mercredi 3 juin 2020

LA MAGIE DU DESTIN
TOME 1
L'ELUE

MARITZA JAILLET

ROMAN FANTASTIQUE

386 PAGES EN NUMERIQUE
422 POUR LE BROCHE


DATE DE PREMIERE PARUTION
2013
SUR LA PLATEFORME D'AUTOEDITION  LULU

DATE DE SECONDE PARUTION  SUR AMAZON
MAI 2020


De mémoire de grimoire, je n'avais lu une telle histoire!
Un grimoire , un joli mot suranné où se mêlent la mémoire, le gribouillis et le flou de ses multiples interprétations.
Un mot encensé de sens dont il faut accepter le mystère et dont les perceptions sont les meilleurs déguisements, sous peine de rien y voir faute de contrastes.
Manches à balais, abracadabras et divers gris gris n'ont qu'à bien se tenir!
Au pôle du maléfice, la magie d'une évidence!


L'origine et la religion des sorcières prennent vie sous l'Antiquité.
A cette époque, la sorcière est une sorte de femme chamane et paienne qui vit en osmose avec la nature.
Précisément, entre religion et magie se crée une frontière très délicate que l'on appréhende pas aisément.
Aucun lien visible pour nous faire douter du réel et pourtant ..
Des choses sacrées gisent au fond de leurs mémoires , elles sont aussi haies que fascinantes.
La magie est puissante et toxique.
Leurs intentions, impies et criminelles.

On se souvient bien sûr
De la méchante sorcière de l'Ouest dans le magicien d'Oz
De la sorcière blanche dans les Chroniques de Narnia
Ou encore de Bellatrix Lestrange dans Harry Potter


Mais l'histoire que je vais vous raconter serait plutôt ..
Un conte de faits..sanglants et d'une sorcière aux doigts de fée !

Je surgis de ce morceau de temps coincée entre l'enchantement et la hideur de certains passages.
Une opacité, des reflets , des visions, des silhouettes hantent encore l'ombre de ma lecture...

C'est le deuxième roman de Maritza Jaillet que je lis après
"RATTRAPE MOI"
Une romance dystopique parue aux éditions Livresque.
Maritza Jaillet est une auteure hybride , des maisons d'éditions à l'auto publication rien ne lui résiste!
Elle excelle dans les domaines de l'imaginaire, du fantastique et de la dystopie.

Elle est par ailleurs chroniqueuse vidéos et mène de main de maître sa célèbre chaine You Tube
TATA NEXUA  où elle prodigue chaque semaine ses précieux conseils d'écriture chers aux auteurs.

Son enthousiasme insurrectionnel et son énergie intarissable sont les ferments de son imagination et de sa réussite.
Un aspect très "populaire" a fait d'elle une autrice et une you tubeuse appréciée et influente.


MON RESUME

Dans le village de Mallistus, perché dans le royaume de Gjorn et gouverné par le terrible roi Magean règne un véritable esclavage féminin.
Les femmes sont asservies, assujetties aux caprices monstrueux et violents de la gente masculine.
Aucune sévice ne leur ai épargné.
L'obéissance est la seule liberté prescrite.
Un peuple aigre, orgueilleux aux pulsions brutes et malsaines trouble la moindre parcelle d'oxygène vivable dans ce village.
Les femmes ne sont plus que les ombres d'elles mêmes , leurs corps sont efflanqués par les mauvais traitements, elles crèvent de faim...
Tout juste "bonnes" à reproduire , leurs ébats s'accompagnent d'une rare et inavouable violence.
Et si par malheur, la descendance n'est pas masculine, le pire les guette..
Dans un même temps, le roi lance une chasse à la sorcellerie en recrudescence dans le royaume.
Une traque infernale et incessante s'abat sur le village et ses alentours.
Des guerres s'enclenchent également pour l'acquisition de territoires entre les différents royaumes de
Maliric , des Morguiens et Gjorn.
Dans ce même village , vit Maria une jeune fille de quatorze ans orpheline qui s'est immiscée dans un petit cercle d'amies très particulières...
Un peu dissidente elle va décider que le mariage serait son unique échappatoire..
Conditionnée depuis sa plus tendre enfance elle va faire fi des conseils de ses amies et s'apprête à vivre le pire..
Les  tribulations de sa pauvre destinée va nous entraîner dans un univers où se côtoient la sorcellerie , la violence mais pas seulement....
Cette histoire vous attends...
Lorsque vous lui aurez ouvert la porte, la magie sera partout..

Comme le dit très justement Maxime Chattam
"La magie existe, tout n'est qu'une question de perception"


UN TITRE

Un titre presque digne d'un conte de fées , qui nous ferait presque rêver..
Un peu en contradiction avec l'histoire à première vue et dans la première partie de la lecture.
Pourtant en lisant bien, en s'imprégnantt de la profondeur du récit et en particulier dans la deuxième partie , j'ai trouvé qu'il s'adaptait bien malgré tout et pour celui qui sait voir au delà , il est un beau message.


UNE COUVERTURE

A ressenti identique, j'ai aimé cette couverture.
Dès lors que l'on connait l'histoire chaque détail prend tout son sens..
La sensuelle chute de reins abrite un sacré secret..
Et cette rose ..un magnifique passage du livre.
Un fond noir contrastant avec cette lumière qui inonde ce corps..
Tout est pointilleusement pensé..




L'ATMOSPHERE DU LIVRE

 Ou plutôt devrais je dire les atmosphères...
Un contexte assez unique dans ce livre.
A la lecture , j'observe un cataclysme au niveau du ressenti de l'atmosphère.
L'atmosphére irrespirable de la première partie du livre où tout n'est que violence et misère fait place subtilement à l'élévation d'une sphère au dessus de toutes ces turpitudes terrestres.
Une espèce d'éther spirituel malgré l'obscur.


LES PERSONNAGES ET DESCRIPTIONS

On observe des personnages conditionnés déjà au sein de leur écriture.
Comme si ils avaient été interdits de tout aspects humain et psychologique .
Il n'existe pas de caractére précisément pour les personnages uniquement habités de pulsions et de bassesses, même les femmes sont cautionnaires de ces moeurs , beaucoup trop lobotomisées par les cerveaux masculins.
Dépourvues de tout jusq'au bout..
Puis un halo de lumière et d'espoir à travers Maria et Philippe , j' ai tellement aimé la beauté de ce qui est né entre eux...
Une intensité venant éclabousser de clarté un monde d'obscurantisme et d'ignorance.
Ce sont les protagonistes principaux de l'histoire et ils ont eu la chance d'être dotés d'émotions.

Les descriptifs sont succints et peu nombreux et même ceux  existants sont avalés par les rebondissements et les scènes marquantes du livre.
Ils n'ont pas vraiment de place dans ce contexte,seuls les descriptifs de certaines violences sont détaillés à l'extrême .
En contraste donc...


CE QUE J'AI AIME

Un univers atypique très captivant qui ferait une belle adaptation cinématographique et pourtant le fantastique n'est pas mon genre de prédilection.
Une imagination qui réveille les cellules cérébrales!
Dire que l'auteur a écrit cette histoire à douze ans m'a laissé perplexe ..
Comment peut on imaginer de telles scènes à cet âge?
J'ai aimé au delà du fantastique les nombreuses références aux lois des trois grandes religions monothéistes , certains préceptes  sont encore en vigueur de nos jours dans certains pays.
L'élan féministe propre à l'auteur mais je ne l'ai pas trouvé excessive , en juste mesure donc j'ai apprécié.
J'ai aussi bien reconnu la plume de Maritza Jaillet et sa griffe quelque peu intemporelle du coup!
Une fin inattendue en belle ouverture


CE QUE J'AI MOINS AIME

J'ai trouvé que les intrigues étaient trop prévisibles ce qui a gangréné un peu l'effet suspens..
Je n'ai pas été surprise par la continuité de l'histoire que j'avais anticipé .
Quelque passages un peu longs et rébarbatifs en milieu de lecture.
Un style un peu fragile par endroits.




PASSAGES FAVORIS

J' ai volontairement choisi un passage de scène un peu violente qui loin d'être un spoil est une vraie invitation à lire la force de plume de l'auteur...de toute manière vous serez toujours loin de la réalité.

Ce passage est le noir vestige d'une nuit de noce

"Quand l'aube se leva , Maria était allongée sur le sol.
Elle ne bougeait pas et sa respiration était très faible.
Les gardes décidèrent de la jeter dans la fosse , la croyant morte.
Elle se réveilla quelques heures plus tard .
Elle pleura et se recroquevilla .
Elle souffrait .
Des douleurs dans chaque membre .
Tout son corps était écorché , une partie brûlée , lacérée..
Elle avait mal au ventre , ses cuisses demeuraient collantes et ses genoux tremblaient."



Un beau passage ..
"Elle trembla . Les yeux de Philippe brillèrent mais ses pupilles ne se dilatèrent pas .
Pour la première fois , lui, l'homme gâté , arrogant et sûr de lui se retrouvait face à un dilemme.
Une personne inaccessible qui devait lui appartenir ; mais qu'il ne devait pas soumettre.
Il avait envie de pleurer .
Il se sentait complètement désarmé"


Ainsi s'achève ma chronique de
LA MAGIE DU DESTIN

N'oublions jamais que là où il il y a une femme , il y a de la magie...
Et que quand on croise son destin, le respect s'impose...



















"




 












..










2 commentaires:

  1. OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ♥♥♥♥♥ !MERCIIIIIIIIIII ♥.♥
    Alors voui, on voit "certaines" choses plus jeunes disons quand on traîne dans les dossiers de ces parents qui oeuvrent pour la justice... x'D. Merci beaucoup, tu fais des chroniques excellentes, objectives et détaillées à un point que j'adore ♥.♥ ! Merciii beaucoup !

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi pour ta confiance...ah..je comprends mieux..😉😉😘

    RépondreSupprimer

REPLIQUES STEPHAN CAILLETEAU ROMAN 226 PAGES AUX EDITIONS ST HONORE Le temps d'une vie.... On le porte dans sa chair et da...