vendredi 29 décembre 2023

 MIKHAIL BOULGAKOV

MORPHINE

NOUVELLE 

96 PAGES

EDITIONS FOLIO


La douleur a une mémoire, parfois le remède aussi. 

C'est plus fort que soi, il aurait fallu ne jamais avoir mal pour ne pas franchir le seuil létal.

Cette satanée "panacée" , cette sérénité chimique , cette fascination instantanée de l'apaisement.

La came, les paradis artificiels, les flocons de la joie ou simplement un palliatif qui devient un peu trop vite bien attractif. Vous l'avez compris cette nouvelle traite le sujet dramatique de la drogue , plus précisément de la morphine. Je n'avais jamais rien lu de cet auteur russe, une nouvelle m'a semblé tout appropriée pour le découvrir. C'est court, à peine cent pages, mais c'est intense , intense de réalisme et de détresse profonde. Il faut savoir que Boulgakov était un auteur russe mais aussi un médecin qui a exercé durant la première guerre mondiale et la Révolution russe. D'où la justesse et la maîtrise de l'histoire.et d'autant plus qu'il a été lui même morphinomane. 

Un style engagé, une écriture belle et volontaire mais un ressenti assez mitigé .Je m'attendais à un développement moins succinct de cette descente aux enfers, particulièrement tout le versant symptomatique de l'addiction . Certes, ce n'est pas un ouvrage médical mais un peu plus de sensibilisation aurait été la bienvenue. En revanche la détresse morale est assez bien déroulée, l'humiliation intense, la déchéance corporelle , l'abrutissement , l'appauvrissement abyssal de l'être. Une seule obsession, la dose qui procurera l'oubli jusqu'aux portes de la folie. On est un peu sous perfusion aussi du coup!

RESUME

Le docteur Poliakov est mobilisé juste après la Révolution russe en zone rurale. Livré à lui-même , il aura pour seule compagnie Anna, une infirmière bien dévouée. Moyens rudimentaires, rudesse du temps, isolement , rupture amoureuse récent et très douloureuse Le docteur Poliakov sombre peu à peu dans la toxicomanie. C'est Anna qui sera mise à contribution pour les trop fréquentes injections de morphine. Impuissante elle assiste à la déchéance . Entre euphorie béatifique et désespoir, un manque toujours grandissant jusqu'à l'issue fatale.

Tout le temps de sa dépendance il écrira un journal de bord qui sera ensuite trouvé par un confrère , puis publier.

















vendredi 22 décembre 2023

 MARIE CONTINANZA

L'HOMME DU PARC

273 PAGES


La vie est un mélange de temps qui passe et d'éternité. Un mélange de corps et d'esprit à la distance pas si infinie. Le socle du réel pour se situer ou s'envoler. Un bagage qui peut vous emmener très loin , un vol intérieur aux portes des profondeurs. En vous, hors de vous, le temps est une dimension interprétable. 

Certaines minutes sont un dévoilement , une passerelle jetée sur la vie. La force d'un rêve qui trouve son origine. Il n'y a plus de présent ni d'espace, juste un raccourci vers l'évidence. 

Seconde immersion dans l'univers littéraire de Marie Continanza , auteure aux écrits si singuliers  et si plaisants. Un rendez-vous où la plume de son air très naturel nous entoure d'une atmosphère surnaturelle. 

L'écriture est fluide, tendre et légère et bien sûr toujours teintée de paranormal, thème cher à l'auteur.

Je me suis offerte l'espace d'un instant, bien loin de la fatalité ambiante, un billet d'absence . Il ne m'a coûté qu'un peu de bonheur. Je l'ai ensuite plié avec douceur dans la poche ouatée des souvenirs.

Une histoire d'amour peu banale, un brin de suspens, de l'émotion pour un bouquet final inattendu. Les personnages sont si attachants, semblent si réels , qu'à mon tour, je ne savais plus trop où j'en étais.. 

Toutefois quelques longueurs ont crocheté le plaisir de cette lecture mais rien de bien assommant non plus.

Un joli moment de lecture et d'évasion, un pied de nez à la réalité loin d'être toujours magique .

Mais je n'en attendais pas moins de Marie Continanza, une auteure que je vous recommande chaleureusement.

RESUME

Camille a vingt-huit ans et une vie plutôt remplie et réussie. Sauf peut-être la vibration essentielle, l'amour. Après une énième rupture, sa meilleure amie lui propose une parenthèse ensoleillée sur la côte normande, à Cabourg. Lors d'une balade à vélo, Camille croit entendre une voix masculine l'interpeller. En se retournant brusquement , elle aperçoit un homme d'un certain âge , comment connait-il son prénom? L'effet de surprise l'a fait chuter et c'est là que tout commence.

Un résumé succinct afin de ne pas trop vous en dévoiler, ce serait bien dommage!

Et puis cette citation énigmatique, à vous de deviner..

"Ailleurs est une sphère infinie dont le centre est ici"

François Cavana 





lundi 18 décembre 2023

 LAURA KASISCHKE

ESPRIT D'HIVER

LE LIVRE DE POCHE

301 PAGES


Une signature de l'inconscient; une empreinte sournoise du souvenir, une défense primitive, un oubli forcé tel est le déni. Où passe donc tout ce qu'on refuse de voir? On est jamais seuls face à la réalité à laquelle on s'efforce de croire. Choisir la vie à mener comme autant de fils à repriser sur les égratignures , les brûlures du temps en espérant que tout reprenne sa forme d'origine. Un immense coup de coeur pour ce thriller noir , ce conte noir de Noel aux allures presque fantastiques. Une histoire affreusement angoissante, terriblement psychologique. J'en suis encore retournée, sonnée. Derrière ce paysage envoutant et tranquille se dessine un destin familial tragique et glaçant. Un huis clos entre une mère et sa fille . On devrait toujours prêter attention à ses pressentiments, ne pas les éluder mais les écouter. Ils sont souvent des perspectives éclairantes. Laura Kasischke est une écrivaine et poétesse américaine , elle déconstruit dans ses romans le mythe de la société américaine. Un style ciselé entre réalisme et imaginaire tout se passe derrière les portes fermées. L'atmosphère est inquiétante , lugubre. La plume est addictive, à l'inspiration surnaturelle. Si l'intrigue est lente à se dévoiler , toute l'histoire est construite sur la subtilité psychologique. On est porté par cette ambiance de superstition obsédante et de symboles de l'inconscient. 

C'est véritablement mon plus grand coup de coeur de l'année! 

Et je vais bien sûr découvrir les autres romans de cette écrivaine pas si tranquille.


RESUME

Nous sommes le matin de Noel. Holly se réveille étrangement bien plus tard qu'elle en a l'habitude. Elle se réveille avec un troublant pressentiment puis se précipite vers la chambre de sa fille adoptive qui dort paisiblement. Eric son mari se lève en catastrophe pour aller chercher ses parents à l'aéroport .

Holly reste seule avec sa fille Tatiana. La neige tombe abondamment , le blizzard se lève et les invités ne viendront pas. Les heures passent et Tatiana  semble très différente. Susceptible, coléreuse, comme possédée. La journée est alors ponctuée de bien inexplicables et inquiétants événements.


Vous allez être abasourdi par le final!






. . 

lundi 11 décembre 2023

 JEAN -LUC BANNALEC

LES DISPARUS DE TREGASTEL

EDITIONS POCKET


Trégastel, pittoresque petit village sur la côte de Granit Rose .Un ciel écarlate  assommant une mer aux lueurs pourpres et magentas. Des paysages que l'on contemple à travers le verre cristallin d'un bon lambig ou d'un Quincy fruité. L' extravagance rose des roches de la plage de Corz-Porz; tout semble poétique à Trégastel. Presque irréel. Irréelle aussi la ténacité dont j'ai du faire preuve pour arriver au bout de cette lecture. Un résumé prometteur, une couverture sublime et bien ce fut tout! Je me suis prodigieusement ennuyée , un polar que j'ai feuilleté plutôt comme un guide touristique ou culinaire. Certes l'écriture de l'auteure est très visuelle et les descriptions magnifiques et fidèles au paysages. Jean -Luc Bannalec est le pseudonyme d'un écrivain allemand qui a trouvé sa patrie de coeur dans le Finistère sud. Plusieurs intrigues se présentent sans aucun lien apparent et reconstituer le puzzle est pour le moins compliqué . Le dénouement est inconsistant et décevant. L'enquête est molle et trop ponctuée de scènes redondantes freinant ainsi le peu d'action existante. Bref, 350 pages de lassitude à attendre miraculeusement un sursaut qui n'a jamais eu lieu. Un polar pantouflard que j'ai terminé avec un grand soupir de soulagement. 


RESUME

Le commissaire Dupin et son épouse Claire se sont promis des vacances loin de tout , loin de leurs carrières professionnelles envahissantes et éreintantes. L'horreur absolue pour Dupin hyperactif en son genre. Un farniente imposé par sa femme qui examine tous ses faits et gestes. Heureusement qu'à Trégastel, tout n'est pas si rose. Un statue sans valeur disparait de sa chapelle, une cliente de l'hôtel se volatilise mystérieusement, une inconnue est retrouvée morte , une députée est blessée par un jet de pierres et un tas de manigances se trament depuis bien trop longtemps sur la côte de Granit Rose. 

Une vraie aubaine pour le commissaire Dupin qui va devoir enquêter en catimini. Mais tout le monde n'y voit pas d'un très bon oeil..








  LAURE GOMBAULT NELLY PORTRAIT D'UNE INCANDESCENTE Si les anges n'ont pas été créés pour cette terre, certains y ressemblent étrang...