lundi 28 décembre 2020

 NADIA VIRET

SA MORT M'A MISE AU MONDE

LIVRE AUTOBIOGRAPHIQUE, TEMOIGNAGE

AUTOEDITION

106 PAGES


Il paraît très compliqué pour nous, pauvres êtres humains de bien savoir quand sommes nous vraiment nés.

Est ce au moment où nos petits poumons se sont enflés du premier air, du premier cri où alors quand nous avons enfin trouvés un vrai sens à nos vies?

Une naissance, cette recherche de la reconnaissance de soi , de son histoire...

Emmaillotés par cette vie annoncée d'incertitudes, une seule certitude pourtant, celle que chaque jour tout commence, tout recommence.

Nul ne devrait jamais s'abstenir d'aller jusqu'au fond de la vie, s'explorer, se deviner, s'écouter..

S'engager au monde , dans la possibilité d'un nouveau commencement , l'homme doit toujours réapprendre à naitre et sauver sa force créatrice.

C''est par le monde que nous naissons mais c'est dans la rupture de ses processus que nous renaissons et apprenons à vivre.

Etre venu au monde, être venu à la vie , un ensemble d'expressions personnelles et subjectives qui n'attirent guère les attentions.

L'évènement de la naissance est souvent boudé par la réflexion contrairement à la mort qui remporte tous les suffrages philosophiques.


La providence , le destin , appelez cela comme il vous conviendra, nous met sur notre chemin, tout un monde de prédispositions, de dons qu'ils nous appartient de chercher et de trouver.

Nous sommes fait de déclics, de circonstances heureuses ou malheureuses qui multiplient nos valeurs , notre esprit de fond.

A nous de déjouer par ces circonstances les pièges de l'existence.

Seules notre attitude , nos capacités de résilience permettent cette éclatante renaissance.

La naissance c'est une expérience de sens...


Je rencontre Nadia Viret et son livre hommage à sa soeur , à la vie aussi dans ce contexte de renaissance.

Rien ne la prédestinait à écrire , elle n'en a d'ailleurs jamais eu envie..

Jusqu'à ce jour...

Le mercredi 5 janvier 2011;

Ce jour où Anita , sa grande soeur quitte ce monde.

Nadia Viret est la dernière enfant d'une fratrie de sept.

Anita est l'aînée..

Anita...c'est une vie de combat, c'est une vie honorable mais surtout c'est la vie dans ce qu'elle a de plus beau , de plus fort.

Anita vit au coeur des choses..

Je vous parle d'elle..

Elle est née le 22 octobre 1943, elle est née handicapée, sa mère a été accouchée par un médecin en état d'ivresse qui n'a pu mener à bien cette naissance.

Un accouchement forcé qui a écrasé son cervelet avec des séquelles irréversibles.

De ce malheur, naît une fleur..

Anita a semé autour d'elle les plus beaux pétales de la vie.

Anita a donné la vie, a sauvé des vies aussi..

De son corps meurtri, de ses petites mains recroquevillées, elle sait d'instinct écrire..

Elle sait poser les mots sur sa douleur, ses émotions , ses pensées.

Ainsi elle compose sa poésie , elle raconte son parcours de silence , le secret de sa naissance.

Elle témoigne ce que Nadia sa grande soeur viendra publier quelques années plus tard.

Au plus près des autres, avec sa foi inébranlable , soulager et aider auront été l'oeuvre d'une vie .

Anita , cette formidable leçon de vie , celle par qui Nadia va renaître loin du paraître.

L'auteur nous raconte ainsi comment de la mort , elle est revenue à la vie, comment d'une immense douleur elle a réussi à extraire la vérité sur la sienne.


J'aimerais tellement que chacun d'entre vous lise ces quelques pages..

Là où gît , le plus beau de cette vie.


Je vous offre en cadeau inestimable la préciosité de ses quelques lignes

La sincérité d'une existence menée , elle, à bien...


Merci pour elle...


A MA MERE

Maman je te dois tout

Tu m'as tant donné

D'abord, tu m'as donné la vie

Mais combien de fois encore

Tu m'as permis de VIVRE

Malgré tous les avis médicaux

Et les pressions qu'on t'as fait subir

Il était pourtant si facile

De renoncer ou de m'abandonner


Tu as tout bravé 

De jour comme de nuit

Après avoir surmonté tant d'épreuves

Avec tout le recul de ce qu'on a vécu

Tu n'as rien à regretter


Tu m'as consacré toute ta vie

Tu m'as donné des frères et soeurs

Tu as ouvert la porte à mes amis

Tu m'as laissé choisir ma vie

Tu m'as toujours accompagné

Malgré les différences d'idées

Je ne pourrais jamais te rendre

Tout l'amour que tu m'as donné



Et moi, Anita en te lisant, j'ai pleuré oh non pas de douleur

Mais de bonheur!

Et sans te connaître, je te dis merci de tout mon coeur d'avoir existé et illuminer nos vies..






 

















jeudi 17 décembre 2020

SACHA STELLIE

NOUS NOUS SER(I)ONS  TANT AIMES..

ROMAN  PSYCHOLOGIQUE

TRANCHE  DE VIE

AUTOEDITION

130 PAGES




Je viens d'un monde où les "récréations" sont les re-créations, les recolorations de mon existence.
Les salutations  d'une vie qui tire bien trop souvent à bout portant.
Pourtant, ces moments de grâce sont la douce cuirasse , les traces vivaces et voraces d'intenses douleurs qui passent, repassent, trainassent mais qui jamais ne s'effacent , qui jamais ne trépassent.

Sur les lambris d'une vie en débris , sur ces mauvaises mises , elles m'ont permise de rendre mes douleurs moins vives
Et si nos chagrins , nos brisures, nos épreuves n'étaient que des prétextes aux aveux ?
Si nos souffrances attiraient notre attention sur tout ce qui ne va pas, sur tout ce qui ne va plus?

Comme le disait si justement Alfred de Musset
"L'homme est un apprenti, la douleur est son maître et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert"

Dans le baptême de nos douleurs , des contrastes inattendus , des émotions venues d'une autre dimension , des battements de vie qui viennent ressusciter la beauté d'exister.

Et soudain miraculeusement, tout prend forme..
Les circonstances deviennent alors pleines de sens..

Mais peut on réécrire l'histoire?
Peut on redonner vie à nos rêves croisés, manqués?

Si réécrire , réinventer l'histoire était l'exutoire , si notre imagination connaissait la solution et nous guidait vers la bonne direction?
Si elle était le passe droit à tout nos actes manqués?

Mais pas avec des "si" , pas avec des "on aurait du", on "aurait pu"
Non!
Parce qu'il faut croire au réel pour croire en l'imaginaire!

Retrouver sur chemin miné , un sentier à emprunter.

Comment réagit-on, comment surmonte-on la douleur?
On l'ignore tous.
Du petit pincement , à la blessure superficielle , à la douleur d'un vie, je vous le dis, personne ne sait!

Espérer, foncez tête baissée, pleurez, hurlez, courez à perdre haleine, invectiver les cieux, riez ..

Comme le disait si bien Paul Eluard
"Laissez moi libre de juger ce qui m'aide à vivre"

Moi tout ce que j'ai appris de la douleur c'est qu'elle porte en elle une vérité, votre vérité!

Si je vous parle de vie, forcément je vous parle de Sacha Stellie  et de son nouveau roman.
Elle, la fée des mots à la plume guérisseuse et salvatrice.

Après "Griffures" et "Des chrysanthèmes en été" j'ai encore l'immense fierté de vous raconter en avant première son dernier opus.


L'HISTOIRE


Aujourd'hui , Jean le farfelu n'est plus!
Il est parti ..
Qu 'est ce qui est le plus difficile alors?
Ce qui l' a pris avec lui ou ce qu'il a laissé ?
Ce que l'on peut dire en de telles circonstances , c'est bien que grâce à lui tout ceux qu'il a aimé se sont retrouvez dans une nouvelle vie.
Certains héritages ne sont précédés d'aucun testament!
Mais de son ciel infini , il tenait à vous présentez les personnes qui l'ont accompagné jusqu'à la fin...



ARLETTE


La femme d'une vie , sa femme malgré quelques coups de canifs dans leurs contrats respectifs!
Solide, digne , elle a été de tous les tourments, toujours là contre vents et marées.
Se cache en elle la force tranquille dont Jen avait tant besoin.
Mais Arlette c'est la folie sage , la vraie substance de la vie.
Instinctive , intelligente , elle a toujours la conduite la plus adaptée à toutes les situations que lui a imposé la vie.
Elle est l'attendue, l'entendue, l'inespéré.


MAUD ET MELANIE

Leurs deux filles
Ces satanées gamines!
Toujours à fouiner et à débarquer au mauvais moment!
Mais il les aimait tant!
Le ciment d'une vie à deux.


CHRISTIAN

Le frère maudit venu juste taper un scandale le jour des funérailles et reparti comme il était venu, dans l'indifférence la plus totale!


CARMEN

Cette maman ravagée par la douleur mais qui tente de rester digne et debout pour la mémoire de son fils, pour ceux qui sont encore là...

"Une mère ne devrait jamais avoir à enterrer son fils"

Comment faire pour voir sa chair disparaitre dans un suaire claire , sous la terre?


ET PUIS....
IL Y A ROSE ET ALFRED

Ceux par qui le bonheur arrive.
L'éclaircie après les trombes de pluie
La récréation après l'affliction

Ces deux brisés de la vie vont se rencontrer...
Ensemble ils vont faire fi du passé et le recomposer...
Ils vont disperser sur cette journée un halo de bonheur inattendu
Ils vont dissiper cette triste mélopée.
Au coeur du pire, le leur va viser le meilleur

Comment vont ils se le dire?

Pour nous rappeler à la vie, la mémoire a un secret infaillible....
Et le passé est le point d'orgue de toute chose.

Que faisons nous de nos réalités inconnues, ces respirations qui viennent démasquer nos états de veille?



Je reviens d'un lieu connu, je me suis reconnue dans ce chaos lumineux et terrible.
Les larmes ont coulé et pourtant là ou tout n'est que ruine et poussière , je crois que j'ai adressé mon plus beau sourire à la vie.

Encore une fois , j'ai été emportée , bouleversée, malmenée par tout ces éclats de vie que seule la plume de Sacha Stellie a le pouvoir et le talent de me faire ressentir.
Je crois que certains êtres ont ce don profond de la vie.
Sacha est la partie de moi qui parle...qui trouve les mots avec cette précision chirurgicale, là où je n'arrive pas encore à les poser

J'ai envie de dire, chère souffrance, merci pour ce que tu m'a appris, le bonheur vient souvent de toi


Je vous offre un court extrait.


"L'ambiance était à présent à la rigolade dans le séjour.
La peine est une chose bien étrange .
Elle divise ou rapproche , éloigne ou fédère , selon.
Aucune loi ne semble régir le chagrin, il va et vient à sa guise , autonome, indépendant des êtres et de leur volonté.
Il est maître en sa demeure , impitoyable, imprévisible , irrationnel et tellement cruel.
Une fraction de seconde il semble s'être dissipé , come évaporé..
Ce poids qui compresse nos poitrines se fait soudain plus léger , plus supportable.
Un brève accalmie , un souffle , une petite respiration ..
Et puis celle d'après , sans crier gare , il sort de l'ombre , nous saisit à la gorge et nous terrasse de nouveau."




Et nous, si nous avions à réécrire l'histoire , serions nous meilleurs ou pires?


















.













dimanche 13 décembre 2020

 CHRISTIANE EFOUTAME

L'HOMME AU CAPUCHON VERT

RECUEIL DE POESIES

LA COMPAGNIE LITTERAIRE

61 PAGES

SERVICE PRESSE



On écrit la poésie sur quelques feuilles de papier en coulées inspirées..

A l'encre giclée par la pensée.

On signe les mots distingués sous cette forme imprécise et invisible de la vie.

On allume une lumière dans l'obscurité, on force le silence à faner, à capituler.

Ces quelques touches d'instant où l'âme à cran se donne ce rendez vous troublant.

Où le flux de l'esprit nappe la préciosité des choses.

Des inflexions salutaires de l'imaginaire au creux d'intonations saccadées de musicalité.

Là où chaque mot respire, le coeur palpite.

La beauté du verbe qui vient percer de décalé et de contrasté la part d'ombre et de lumière bizarrement méconnues en nous.

Irrationnellement , par impulsion, instinctivement , la poésie vient poser ce que l'on a pas osé.

Le fouillis des non dits dans ce paradis incolore.

La  poésie ce petit crochet entre le son et les sens .

Elle est génie, elle est folie, elle est souvenir, elle est extralucide.

Vivre en poésie, c'est vivre dans l'éphémère des vers du scripteur, dans l'éternité de sa vérité


Et c'est dans l'univers crypté de beauté de Christiane Efoutam que je vous emmène..

Je la remercie tout particulièrement pour ce service presse de qualité.

L'homme au capuchon vert est le second recueil de poésies de l'auteur après 

"La rose et le flocon de neige

Paru aux Editions  du Panthéon  en 2018.


Je découvre alors une énergie nouvelle dans l'art d'écrire sur l'amour.

Un huis clos de mots déversé dans le prosaique d'une situation.

Un homme mystérieux au capuchon vert assis sur un banc de bus devient alors l'image de l'amour dans son plus beau déploiement.

Elle le croise, le recroise, elle le regarde avec insistance et dans cette instance il devient le symbole de sa prose , la réponse à tout ces "si" manqués de l'existence.

Une obsession poétisée languie dans un ailleurs qui la hante.

Une sorcellerie inconsciente de son imagination.

De lui, ce parfait inconnu , elle ne peut se passer , lui qui chaque jour par sa présence fugace l'anime d'une singulière puissance.

Entre imagination et fiction, entre réel et supposition, des états d'âme en insurrection.


La prose de Christiane Efoutam est pleine de musicalité et de rimes respectées.

Force et légèreté se côtoient et se frôlent au rythme de la subtilité de ses états d'âme.

Quelques notes de modernité viennent se glisser sous cette plume , ma foi, bien inclassable

Des termes assez anti poétiques viennent fleurir un côté au demeuré très classique.

L'imagination des choses absentes.

Toutes les formes d'amour, de souffrance y sont représentées.

Les embarras de la conscience sont finement poétisés .

Le style?

Je dirais qu'il est voyant, puissant et relativement inédit.

La poésie a un avenir tout tracé avec Christine Efoutam!

Le seul bémol pour moi sont ces quelques termes modernes utilisés à des fins poétiques , pour moi qui suis assez conservatrice en la matière!


UN DE MES POEMES FAVORIS


"Je te vois parmi la foule

Tu te démarques de tous

Tes yeux croisent les miens

Sans aucun doute, je perds la boule

Tu sembles glisser sur les nuages

Léger et élégant , tu t'engages vers moi

Tu deviens un empereur parmi les hommes

Et les femmes t'acclament sans honte

Tu es si populaire, si aimé

Mon amour pourrait il même compter?

Tu te démarques de tous

Tu es le seul que je vois

Mon coeur se met à battre la chamade

Tout à coup , tu es le seul qui me vois

Oui, tu me vois , tu me regardes

Seules parmi cette foule

Nos âmes regardent un miroir"



Un recueil de 48 poèmes sur le thème de la symphonie existentielle de l'amour.

Un couverture et un titre accrocheurs et évocateurs donnent le ton d'une belle et nouvelle originalité poétique.

C'est cela la poésie, décrire l'indescriptible !

Et l'auteur a su le faire avec brio et talent.

Et j'espère avec mes humbles mots avoir rendu toute la beauté de ce recueil.











mercredi 9 décembre 2020

 MARIE CONTINANZA

LA MAISON DE THOMAS

ROMAN  SURNATUREL

185 PAGES

AUTOEDITION


La réincarnation..

Le retour à la chair.

"Ce processus de survivance après la mort par lequel un certain principe immatériel et individuel accomplirait des passages de vies successives dans différents corps ."

Errons nous dans le tourbillon fatal d'un monde englué d'âmes ?

Un essaim de destins, sans fin...

Vivons nous avec des doublons?

Des entités venues parachever une mission?

Superstition, tradition ou simple boniment pour désangoisser la fin de soi?

Comme le disait Schopenhauer 

"Une conviction primitive et consolante pour l'humanité"

Ce serait pas si mal finalement si la réincarnation existait et qu'elle nous permettait par la transmigration des âmes , une vie à perpétuité.

Une exhortation au néant supposé.

Je crois que sa complexité dépasse de loin la portée de sa réponse.

La réincarnation  est un concept éloigné à la civilisation occidentale mais n'en demeure pas moins une des plus anciennes croyances.

Elle s'est délicatement incorporée dans certaines religions telles l'hindouisme?, le bouddhisme mais aussi le christianisme avec des interprétations un peu différentes.

Qui n'a jamais eu ces queleques signes représentatifs d'une âme réincarnée?

Des visions soudaines, des souvenirs ne correspondant pas à notre vie, notre réalité, l'impression d'un déjà vécu...

Un passé en interaction avec le présent..ces deux là sont ils indissociables?

Réincarnation, intuition , prémonition , je vous laisse maitre de votre définition.

Me concernant , je n'y suis guère réceptive même si j'aime ce courant trouble et ésotérique et même si je pense que les âmes se baladent de par le monde.

Oui je crois au pouvoir de l'âme après la mort mais pas au phénomène de réincarnation à proprement dite.

Esprit rationnel , sors de ce corps! (sourire)

Non, je ne suis pas si rationnel que ça..


C'est sur ce sujet passionnant que je découvre la plume et l'univers de Marie Continanza.

La maison de Thomas est son second roman qui fait écho à "L'autre vie de Sophie" que je n'ai pas lu mais cela n'a pas entravé ma compréhension de l'histoire présente.

Tour à tour comédienne et financière , l'auteure trouve enfin son exutoire dans l'écriture avec une passion particulière pour l'histoire et le surnaturel.


L'HISTOIRE

"Au lendemain de leurs aventures au domaine de Clos Margot , Eric et Sophie enfin libres des entraves du passé , consolidèrent leur amour par un mariage .

Un peu plus d'un an après , ils devinrent les parents d'un petit garçon prénommé Thomas.

L'histoire qui va suivre est celle de cet enfant."


Thomas est un un petit garçon ordinaire, équilibré et intelligent.

Jusqu'au jour où...

Un beau matin, Eric et Sophie sont sollicités pour une rencontre ave l'institutrice de Thomas..

Une étonnante conversation, d'étranges révélations vont plonger ces pauvres parents dans l'incompréhension la plus totale.

Comment peut on vivre avec son enfant et ne rien voir, ne rien savoir, ne rien déceler?

Refusant le diagnostic de la thérapeute qui confirme un TDI ( trouble dissociatif de l'identité) Eric et Sophie désemparés vont faire appel à Norbert un vieil ami théosophe , qui de sa sagesse va tout mettre en oeuvre pour comprendre les agissements du petit garçon.

Va s'en suivre un long périple sur le chemin de la guérison, de la compréhension.

Vont ils mettre un nom sur ce mal imaginaire?

Quelles en seront les conséquences pour chacun d'entre eux?

Quelle en sera l'issue?

A vous de le découvrir..


UN TITRE

Le titre est l'emblème de l'origine du "mal" de Thomas.

Une maison, mais quelle maison?

Pourquoi passe t-il son temps à la dessiner , à en parler?


LA COUVERTURE

Un dessin , des petites mains  , le commencement d'une histoire.

J'aime beaucoup cette couverture qui plante un décor chargé d'histoire.

L'imposante demeure face à ses petites mains innocentes, c'est plutôt étrange..


LE DEROULEMENT DE L'HISTOIRE

L'INTRIGUE

On se retrouve assez vite au coeur de l'histoire et c'est plutôt bien.

On est ainsi tenue en haleine sur les 185 pages..

L'intrigue est très bien menée et arborée de connaissances médicales et philosophiques recherchées.

Le sujet déployé est très intéressant et offre une histoire de qualité et crédible.

Il y a un effet crescendo dans les événements surprenants et inattendus.


L'ATMOSHERE

J'ai particulièrement apprécié l'ambiance ésotérique dans laquelle nous bascule le roman.

On se croirait dans un monde parallèle , une réalité qui se rétracte et une immersion dans cet aileurs mysrérieux.


LES PERSONNAGES

Dans l'ensemble la construction et la personnalité des protagonistes sont assez réussies.

A mon sens, le personnage de Sophie est le plus travaillé peut être de par son histoire..

Elle est transparente et offre toute une palette d'émotions, d'états d'âmes qui alimentent complètement le contenu du récit.

Thomas est bien représenté de par ses différentes facettes et les contrastes de personnalité sont bien mis en exergue.

J'ai adoré Norbert et toutes ces coulées philosophiques!

En revanche , je suis restée assez indifférente au personnage d'Eric qui surement s'est laissé supplanter par toutes ces personnalités un peu hors norme. 


LA PLUME DE L'AUTEUR

La plume est fluide, accessible et soignée.

Le style est correct , sans fioriture.

Les chapitres sont courts , le récit a de l'épaisseur et des effets inattendus.

L'auteur s'est beaucoup investi dans ses recherches médicales grâce à sa fille  pour nous fournir des informations vérifiées et exhaustives.

Un petit bémol toutefois , certains passages sont un peu répétitifs et un tantinet ennuyeux réitérant un développement inutile.


PASSAGE

" De nouveau ce fut le silence.

Sans se départir de son froncement de sourcils , Thomas baissa les yeux et se mit à cligner des paupières comme sous l'effet d'une intense réflexion .

Eric et Sophie retinrent leur souffle .

L'avaient -ils enfin convaincu à sortir de son mutisme?

Allaient-ils enfin connaître la vérité sur sa maison?

Allait il enfin dévoiler cette facette de sa personnalité qu'il dissimulait?"



Si vous aimez le surnaturel , l'inexpliqué , si vous aimez fouiller dans le passé , votre lecture est toute trouvée!

J'ai apprécié cette lecture à la plume ajustée et au rythme palpitant.

On a à peine envie de retourner dans le monde réel!



















.





 CAROLINE LEBLANC LETTRES DE BARCELONE RECUEIL DE LETTRES AUTOEDITION J'effeuille ces lettres aux lignes de vie, des missives ensoleillé...