée , elle s'accomode avec intelligence aux cartes que le destin lui a distribué.

Déchirée entre ce présent et son sens du devoir et l'horizon d'une vie meilleure , comment va t'elle gagner sa liberté et sa sérénité?

Une vie entre trésor et chaos.

Ce roman je l'ai savouré , non plus, je l'ai vécu de l'intérieur comme un écho personnel, puisque j'ai vécu aussi en pays étranger pendant quelques années même si je ne me suis jamais sentie étrangère.

J'ai aimé cette histoire au delà de ce qui est raconté par l'auteure.

Parce qu'en toile de fond de toutes ces expériences de vie se cache une très belle histoire d'amour , compliquée mais réelle , existante et mordante.

Leila Slimani ose dévoiler les dessous d'une époque où tout est tabou.

L'instruction, la sexualité, la mixité., les empreintes indélébiles des superstitions et des traditions.

La difficulté à vivre et à penser en dehors de tout ces carcans.

Le style et l'écriture de l'auteure m'ont complètement encensés.

La plume est forte et vraie, sensuelle et visuelle, sans détours.

Certaines longueurs m'ont un peu lassées mais finalement je me suis laisser emporter au fil des pages dans cette fresque aux jeux de pouvoirs , au suspens et à la sensualité ambiante.



"Tandis qu'elle pénétrait dans la maison , qu'elle traversait le salon baigné par le soleil d'hiver , elle pensa que c'était le doute qui était néfaste , que c'était le choix qui créait de la douleur et qui rongeait les âmes. Maintenant qu'elle était décidée , à présent qu'aucun retour en arrière n'était possible , elle se sentait forte. Forte de ne pas être libre

Et lui revint ces vers d'Andromaque

Je me livre en aveugle au destin qui m'entraîne.








lundi 14 juin 2021

 JEAN LE TAXI

JEAN CLAUDE MICHOT

AUTOEDITION

244 PAGES



Chers lecteurs, cramponnez vous!

On va forcer sur le champignon , on va rouler et on va déjanter!

Pourvu seulement que l'on ne prenne pas un coup dans l'aile!

D'une onomatopée, vous l'avez hélé!

Le voilà arrivé!

Noir , jaune ou autre il va vous trimbaler , vous faire slalomer sur d'interminables longueurs .

Des courses express; détentes, indécentes ou carrément gonflées!

Vous avez l'oeil rivé au taximètre au cas où il y aurait une embellie!

On surveille "la boîte à chômage"( radar en jargon taxiste) et les bouffeurs de marguerites! (les cyclistes)

Chauffeur de taxi..

Un rôle souvent raillé en littérature , au cinéma et dans l'imaginaire collectif.

Peu aimable, taiseux, complètement bourré ou inattentif , il a pourtant à son actif toute une galaxie d'anecdotes romanesques, ubuesques ou glauques.

Sur sa banquette arrière , on avance à travers les saisons et les époques, les comportements étranges et les ébats tremblants derrière des valises en balises.

Ambiance aux vitres teintées , canapé de velours feutré , il es le petit théâtre de la hâte!

Avant l'ère de l'ubérisation, il voit son essor dès le vingtième siècle , il remplace alors les louages , les chaises à porteurs ..

On se souvient bien sûr des taxis parisiens ou les "taxis de la Marne" transportant , feux en berne les soldats venus combattre la menace allemande.

Mais revenons en , à Jean le taxi..

Jean Claude Michot est né en 1955? il est romancier et à lui même été taxiste durant  29 ans dans la belle ville de Lyon qu'il connaît comme sa poche.

C'est le petit courant d'autofiction de ce roman.

Il vit actuellement en Dordogne , en retraité heureux et paisible.

C'est le second roman de cet auteur que je découvre après :

-1927, Marthe, institutrice et fille mère.

Dans sa collection, vous y trouverez également,

-Ma route des Indes

-Le noir destin de Valentine

-Les vignes de la veuve

-La vengeance d'Aimé

-Ce n'était pas toujours le Pérou

-Non de code C 19

Et récemment 

-Appelé par Yama


L'HISTOIRE

Jean est chauffeur de taxi  à Lyon dans les années quatre vingt

Autant dire que les conditions de travail n'avaient absolument rien à voir avec aujourd'hui.

Le métier est harassant et i faut se faire sa clientèle pour espérer en vivre décemment.

C'est tous les jours et par tout les temps..

Jean est un célibataire aguerri par la vie et les voyages mais qui continue de caresser l'espoir d'une rencontre qui briserait sa solitude et sa routine.

Les journées passent et se ressemblent, jusqu'au jour où une course va l'emmener très loin au pays de la passion dévorante..

Il faut dire que Jean est assez entier et impulsif dans sa manière d'aimer..

Elise va alors lui apporter cette tant attendue sérénité et stabilité..

Mais la connait -il vraiment?

Son coeur de baroudeur saura t-il s'en satisfaire?

Jusqu'où pourra t-il aller par amour?

Que va t-il découvrir sur lui même?


Jean Claude Michot  nous offre une histoire sacrément originale où suspens et émotion flirtent dangereusement;

L'intrigue est sans conteste le point fort de ce roman.

Une belle galerie de personnages aux profils psychologiques travaillés viennent l'étayer et donner à cette lecture une bonne dose de crédibilité.

Le récit et dynamique et rythmé même si parfois les "courses" nous semblent un peu rébarbatives.

Une petite éloge de la lenteur et de la répétition?

Le schéma de la passion est très bien représenté, on sentirait presque un certain vécu.

Jean est un personnage attachant , un peu paumé et velléitaire.

Peu décisionnaire , il accumule les situations  dont il va crescendo avoir bien du mal à s'extirper.

Le suspens est bien gardé jusqu'à la fin et les rebondissement nombreux .

Une lecture assez prenante ..

Je me permettrais juste un petit bémol pour le style et la syntaxe un tantinet lourdes à quelques reprises.

Un panel de détails dont on aurait pu faire sans et qui plombent un peu notre élan à la lecture.

J'ai aussi beaucoup aimé la couverture du livre, une nuit roulant sur les bords du Rhône..

En bref, une lecture entrainante , une histoire qui décoiffe oscillant entre réalité et fiction.

C'était une très belle idée de mettre en scène toutes ces années passées derrière un volant, cheveux au vent!


PASSAGE

" Ils arrivaient déjà à Lyon et il aurait voulu que le trajet eût duré plus longtemps pour ancrer dans sa mémoire ces traits qui lui plaisaient tant .

Peu avant de la déposer , il se dit qu'il devait tenter l'impossible , essayer de trouver un moyen pour la revoir . Il ouvrait maintenant le coffre , lui tendait sa valise , elle lui décocha certainement un de ses plus beaux sourires .

Il resta subjugué et muet .."

Vous voulez en savoir plus?

Alors donnez rendez vous à Jean le Taxi sur une esplanade lyonnaise et vous saurez..









  RACINE DE NUAGE ANOUCHKA EDITIONS EX -AEQUO 114 PAGES Même après lecture, l'extase perdure. Mon âme serait elle damnée dans les folles...