mardi 30 juin 2020

L'INSPIRATION CREATRICE


L'inspiration...

Un mot, une impulsion, une entraîneuse lumineuse, une trafiquante visionnaire, une extase de l'imaginaire...
J'avais envie de vous parler d'elle, de ses élans et de ses évanouissements supposés.
Je me suis souvent posé la question:
Existe-t-elle vraiment?
Est elle cette révélation foudroyante?
Ou alors, un profond et pérenne état de motivation et d'observation?

La notion d'inspiration est vaporeuse et complexe à matérialiser.
Qu' est ce que l'inspiration de façon "concrète"?
Elle est un déferlement inconscient de créativité qui envahit l'esprit et pousse donc à la création.
C'est une influence , une illumination une sorte de motivation.
On ne peut ni la contrôler ni la déclencher.
Mais elle est le fil conducteur essentiel du processus créatif.
Elle est le plus qualitatif de l'édification artistique.

Très longtemps, elle fût considérée comme comme une sorte de dictée d'une entité un peu mystique.
Dans l'Antiquité , elle émanait des Dieux et des Muses.
 On la nommait:
"L'Antique notion d'inspiration"
Puis une autre vision s'imposa par la suite;
Celle de la thèse d'Aristote où cette divagation incomberait aux humeurs comme un démesuré enthousiasme ou un état d'extase.
L'inspiration ne vient ni du hasard ni de la chance.
Je le pense fortement.

Pour les  Romantiques au 19 ème siècle,la rêverie et les rêves étaient de puissants états inspirateurs.
On se souvint aussi de Salvador Dali et son essence dialectique du rêve.
"Ce fil tendu et invisible qui sépare le sommeil du rêve"
Il a ainsi peint plusieurs tableaux dans ce demi sommeil...
Dont "Le rêve"

Elle peut être aussi le courant de l'inconscient et du refoulé.
Selon Freud.
Aujourd'hui libérée de ses tutelles , elle n'a plus vraiment de titre .
Elle a juste le sen que l'on veut bien lui prêter.
On peut imaginer une synthèse de tous ses anciens itinéraires.
On pourrait également y ajouter que l'inspiration est un ravitaillement de tout ce que l'on voit, de tout ce que l'on perçoit et de tout ce que l'on écoute.
Elle est la tension maximale des sens.
Il faut la chercher, la demander, la deviner...
Elle est le voeu de l'artiste d'aller plus loin que le simple processus de création.

Dans inspiration il y a improvisation, mais il y aussi une assiduité remarquable au travail!
Nietzche disait/
"Tout les grands hommes sont des travailleurs infatigables non seulement à inventer mais encore à rejeter , passer au crible , modifier ou arranger."

L'inspiration est partout où vous regardez...
Partout où vous déciderez de vous rendre disponible pour elle ..
Mais elle est surtout et finalement ce que l'homme serait incapable de composer sans elle.



Victor Hugo disait:
Les inspirés, chose bizarre méconnaissent l'inspiration.

Elle ne s'explique pas, c'est l'oeuvre qui l'explique;










vendredi 26 juin 2020

SELENE DEROSE

ALTER EGO

ROMAN INITIATIQUE

142 PAGES

AUTOEDITION




Nous pourrons changer que lorsque nous nous serons acceptés  tels que nous sommes .
Etrange paradoxe!
Quand l'oeil que nous poserons sur  le monde  sera définitivement celui de nos intériorités.
Savoir enfin qui nous sommes, la mission essentielle de nos humbles existences.

Aller à sa propre rencontre, comprendre que ce que nous pensons, que ce que nous sommes et aussi ce qui nous guident lorsque nous nous croyons perdus.
Dans notre rapport à l'existence . tout a un sens, notre comportement qu'il soit sous emprise ou libre est toujours l'expression d'un "moi" profond.
Oser se voir en pleine lumière, quand personne ne regarde , accepter ce face à face , cet effet miroir.
Sous l'arc significatif de la conscience , réveiller nos yeux.

Je dois avouer que je suis assez gourmande de ces intitulés un peu philosophiques , qui souvent nous offre une vision décalée des choses nous permettant ainsi de nous recentrer, de repositionner nos événements.
Accepter et accueillir ce qui se présente et se dire quel'on est exactement là où l'on doit être..
Pas toujours simple n'est ce pas?

Dans le roman de Sélène Derose j'ai flotté dans une aura de bienveillance, à mi chemin entre l'introspection et la résilience, la sérénité en plein coeur..
Sans nous endommager , sans nous désabuser , se laisser couler vers soi , ne surtout pas résister à cette grisante aventure.

Je ne connaissais pas les oeuvres de l'auteur  et je la remercie par ce biais de m'avoir proposé ce service presse.
Une belle immersion dans les légendes amérindiennes.

Sélène Derose est aussi l'auteure de:

"Quêtes, d'ombres et de lumière " en 2017.

Puis Alter Ego
Tome 1
Au delà des apparences
Et le
Tome2
Au delà des frontières


Vous faites le voyage avec moi?
Embarquement immédiat avec le fondateur de la psychiatrie analytique.
J' ai nommé Mr Carl Gustav Jung

"Celui qui regarde à l'extérieur rêve,
Celui qui regarde à l'intérieur s'éveille"

"Ce qu'on ne veut pas savoir de soi même finit par arriver de l'extérieur comme un destin"

Méditation en cours de téléchargement!

MON AVIS

RESUME


Niya est une jeune femme qui vit à Chicago ou peut être devrais je dire "vivote" à Chicago!

La personnalité de la jeune femme et sa vie d'ailleurs sont sans fioritures.
Niya est légèrement introvertie et résolument cartésienne!
Des journées sous contrôle , méthodiquement rythmées comme du papier à musique où rien ne dépasse sinon les fausses notes de l'imprévu et de la fantaisie.
Cruellement, les évidentes absentes!
Une poignée d'amis dont Clarisse sa colocataire et sa ravissante opposée , s'évertue à percer et à remplir cette forteresse d'uniformité!
Niya est amérindienne et pourtant très peu réceptive aux manifestations parfois mystiques de sa culture.
Pourtant un jour, un malencontreux  accident vient lui exorciser un étrange parallèle.
Un peu sous le choc, bringuebalée par de mystérieux et insolites phénomènes , elle va alors avancer à mi chemin entre son illustre côté rationnel et l'irrationnel qui commence à prendre ses aises.

Peu à peu , ses abris cèdent , Niya la logique , la pragmatique démissionne et sort de ses tréfonds , de ses émois enterrés , de ses souvenirs entaillés.
Un secret , une rencontre..
Le destin semble lui dire:
A ta rencontre, j'ai décidé de venir ..
Pitié ne ma repousses pas , j'ai besoin de toi et tuas besoin de moi...




L'ATMOSPHERE
 
 Un atmosphère calme et linéaire se dégage dans la plus grande partie du roman.
On se demande même si il va s'y passer quelque chose!
Une atmosphère qui restitue parfaitement le caractère de notre protagoniste.
Une ambiance routinière entraîne la lecture sans grand enthousiasme.
C'est véritablement dans les dernières pages que se délie le coeur de l'histoire.
Une atmosphère un peu ésotérique et mystique se dévoile et un peu de suspens arrive enfin!
L'ambiance de fin est en revanche assez pénétrante.



LES PERSONNAGES

Un contraste assez saisissant au niveau de la construction des personnages principaux au nombre de quatre.
Niya . Clarisse , Zain et Aaron.
Si les protagonistes masculins sont assez bien construit et sont les voix  fortes de ce roman, les protagonistes féminins sont un peu insipides et manquent d'étoffe .
J' ai davantage attendu et espéré de Zain et Aaron que de Niya et Clarisse.
Niya on la découvre au fil du roman et particulièrement à son dénouement qui met de la vigueur au personnage.
Elle n 'a pas été pour moi un personnage auquel je me suis attaché, il manquait un peu d'explicité au niveau émotionnel.
Le rendu de son vécu est resté assez cloisonné par sa personnalité.



LA PLUME DE L'AUTEUR

Un style fluide, accessible , assez dépouillé et laconique.
Si il est agréable à lire je n'ai néanmoins pas eu de vrai coup de coeur pour le style.
Il y a néanmoins de beaux passages bien détaillés qui font la force du roman.
La plume reste sensible , soignée  et j'ai trouvé les dialogues très vivants.


TITRE ET COUVERTURE

La couverture est magnifique et intrigante .
Et tout a fait appropriée à l'histoire.

Le titre c'est le thème tout simplement , pas de mystère , il annonce la couleur!
Concis et efficace, ces deux mots captivent , les titres courts sont souvent plus percutants!


CE QUE J'AI AIME

La dimension initiatique sous fond de légende amérindienne .
La découverte d'un pan de cette culture .
L'intrigue est bien préservée et a son plein effet en fin de lecture.
Une lecture évasion.agréable.
Une histoire très bien imaginée

CE QUE J'AI MOINS AIME

Le rythme lent et un peu mou du début du livre .
Des scènes réitérées un peu  trop souvent entraînant une lassitude . .
Un chahut de réflexions  pas toujours adroitement manié.
Un recul froid dans le récit par endroits.
Des personnages pas assez travaillés.



PASSAGE FAVORI


"Ma conscience quitta la nuit et mes paupières s'ouvrirent sur l'aurore .
Le bleu sombre du ciel commençait à battre en retraite face aux rayons chauds du soleil.
Le dégradé de couleurs qui en résultait donnait aux alentours un aspect irréel ou peut ^tre cette impression était due à la brume de ma tête .
Je me réappropriais petit à petit mon environnement tandis que des images étranges dansaient parmi mes pensées.
Comme toujours , j'émergeai en même temps qu'elle mais cette fois était différente de toutes les autres"



J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce livre et ainsi l'univers de Sélène Derose.
Expérience mystique ou réelle j'ai totalement adhéré à ce sujet vaste et fort intéressant.
Le mystique est une force invincible..

Et c'est avec grand plaisir également que je lirais sa suite..
















.

















.

mardi 16 juin 2020

L'INTIMITE D'UN LIEU AIME

LA POESIE


Je vous présente un tout petit moment d'intimité avec ma signature préférée .
Celle qu'appose la poésie sur chacune de mes émotions.


Un petit article dans l'humilité d'une intention , celle de vous confier en toute simplicité ma liaison avec les mots.

Je dis souvent que la poésie est mon vacarme intérieur.
Un post scriptum à tout ce que je vis.
Une mention légale, viscérale Advita aeternam.

La poésie et moi nous sommes rencontrées dès que mes petits doigts ont su écrire, lorsque j'ai compris que l'on pouvait métamorphoser la pensée en verbe.
Elle m'a effleuré , sans volonté de me bousculer ou de me provoquer , juste pour que je puisse déposer secrètement mon parchemin d'être humain.

Allumer une lumière dans l'obscurité..
Forcer le silence à capituler..
Gicler l'encre des maux..
Se faufiler dans le fouillis des non dits...


Les mots, ces grands couloirs muets où l'on jette aux oubliettes ce qui ne doit plus être tapis dans l'ombre.
La poésie est la griffure de mes errances.
La clameur de mes bonheurs.
Sans rompre le passé , elle m'offre la belle opportunité de me réconcilier avec lui.
Quand j'ai le coeur à cran , elle s'invite en quelques touches d'instants, troublant rendez vous au creux de mon imaginaire.

Comment ais je pu m'en extraire?

Si j'en écris depuis ma plus tendre adolescence, je l'ai aussi vite oubliée dans ma vie d'adulte un très grand nombre d'années.
Oubliée, peut être pas...juste cachée dans une vie où elle n'avait plus sa place.
Des aléas , des années tourmentées , une expatriation ont eu raison d'elle...
Je l'ai porté en moi comme un secret , comme un parfum oublié...

Et puis un jour, la fin d'une vie, la maturité d'une autre, une sérénité retrouvée, j'ai eu très envie d'y revenir..mais je ne savais pas de quelle manière...

Je n'avais pas encore les réseaux sociaux, mais on m'a convaincu de m'y jeter, c'était dans l'air du temps!
Me voilà inscrite sur Facebook..
De fil en aiguilles, je découvre les groupes de poésies .
Timidement, je m'y abonne et je me contente à cet instant de les lire..
Puis crescendo, je ressens ces spasmes de bonheur m'envahir comme avant...
J'ai très envie de les commenter, mais je ne suis plus certaine d'avoir les bons mots..
Puis je me lance, je ressens de nouveau le pouvoir des mots , plus j'en lis plus cela revient ..
J' y pressens ma renaissance.
Peu à peu , les bouts de choses suspendues à l'ingéniosité d'un temps perdu retrouve leurs vrais sens.

Je décide un jour d'écrire moi aussi de la poésie.

Les premières sont fragiles et très maladroites dans le style et puis parce que je suis encore très brimée au niveau des mes ressentis.
Mais je persévère et j'espère pouvoir toucher les gens, mettre des mots là où ils manquent cruellement
Quand j'écris un poème j'ai toujours besoin d'un support visuel., une image, une scène capturée dans la journée.
Pour moi les deux sont indissociables.

Et me voilà à publier mes poèmes dans les groupes.
Une véritable euphorie s'empare de moi, je guette fébrileusement  les réactions et les commentaires.
Une vraie traque!
Et quand les premiers retours sont touchants, je sens une vague intérieure de bonheur déferler en moi.
Ce jeu de sensations devient une véritable addiction.

Puis de nouveau un grand drame s'abat sur ma vie...
Et là encore l'écriture et la poésie m'ont permis de survivre...
La poésie est arrivée au bon moment , comme si elle savait..


A ce moment là, je ne connais pas du tout l'autoédition.
Jamais entendu parler!

Une belle rencontre virtuelle me permet alors de faire la connaissance de ce moyen d'édition.
Au début , je suis plus que réticente, mes poèmes n'intéresseront personne..
Je n'ai aucune confiance en mes écrits..
Puis sous une bienveillante insistance, je finis par céder.
Un petit recueil d'une cinquantaine de poèmes voit le jour.
Il s'appelle:
AU DELA DES MOTS
Il arrive huitième à sa sortie dans sa catégorie.

Et surtout, il est dédié à mon fils de 22 ans qui m'a quitté un matin de novembre...


Voilà , je ne suis pas très douée pour parler de moi, mais j'avais très envie de partager ce petit moment avec vous...

poétiquement vôtre...















dimanche 14 juin 2020

SARAH  POULAIN

BELLE DE VIE

ROMAN D'AUTOFICTION

86 PAGES

EDITIONS EX AEQUO

PREFACE DE JEAN -ROTTIER

DIRECTEUR DE LA COLLECTION BLANCHE
DES EDITIONS EX AEQUO

De ce roman , il dira:
Dans l'atmosphère fluorescente d'une Beat Génération à la française, d'un"Bonjour Tristesse "ou d'un "Vernon Subutex"revisités , nous déambulons au sein d'une bourgade normande métamorphosée en terre d'exil , entendons un cri de liberté , des spasmes de jouissances , un appel au secours et pénétrons les secrets de l'insolence par les chemins éclairés d'une belle écriture solitaire..
Lame vengeresse , larmes de détresse ...
Ce récit écrit à l'encre des veines est bouleversant.




Il y a un âge pour se raconter.
Dans l'entrelacement chaotique des premiers émois torturés de l'adolescence, l'enfance qui disparaît subrepticement mais dont le coeur est encore sculpté de ses contours fragiles et de ses incertitudes.
Dans l'insouciance de l'avenir, la jouissance du moment , vite attraper et retenir les mots avant que les idées ne s'envolent..
Avant que les sens en immersion ne soient excisés par le temps..
Avant que les ressentis, les émotions ne soient plus que la valse lente des souvenirs..


Les pages se sont tournées dans une sincérité renversée, renversante.
Sans manoeuvre, sans duplicité , les pages se sont tournées dans le vertige insensé des grimaces de mon propre passé .
J' ai désamorcé , une à une, toutes les bombes à retardement échouées négligemment depuis tellement longtemps.
Je les ai laissé imploser en moi comme un feu d'artifice, élancée vers le haut, j'ai recollé les morceaux.
Dans l'immensité biaisée et scalpée des chocs ensevelis, j'ai enfin compris tout ce que j'avais berné depuis bien des années.
Vous savez quand cette vie d'adulte n'a laissé qu'un fossé infranchissable d'illusions traumatisées, de rêves avortés , d'un ciel étriqué.

A travers cette lecture, j'ai basculé de l'autre côté de la vie, à l'âge de vérité.
A cette fureur de vivre , à ces envies de le dire, à cette âme chahutée , retroussée dans laquelle je viens hurler sous le drap ourlé de mes larmes ..
Tout me désarme , pour mon plus grand bonheur.
Et ce miroir auquel je me colle , que je crible de regards en espérant me débarrasser de cette jeunesse estropiée par trop de lucidité.
A nos turbulences, à la force de ce quel'on pense, aux rebellions inassouvies , à la virulence que l'on pose sur chaque conviction à cet âge .
A nos rages tout simplement...
Tordre les règles, tout détruire pour tout reconstruire.


Ainsi, je me suis posée , comme la foudre un soir d'orage dans l'univers si étrangement familier de Sarah Poulain.
Qui est Sarah Poulain?
Je la découvre au détour de mes poèmes , à travers ses lectures fidèles et cette sensibilité que je lui prête instantanément;
J' ai très envie d'aller vers elle , mon instinct m'interpelle.
Ce qu'elle dégage est sans appel...

Sarah Poulain est une travailleuse sociale .
Les combats , les injustices de la société , elle les connait , elle les entends.
La détresse , la misère , elle en fait son affaire..
Femme solaire, généreuse, elle éparpille ses rayons puissants sur tout les oubliés de la vie.
Mais elle est aussi convaincue que la "guérison sociale" se fait par les mots les livres et a connaissance.
Elle crée en 2O10 , un café littéraire à Montagne -au-Perche , la ville qui la voit naître.
Malheureusement, la vie n'est pas un long fleuve tranquille et un jour elle voit son destin basculer dans la maladie.
Un double cancer contre lequel il va falloir lutter sans répit et qui "taguera" son corps à jamais.
Forte de tout , elle se bat et enraye cette indésirée trajectoire.
Elle reste belle et rebelle (deux fois belle)et sa personnalité engagée et authentique m'a totalement bouleversée.
Elle écrit deux livres

BELLE DE VIE
roman d'autofiction
Et
BORDERLINE
Un recueil de textes


RESUME


Je commence par cette citation
"Quand la vie ne tient qu'à un fil , c'est fou le prix du fil"
Daniel Pennac



Elle a 14 ans , 15 ans,16 ans puis 18 ans...
Son caractère fiche de la tachycardie , ses pulsions de vie tambourinent en moi comme si je l'avais dans la peau.
Désenchantée et borderline , promise dès son enfance à très peu de chance , elle va vivre dangereusement les quelques années d'adolescence qui vont la propulser vers sa révélation.
Famille éclatée par un drame , par le deuil , elle va tout vivre pour exulter, pour oublier.
Ses deux soupapes :
Les mots et le sexe
Elle brûle sa vie par les deux bouts à l'époque ou le Sida fait son apparition , elle nargue toutes les précautions..
Elle se donne , aime passionnément et sans réserve.
Elle dévore les livres, se cherche entre leurs lignes .
Mais sa souffrance vampirise chaque jour de sa vie, le souvenir ne veut pas se taire, elle voudrait fuir , ne plus ressentir, réécrire l'histoire, elle court après la sensation du moment en espérant qu'elle l'amène le plus loin possible.
Dans ses relents médusés , ses plaisirs usés , shootée par la chair et ses jouissances éphémères , elle ne sait pas encore que là où elle se trouve , c'est la porte d'entrée...
Ne s'appuyer sur rien , ne se fixer nul part pour comprendre que pour se trouver , il ne faut plus se mentir.



LA PLUME DE L'AUTEUR

Alerte coup de coeur!!
Une plume qui défie les mots, qui les cabossent , qui les essorent pour nous offrir ce nectar de vie .
Un style effectivement ressemblant à celui de Françoise Sagan dans "Bonjour Tristesse"
Il y a une vraie cadence , toute réflexion est proscrite au profit du ressenti.
Chaque mot donne l'envie d'un autre , aucune pause dans l'émotion.
Une plume qui extrait une poignée de lumière de chaque instant.
Fluidité, précision et force de frappe , tels en sont les points forts et dominants.


CE QUE J'AI AIME

L'utilisation de la première personne et du temps au présent que j'affectionne tout particulièrement pour sa proximité avec l'événement et pour son expression du réel.
Il propose ainsi une immersion instantanée dans l'univers de l'histoire.
On vit en simultané ce que l'on lit.

L'auteure a une capacité assez incroyable à retranscrire ses ressentis comme si ils étaient vécus à l'instant même.

La richesse et la précision du vocabulaire dans les descriptions des situations les plus déconcertantes.
Ce pouvoir qu'à cette plume d'extirper le beau...même là où il ne semble pas l'être.
La force du récit et l'impudeur touchante dont il fait preuve.

CE QUE J'AI MOINS AIME

Des phrases parfois trop longues essoufflant un peu la lecture.
Des paragraphes trop peu aérés et souvent étalés en longueur.
Livre trop court...forcément puisque j'ai aimé ..je ne sais pas trop ce que l'auteur aurait pu y rajouter mais j'en aurais volontiers lu davantage.



UN TITRE

Belle de Vie, un titre sur mesure , la vie dans tout ses états ,la vie en ivresse continuelle, est ce la vie qui la rend belle ou est ce que c'est elle qui rend belle la vie?



PASSAGES FAVORIS

"Dans la cour du lycée , il se forme des groupes et des couples "tous les garçons et les filles de mon âge savent bien ce que c'est d'être heureux , mais moi l'âme en peine" je deviens lectrice , écrivain , poétesse , communiste et séductrice .
Avec la force d'un bulldozer dont les chenilles écrasent l'hypocrisie , je broie toute relation qui ne vibre pas sincère ."

" J'ai eu un frère . Il est mort.
Personne n'est parvenu à en parler .
Nos gorges nouées , la larme toujours prête à sortir , nous sommes passés à autre chose pour survivre.
Ma mère est tombée amoureuse de l'ambulancier , mon père s'est rapprochée de la cantinière et moi j'ai commencé à séduire les garçons.
Chacun s'est affairé à tomber amoureux , c'était ça ou mourir avec lui et il n'aurait pas voulu!"




Ainsi s'achève cette chronique qui a été écrite dans une vive émotion pour beaucoup de raisons.
La découverte de cette auteure est une vraie révélation et le début d'une belle amitié littéraire.
J'ose espérer avoir éveillé votre curiosité et je souhaite de tout coeur que votre lecture soit un moment unique comme l'a été le mien.

Merci Sarah...d'être ce que tu es tout simplement...


























dimanche 7 juin 2020

INTERVIEW DE DIDIER D. DEVENEY








Lunettes noires, musique aux tripes, montée en décibels, ambiance métal bouillant !
Badigeonné de tatouages puissants et par extension , nouvellement auteur !
Il ne lui manque que les cheveux longs et hirsutes(sourire)
J'ai l'honneur de vous présenter
Le musée noir
Du bienheureux "métalleux"
DIDIER D . DEVENEY
Peu importe à quel bord vous appartenez, il y a des choses qui restent universelles.
Nos musiques préférées, notre époque fétiche..
Tout ce plein de vécu qui épingle nos vies et en berce la continuité.

Didier D. Deveney est un artiste complet qui a déjà pas mal d'étiquettes artistiques collées aux santiags!
Musicien, scénariste, dialoguiste et aquarelliste de rocks stars, il expose chaque année ses oeuvres au festival de musique Hellfest qui se déroule le troisième week end du mois de juin en Loire Atlantique depuis 2006 et crée par Ben Barbaud.
Pour l'heure nous allons principalement nous pencher sur son parcours d'écrivain .
Après :
SEX, DRUGS AND ROCK N 'ROLL LA FIN D'UNE ERE?
Ouvrage où il évoque l'évolution de la scène métal// rock sur le plan comportemental des artistes.
La fin d'une ère de débauche , il déroge à certains préjugés et clichés plus d'actualité..
Il nous révèle la nouvelle émergence du milieu qui se veut plus clean , plus conscientisé.








En 2019, il récidive avec un thriller rock , psychédélique , une histoire de guitare maléfique , un jeu de piste balisé par l'occulte où il insère des événements et des personnalités connues.
Un thriller sulfureux et déjanté.
Une expérience de lecture très inhabituelle!
SIX CORDES AU COU



Passons à l'interview!




Bonjour Didier et merci de nous accorder un peu de ton précieux temps.


TU ES SCENARISTE , PORTRAITISTE ET NOUVELLEMENT ECRIVAIN
L'ECRITURE EST ELLE UN ABOUTISSEMENT ARTISTIQUE?


C'est une suite logique en effet.
J'irais jusqu'à dire la finalité de mon parcours, en tout cas , là où je m'épanouis le plus actuellement.
Cela fait trois ans maintenant.


QUELLE PLACE A CET ART "RETARDATAIRE" SUR TES AUTRES EXPERIENCES ARTISTIQUES?


 C'est devenu mon activité principale , bien que j'écrive encore quelques dialogues et scénarios pour des projets à venir.
Par exemple , je n'ai toujours pas fini de peindre un portrait de Johnny Deep depuis deux ans!


COMMENT FONCTIONNE TON PROCESSUS CREATIF?


Ca vient par fulgurances , je ne me force pas à écrire, ça doit rester une envie et un plaisir.
Il m'arrive de laisser mûrir les idées des jours avant de reprendre un texte.
Je visualise souvent les scènes avant de les écrire, comme un film qui passe dans ma tête.
C'est le matin que je suis le plus créatif.


QUELLE DIMENSION APPORTE LA MUSIQUE A L'ECRITURE?

Définitivement une atmosphère , j'ai souvent des chansons spécifiques à l'esprit quand j'écris certaines scènes.


TU AS UNE KYRIELLE D'APTITUDES ET DE TALENTS , SONT ILS POUR TOI AUJOURD'HUI COMPLEMENTAIRES ET POURQUOI?

Merci c'est gentil.
Le fait d'avoir écrit des scénarios m'a forcément beaucoup aidé pour allaer à l'essentiel et pour décrire les situations , pour aussi dynamiser les dialogues bien entendu.
C'est également les expériences qui enrichissent mes histoires , ce que j'ai vécu et les rencontres que j'ai faites au fil des années.


PENSES TU QU'IL EST INDISPENSABLE D'AVOIR VECU  POUR POUVOIR ECRIRE?

Définitivement oui.
Pas aussi extrême qu'Hunter ou Charles Bukowski mais forcément ce que nous vivons imprègne nos écrits.
Même en SF, il faut avoir une certaine culture et expérience sans pour autant s'être fait enlever par des extraterrestres!


QUE PEUT REVELER  CETTE ENVIE UN PEU TARDIVE D'ECRIRE?
UNE PRISE DE CONSCIENCE, UNE PROFONDE NOSTALGIE OU SIMPLEMENT LE DESIR DE PARTAGER UNE EPOQUE FETICHE DE TA VIE?

Le désir d'écrire a toujours été là.
Il avait une autre forme tout simplement : des chansons , des textes courts, des sketchs.
C'est d'avoir franchi le pas qui a été tardif, mais j'imagine qu'il me fallait une certaine maturité ou une certaine légitimité.


D'AILLEURS, CETTE EPOQUE ROCK ET METAL , COMMENT L'AS TU VECU?

Dans les années 80 , quand tu écoutais Alice Cooper , Metallica , Motley Crue ou Guns N'Roses tu étais facilement catalogué comme "ado à problème" , nous n'étions pas nombreux à porter des T-shirts de Hard dans mon collège.
J'ai toujours été un outsider de toute façon.
On se retrouvait le samedi chez un disquaire mythique de Nice "Hit Import" qui vient de fêter ses 40 ans d'ailleurs.
Le samedi soir , je regardais "Les enfants du rock" et récupérais des concerts en VHS.
Et en été, je retrouvais des amis du monde entier , on échangeait des cassettes , des comics, de la presse spécialisée , c'était génial!
J'étais au final plus au fait que la majorité de mes camarades de classe élevés au TOP 50 et au OK PODIUM.


T'EN ESTU AFFRANCHI OU LA VIS-TU TOUJOURS AU MEME DEGRE?

J'imagine que je suis resté à peu de chose près le même à ce niveau , avec disons la chance d'avoir pu rencontrer certaines de mes idoles d'adolescence.
J'ai atteint un certain cercle des enfers si je puis dire (rire diabolique théâtral)


JE NE VAIS PAS FAIRE ORIGINAL EN TE DEMANDANT SI TU PENSES QU'ECRIRE SOUS INFLUENCE EST UN LEVIER DE CREATION OU UN MYTHE ERRONE..
PENSES TU QUE CELA PUISSE REVELER UN GENIE PREEXISTANT?


Soyns honnêtes, ça ne marche pas pour tout le monde.
A petites doses c'est désinhibant , au delà, ça peut s'avérer destructeur.
Se forcer à être dans un état second pour l'art est plus une erreur qu'autre chose .
Beigbeder raconte souvent qu'il avait essayé d'écrire sous coke .
Résultat:un amoncellement hystérique de phrases qui finissaient par se répérter.
Personnellement , ça ne m'a jamais fait jaillir une créativité enfouie , au contraire.
J'écris dans le calme et la sobriété , à la lumière du jour.



DANS TES "BILLETS AUSSI INUTILES QU'INOPPORTUNS " TU FAIS PREUVE D'UNE LOGORRHEE VERBALE ASSEZ IMPRESSIONANTE.
ON SENT EN TOI LE FLOT DES MOTS , CETTE ENVIE , VOIRE CE BESOIN DE TRANSMETTRE OU D'ERADIQUER CERTAINS PREJUGES.
TU ABORDES LE SUJET DE LA CULTURE INDE .
J'AI REMARQUE UNE VRAIE INTEGRITE DANS TES PROPOS ET UNE JUSTE LUCIDITE AUSSI.
ETRE EN PHASE AVEC L'INTENTION DE SON ECRIT EST PLUS GRANDISSANT ET MERITOIRE QUE VENDRE SON AME A UNE QUELCONQUE MAISON D'EDITION NON RESPECTUEUSE DE TES DROITS ET DE TON TRAVAIL



Mes billets sont un exutoire , une récréation dans l'esprit des textes de Desproges.
Au fil des années, j'ai appris à savoir ce que je ne voulais pas , comme perdre le contrôle de son travail et pardessus tout être intègre et loyal envers mes amis .
SEX , DRUGS AND ROCK N'ROLL LA FIN D'UNE ERE? devait être publié par une maison d'édition .
Mais un des directeurs s'est montré très peu professionnel et on a annulé le projet.
Je suis bien plus heureux de l'avoir sorti moi même.
Il est comme je voulais qu'il soit : avec une mise en page soignée et ludique et surtout à un prix raisonnable.
Pour SIX CORDES AU COU , c'est différent, j'ai démarché des maisons d'editions sans succès.
Une seule m'a répondu avec bienveillance et m'a donné des conseils.
Malheureusement, elle n'a pas pu m'éditer.
Fort de mon expérience avec mon premier livre , j'ai tout fait moi même à nouveau sauf la couverture que j'ai confié à mon ami VINCENT CLERICO graphiste talentueux.



ALORS L'AUTOEDITION, CHOIX REEL OU HYPOCRISIE ?
SI UNE GRANDE MAISON D'EDITION TE PROPOSE UN CONTRAT MOYENNANT QUELQUES CHANGEMENTS .
QUELLE SERAIT TA REACTION?


Je ne vais pas te cacher qu'être édité par une grande maison d'édition serait un aboutissement .
Donc, si l'on me suggère des modifications , je suppose que ce serait pour le bien du livre , je pèserai le pour et le contre.
Je veillerai également comment et à quelle échelle elle va me promouvoir.


L'AUTOEDITION EST UN ESPACE D'ECRITURE DEDIE A TOUS.
SANS FILETS .
ON PEUT Y LIRE DE TOUT , POUR TOI QUEL NIVEAU DONNES TU HONNETEMENT A L'AUTOEDITION?


C'est un  merveilleux tremplin, un laboratoire.
Mais aussi un moyen de contrôler son oeuvre et sa communication tout en percevant les fruits et non un maigre pourcentage.
A condition bien sûr d'en maitriser un peu les rouages.


DANS UN AUTRE DE TES BILLETS , TU EVOQUES LE SUJET DE BIEN CHOISIR SA PHRASE DE SORTIE , SON ULTIME PHRASE.
PAR CONSEQUENT,MAITRE DE TOUTES TES FACULTES MENTALES AUJOURD'HUI
QUELLE SERAIT LA TIENNE?


Je ne sais pas, sûrement un truc improbable du style "j'ai caché un million d'Euros......dans......la....
aaaaaaaaaaargh....."


APPREHENDES TU CETTE ETAPE
Y PENSES TU SOUVENT?

Je pense souvent à la mort ouii....
Toujours celle des autres , jamais la mienne.
Pour citer Guy Bedos qui nous a quitté récemment.


AS TU DES REGRETS, DES PROJETS INACHEVES?


Le seul regret, qui n'en est pas vraiment un , plutôt un reproche que je me fais parfois , c'est d'avoir commencé à écrire mes romans si tard.
On a un projet avec mon ami et réalisateur ENGUERRAN PRIEU qu'on a pas réussi à finaliser faute de moyens.
ROCK N'ROLL OVER, un film musical autour du groupe les GIALLO QUEENS qui se passe dans les 70S .
On a même tourné avec une dizaine de rock stars qui apparaissent dans la dernière partie du film documentaire.
On travaille à son remake actuellement.



ES TU PLUS HIGHWAY TO HELL OU STAIRWAYS TO HEAVEN? (sourire)

Plutôt "I LOVE THE DEAD" d'ALICE COOPER!



QUEL GENRE DE LECTEUR ES TU?
QUELLES REFERENCES?

Je suis un grand amateur de biographies, surtout celles des musiciens.
J'aime aussi beaucoup Beigbeder, Virginie Despentes, Chuck Palahniuk, HunterS Thompson et Terry Pratchett.

DU COUP, UN PETIT MOT POUR TES LECTEURS?


Je ne vous remercierai jamais assez pour votre soutien!
Vous n'avez encore rien vu!



PARTIE MUSIQUE

TU AS L'AIR D'ETRE ASSEZ ECCLECTIQUE .
QUEL REGARD PORTES TU SUR LES DIFFERENTS COURANTS MUSICAUX DU MOMENT?

J'écoute autant du métal que Depeche Mode, les Beastie Boys ou les Foo Fighters.
J'apprécie Faith No More , les Rita Mitsouko , Prince ou Fela Kuti.
Il y a certains groupes que j'ai découvert récemment comme HEILUNG et de la dark folk expérimentale.
J'essaie de rester le plus curieux possible.


PENSE TU QUE LA MUSIQUE
"C'ETAIT MIEUX AVANT"?
LES ARTISTES, LA QUALITE, TON POINT DE VUE DE PROFESSIONNEL?

Ce n'était pas forcément mieux avant, juste plus varié.
Actuellement au niveau mainstream, c'est un lavage de cerveaux disponibles.
Au début des années MTV, tu pouvais avoir un clip de Run -DMC PUIS DES Backstreet Boys et juste après un d'Ozzy Osbourne .
Maintenant, MTVest devenu une décharge de télé réalité .
C'est une véritable ségrégation ; des chaînes musicales et des radios spécialisées dans le Rap cheap, le Zouk love , la variété française et une chaîne pour les vieux, c'est lamentable.
Heureusement il y a Arte , les web radios et les services de sreaming!
Quoiqu'il arrive, la musique que vous avez entendu dans votre enfance va déterminer vos goûts futurs.
Il y aura toujours une partie de la jeunesse qui va s'intéresser à la musique et développer sa culture et une autre qui va se contenter de gober ce qu'on leur balance sur les radios et à la télé.
C'est aussi valable pour le cinéma et la littérature.


PENSES TU QUE POUR ETRE UN BON ROCKER OU UN BON MUSICIEN , IL FAUR ETRE MORT ET S'INSCRIRE DANS UNE LEGENDE PAR UN COMPORTEMENT , PAR UN DESTIN TRAGIQUE , UN VRAI TALENT?

Non pas du tout.
Il ne faut pas confondre créativité et attitude.
SLASH par exemple est un guitariste devenu légendaire qui a failli perdre la vie à cause de la drogue et de l'alcool, c'est sa musique qui l'a porté là où il est , pas ses excès.
Si tu savais le nombre de pseudos stars qui se sont inventés une enfance terrible pour avoir une certaine crédibilité.
Et puis comme je le dis dans mon livre SEX, DRUGS AND ROCK N'ROLL tombe en désuétude.




LA  PERSONNALITE JOUE T-ELLE UN ROLE ?
JE PENSE A KURT COBAIN OU JIM MORRISON


Forcément oui.
Il faut une certaine sensibilité pour transcrire des émotions ou des sujets qui vont toucher un grand nombre de personnes.
L'autodestruction est souvent inhérente aux artistes, Kurt en est un exemple édifiant, les drogues n'ont fait qu'empirer son état dépressif.
Mais j'en reviens à ce que je viens de dire , j'aime Morrison pour sa poésie , pas pour son comportement abusif.
Pas besoin d'agir comme un connard pour être reconnu comme une star , chose que certains "wanna be " n'intègrent pas d'ailleurs.



TU AS EU L'OCCASION DE FREQUENTER UN MILIEU VIP .
COMMENT ON S'INTEGRE DANS UN MILIEU COMME CELUI LA?

Il n'y a pas de formule miracle.
Le hasard est souvent en ma faveur.
Mon super pouvoir comme dit mon entourage proche.
Que ce soit au Festival de Cannes ou au Hellfest , j'ai rencontré beaucoup de monde , je suis resté en contact avec quelques uns.
Pour la partie documentaire  de Rock N'Roll Over et pour mon livre , j'ai faitdes demandes aux managements quand je n'avais pas de contacts directs.
Une chose qui demeure , quand je rencontre un artiste , ils n'ont pas un fan face à eux , juste un autre artiste avec quiils vont peut être aimer conserver des tas de choses différentes autre que leur dernier film ou album.


EST CE UN MONDE TRUFFE DE PIEGES ET DE DESILLUSIONS?


Tous les milieux que ce soit la littérature , la musique ou le cinéma sont des paniers à crabes.
J'ai la chance de ne pas avoir eu trop de déconvenues.
Il m'est arrivé d'avoir été trahi par des proches , par jalousie ou par ambition.
Mais pas par de vrais artistes, connus ou non.
C'est parfois les équipes qui les entourent qui sont de véritables plaies.
La première manager de Ghost par exemple a été infecte et au contraire Tobias le leader a été adorable.
Il faut savoir aussi qu'à force , les encadrements me connaissent et me facilitent la vie.
C'et le cas de du Hellfest et de Drouot Productions qui sont vraiment aux petits soins avec moi.
J' en profite pour les remercier ici!



QUEL REGARD PORTES TU SUR LA CELEBRITE?


Tout dépend comment elle a été acquise mais aussi le public concerné.
Je peux respecter des des artistes dont je ne suis pas féru mais qui par leur talent ont une grande notoriété.
Par contre tout ce qui est télé réalité ou tout droit sorti du net je m'en fous complètement.
On a les idoles qu'on mérite.
Le genre Cardi B ou Kardashian ne représente rien pour moi.
On peut avoir des millions de vues en rotant un texte niveau Cm2  sous autotune ce n'est pas pour autant que vous êtes une star et encore moins un artiste.

SI TU AVAIS DU FAIRE PARTIE D'UN GROUPE LEQUEL SERAIT CE?


Si c'est avec quelqu'un de connu , ce serait avec MIKE PATTON , j'aurais pu répondre Alice Cooper mais ça aurait été trop évident!
Si je devais en monter un, j'imagine qu 'on serait musicalement proches de NINE INCH NAILS.
Dans les deux cas , on se battrait pour avoir le micro , mon niveau de basse est trop rudimentaire!


SI TU DEVAIS CHOISIR QU'UN ALBUM LEQUEL SERAIT CE?

APPETITE FOR DESTRUCTION DE GUNS N'ROSES.
Ca a été un révélation , j'avais 13 ans.
Je fais l'effort de ne pas citer encore Alice Cooper!

THE DOWNWARD SPIRAL de NINE INCH NAILS a été une claque monumentale aussi.


TE SOUVIENS TU DE TON PREMIER ACHAT DE DISQUE?

Je crois bien que c'est le ALIVE  2 de KISS.
Je devais avoir 9ans.


QUEL ART EST POUR TOI ESSENTIEL

CELUI DONT TU NE POURRAIS PAS TE PASSER?

A titre personnel, l'écriture définitivement;
De manière plus générale , la musique.


A PART TOUT CA: DIDIER D. DEVENEY C'EST QUI?

Il faut demander ça à mon entourage!
Je suis souvent qualifié de Dandy Métal.



AVANT LES QUESTIONS DECALEES, PETIT COUP DE PROJECTEUR  SUR TA COMPAGNE LAETITIA DONT TU PARLES TRES SOUVENT.


Laetitia avec qui je partage ma vie depuis 16 ans , m'a toujours soutenu avec aussi un regard très critique et juste.
Elle m'aide aussi énormément lors des événements , elle entre en contact avec les médias , les lecteurs, les mets à l'aise, c'est une assistante exceptionnelle.
Je la surnomme "mon agent" ce que souvent les gens croient.


QUELLE PLACE A L'AUTRE DANS UNE VIE D'ARTISTE?
DE QUELLES QUALITES FAUT IL ETRE DOTES?


Dans la mienne , elle est complémentaire et indispensable.
Il faut de la patience et de l'ouverture d'esprit.
Savoir aussi être un garde fou et par dessus tout vouloir que l'autre réussisse pour que le couple fonctionne.



PARTAGE T-ELLE TOUTES TES PASSIONS?

Au niveau peinture , cinéma , musique et littérature on a quasiment les mêmes goûts.
Elle me taquine parfois au sujet de NIKKI SIXX et de MOTLEY CRUE enfin surtout de leurs côtés Glam Rock  des 80S et à propos de Beigbeder elle ne raffole pas trop de son attitude.


TE CONSIDERES TU COMME UN ARTISTE HYPERACIF?

Pas vraiment,surtout en ce moment je n'écris pas tous les jours.


ET UN ROCKER CA AIME LES ROCKEUSE OU PAS DU TOUT? (SOURIRE)


Je pense que oui.
Il faut avoir des centres d'intérêts communs pour vivre pleinement à deux.
Laetitia est une vrais Courtney Love quand elle s'y met!




QUESTIONS DECALEES

TU N'AS JAMAIS PENSE A UN PSEUDO?


Pas vraiment non, si c'est pour se faire un nom autant que ce soit avec le sien!




TU AS UN STYLE VESTIMENTAIRE BIEN A TOI , UNE FRINGUE FETICHE?

Je porte principalement du noir.
En général , c'est jean serré , Tshirt rock , bottines et veste chic.
Si j'ai un vêtement fétiche en ce moment c'est sûrement mon T-shirt Hollywood Vampires dessiné par TOMMY HENRIKSEN  leur guitariste avec qui je m'entends vraiment bien.
Sinon, j'en ai un autre que je ne porterai jamais signé par MARILYN MANSON!


SI TU ETAIS UN SIGNE DE PONCTUATION?

Trois petits points.
Cela peut être énigmatique , amener à un surprise, révéler un sentiment ou tout simplement laisser la parole à l'autre .
J'en utilise pas mal d'ailleurs....


QUEL EST TON PLAT PREFERE?
Avec une chef comme mon épouse c'est compliqué de ne choisir qu'un seul plat.
Mon pêché mignon est un assortiment de fromages avec un bon bourgogne et une tarte aux pommes n dessert!



UNE ANECDOTE INAVOUABLE QUI A L'INSTANT SERAIT TOUT A FAIT AVOUABLE?
(SOURIRE)


Nous avions fêté la fin du tournage de Run avec Blackrain et toute notre équipe.
Le lendemain Laetitia et moi nous invitons le groupe pour un dîner et dormir avant qu'il ne parte en tournée en Italie.
Laetitia regarde les photos de la soirée et me prend d'un coup par le bras en me demandant espiègle 
"C'est qui cette petite pute?"
Je montre la photo en question au groupe , énorme crise de rire 
C'était en fait leur chanteur Swann qu'elle n'avait pas reconnu !
On en rit encore , Swann un peu moins!



Pour conclure , comme j'adore les citations, de ce que je perçois de toi , j'ai déniché celle ci de Montesquieu , tu me diras si elle te correspond!

"J'ai toujours vu pour réussirr dans ce monde qu'il fallait avoir l'air fouet être sage"

J'aime bien merci.
Mais pour être vraiment sage , il faut avoir cotoyé la folie ou la mort!






Merci infiniment Didier et belle continuation!




























































































;







mercredi 3 juin 2020

LA MAGIE DU DESTIN
TOME 1
L'ELUE

MARITZA JAILLET

ROMAN FANTASTIQUE

386 PAGES EN NUMERIQUE
422 POUR LE BROCHE


DATE DE PREMIERE PARUTION
2013
SUR LA PLATEFORME D'AUTOEDITION  LULU

DATE DE SECONDE PARUTION  SUR AMAZON
MAI 2020


De mémoire de grimoire, je n'avais lu une telle histoire!
Un grimoire , un joli mot suranné où se mêlent la mémoire, le gribouillis et le flou de ses multiples interprétations.
Un mot encensé de sens dont il faut accepter le mystère et dont les perceptions sont les meilleurs déguisements, sous peine de rien y voir faute de contrastes.
Manches à balais, abracadabras et divers gris gris n'ont qu'à bien se tenir!
Au pôle du maléfice, la magie d'une évidence!


L'origine et la religion des sorcières prennent vie sous l'Antiquité.
A cette époque, la sorcière est une sorte de femme chamane et paienne qui vit en osmose avec la nature.
Précisément, entre religion et magie se crée une frontière très délicate que l'on appréhende pas aisément.
Aucun lien visible pour nous faire douter du réel et pourtant ..
Des choses sacrées gisent au fond de leurs mémoires , elles sont aussi haies que fascinantes.
La magie est puissante et toxique.
Leurs intentions, impies et criminelles.

On se souvient bien sûr
De la méchante sorcière de l'Ouest dans le magicien d'Oz
De la sorcière blanche dans les Chroniques de Narnia
Ou encore de Bellatrix Lestrange dans Harry Potter


Mais l'histoire que je vais vous raconter serait plutôt ..
Un conte de faits..sanglants et d'une sorcière aux doigts de fée !

Je surgis de ce morceau de temps coincée entre l'enchantement et la hideur de certains passages.
Une opacité, des reflets , des visions, des silhouettes hantent encore l'ombre de ma lecture...

C'est le deuxième roman de Maritza Jaillet que je lis après
"RATTRAPE MOI"
Une romance dystopique parue aux éditions Livresque.
Maritza Jaillet est une auteure hybride , des maisons d'éditions à l'auto publication rien ne lui résiste!
Elle excelle dans les domaines de l'imaginaire, du fantastique et de la dystopie.

Elle est par ailleurs chroniqueuse vidéos et mène de main de maître sa célèbre chaine You Tube
TATA NEXUA  où elle prodigue chaque semaine ses précieux conseils d'écriture chers aux auteurs.

Son enthousiasme insurrectionnel et son énergie intarissable sont les ferments de son imagination et de sa réussite.
Un aspect très "populaire" a fait d'elle une autrice et une you tubeuse appréciée et influente.


MON RESUME

Dans le village de Mallistus, perché dans le royaume de Gjorn et gouverné par le terrible roi Magean règne un véritable esclavage féminin.
Les femmes sont asservies, assujetties aux caprices monstrueux et violents de la gente masculine.
Aucune sévice ne leur ai épargné.
L'obéissance est la seule liberté prescrite.
Un peuple aigre, orgueilleux aux pulsions brutes et malsaines trouble la moindre parcelle d'oxygène vivable dans ce village.
Les femmes ne sont plus que les ombres d'elles mêmes , leurs corps sont efflanqués par les mauvais traitements, elles crèvent de faim...
Tout juste "bonnes" à reproduire , leurs ébats s'accompagnent d'une rare et inavouable violence.
Et si par malheur, la descendance n'est pas masculine, le pire les guette..
Dans un même temps, le roi lance une chasse à la sorcellerie en recrudescence dans le royaume.
Une traque infernale et incessante s'abat sur le village et ses alentours.
Des guerres s'enclenchent également pour l'acquisition de territoires entre les différents royaumes de
Maliric , des Morguiens et Gjorn.
Dans ce même village , vit Maria une jeune fille de quatorze ans orpheline qui s'est immiscée dans un petit cercle d'amies très particulières...
Un peu dissidente elle va décider que le mariage serait son unique échappatoire..
Conditionnée depuis sa plus tendre enfance elle va faire fi des conseils de ses amies et s'apprête à vivre le pire..
Les  tribulations de sa pauvre destinée va nous entraîner dans un univers où se côtoient la sorcellerie , la violence mais pas seulement....
Cette histoire vous attends...
Lorsque vous lui aurez ouvert la porte, la magie sera partout..

Comme le dit très justement Maxime Chattam
"La magie existe, tout n'est qu'une question de perception"


UN TITRE

Un titre presque digne d'un conte de fées , qui nous ferait presque rêver..
Un peu en contradiction avec l'histoire à première vue et dans la première partie de la lecture.
Pourtant en lisant bien, en s'imprégnantt de la profondeur du récit et en particulier dans la deuxième partie , j'ai trouvé qu'il s'adaptait bien malgré tout et pour celui qui sait voir au delà , il est un beau message.


UNE COUVERTURE

A ressenti identique, j'ai aimé cette couverture.
Dès lors que l'on connait l'histoire chaque détail prend tout son sens..
La sensuelle chute de reins abrite un sacré secret..
Et cette rose ..un magnifique passage du livre.
Un fond noir contrastant avec cette lumière qui inonde ce corps..
Tout est pointilleusement pensé..




L'ATMOSPHERE DU LIVRE

 Ou plutôt devrais je dire les atmosphères...
Un contexte assez unique dans ce livre.
A la lecture , j'observe un cataclysme au niveau du ressenti de l'atmosphère.
L'atmosphére irrespirable de la première partie du livre où tout n'est que violence et misère fait place subtilement à l'élévation d'une sphère au dessus de toutes ces turpitudes terrestres.
Une espèce d'éther spirituel malgré l'obscur.


LES PERSONNAGES ET DESCRIPTIONS

On observe des personnages conditionnés déjà au sein de leur écriture.
Comme si ils avaient été interdits de tout aspects humain et psychologique .
Il n'existe pas de caractére précisément pour les personnages uniquement habités de pulsions et de bassesses, même les femmes sont cautionnaires de ces moeurs , beaucoup trop lobotomisées par les cerveaux masculins.
Dépourvues de tout jusq'au bout..
Puis un halo de lumière et d'espoir à travers Maria et Philippe , j' ai tellement aimé la beauté de ce qui est né entre eux...
Une intensité venant éclabousser de clarté un monde d'obscurantisme et d'ignorance.
Ce sont les protagonistes principaux de l'histoire et ils ont eu la chance d'être dotés d'émotions.

Les descriptifs sont succints et peu nombreux et même ceux  existants sont avalés par les rebondissements et les scènes marquantes du livre.
Ils n'ont pas vraiment de place dans ce contexte,seuls les descriptifs de certaines violences sont détaillés à l'extrême .
En contraste donc...


CE QUE J'AI AIME

Un univers atypique très captivant qui ferait une belle adaptation cinématographique et pourtant le fantastique n'est pas mon genre de prédilection.
Une imagination qui réveille les cellules cérébrales!
Dire que l'auteur a écrit cette histoire à douze ans m'a laissé perplexe ..
Comment peut on imaginer de telles scènes à cet âge?
J'ai aimé au delà du fantastique les nombreuses références aux lois des trois grandes religions monothéistes , certains préceptes  sont encore en vigueur de nos jours dans certains pays.
L'élan féministe propre à l'auteur mais je ne l'ai pas trouvé excessive , en juste mesure donc j'ai apprécié.
J'ai aussi bien reconnu la plume de Maritza Jaillet et sa griffe quelque peu intemporelle du coup!
Une fin inattendue en belle ouverture


CE QUE J'AI MOINS AIME

J'ai trouvé que les intrigues étaient trop prévisibles ce qui a gangréné un peu l'effet suspens..
Je n'ai pas été surprise par la continuité de l'histoire que j'avais anticipé .
Quelque passages un peu longs et rébarbatifs en milieu de lecture.
Un style un peu fragile par endroits.




PASSAGES FAVORIS

J' ai volontairement choisi un passage de scène un peu violente qui loin d'être un spoil est une vraie invitation à lire la force de plume de l'auteur...de toute manière vous serez toujours loin de la réalité.

Ce passage est le noir vestige d'une nuit de noce

"Quand l'aube se leva , Maria était allongée sur le sol.
Elle ne bougeait pas et sa respiration était très faible.
Les gardes décidèrent de la jeter dans la fosse , la croyant morte.
Elle se réveilla quelques heures plus tard .
Elle pleura et se recroquevilla .
Elle souffrait .
Des douleurs dans chaque membre .
Tout son corps était écorché , une partie brûlée , lacérée..
Elle avait mal au ventre , ses cuisses demeuraient collantes et ses genoux tremblaient."



Un beau passage ..
"Elle trembla . Les yeux de Philippe brillèrent mais ses pupilles ne se dilatèrent pas .
Pour la première fois , lui, l'homme gâté , arrogant et sûr de lui se retrouvait face à un dilemme.
Une personne inaccessible qui devait lui appartenir ; mais qu'il ne devait pas soumettre.
Il avait envie de pleurer .
Il se sentait complètement désarmé"


Ainsi s'achève ma chronique de
LA MAGIE DU DESTIN

N'oublions jamais que là où il il y a une femme , il y a de la magie...
Et que quand on croise son destin, le respect s'impose...



















"




 












..










  INTERVIEW D'AUTEUR FOISE COSSON POUR  SON ROMAN  IN EXECELSIS AUX EDITIONS ENCRE ROUGE Après la lecture de son roman , que j'avais...