dimanche 14 juin 2020

SARAH  POULAIN

BELLE DE VIE

ROMAN D'AUTOFICTION

86 PAGES

EDITIONS EX AEQUO

PREFACE DE JEAN -ROTTIER

DIRECTEUR DE LA COLLECTION BLANCHE
DES EDITIONS EX AEQUO

De ce roman , il dira:
Dans l'atmosphère fluorescente d'une Beat Génération à la française, d'un"Bonjour Tristesse "ou d'un "Vernon Subutex"revisités , nous déambulons au sein d'une bourgade normande métamorphosée en terre d'exil , entendons un cri de liberté , des spasmes de jouissances , un appel au secours et pénétrons les secrets de l'insolence par les chemins éclairés d'une belle écriture solitaire..
Lame vengeresse , larmes de détresse ...
Ce récit écrit à l'encre des veines est bouleversant.




Il y a un âge pour se raconter.
Dans l'entrelacement chaotique des premiers émois torturés de l'adolescence, l'enfance qui disparaît subrepticement mais dont le coeur est encore sculpté de ses contours fragiles et de ses incertitudes.
Dans l'insouciance de l'avenir, la jouissance du moment , vite attraper et retenir les mots avant que les idées ne s'envolent..
Avant que les sens en immersion ne soient excisés par le temps..
Avant que les ressentis, les émotions ne soient plus que la valse lente des souvenirs..


Les pages se sont tournées dans une sincérité renversée, renversante.
Sans manoeuvre, sans duplicité , les pages se sont tournées dans le vertige insensé des grimaces de mon propre passé .
J' ai désamorcé , une à une, toutes les bombes à retardement échouées négligemment depuis tellement longtemps.
Je les ai laissé imploser en moi comme un feu d'artifice, élancée vers le haut, j'ai recollé les morceaux.
Dans l'immensité biaisée et scalpée des chocs ensevelis, j'ai enfin compris tout ce que j'avais berné depuis bien des années.
Vous savez quand cette vie d'adulte n'a laissé qu'un fossé infranchissable d'illusions traumatisées, de rêves avortés , d'un ciel étriqué.

A travers cette lecture, j'ai basculé de l'autre côté de la vie, à l'âge de vérité.
A cette fureur de vivre , à ces envies de le dire, à cette âme chahutée , retroussée dans laquelle je viens hurler sous le drap ourlé de mes larmes ..
Tout me désarme , pour mon plus grand bonheur.
Et ce miroir auquel je me colle , que je crible de regards en espérant me débarrasser de cette jeunesse estropiée par trop de lucidité.
A nos turbulences, à la force de ce quel'on pense, aux rebellions inassouvies , à la virulence que l'on pose sur chaque conviction à cet âge .
A nos rages tout simplement...
Tordre les règles, tout détruire pour tout reconstruire.


Ainsi, je me suis posée , comme la foudre un soir d'orage dans l'univers si étrangement familier de Sarah Poulain.
Qui est Sarah Poulain?
Je la découvre au détour de mes poèmes , à travers ses lectures fidèles et cette sensibilité que je lui prête instantanément;
J' ai très envie d'aller vers elle , mon instinct m'interpelle.
Ce qu'elle dégage est sans appel...

Sarah Poulain est une travailleuse sociale .
Les combats , les injustices de la société , elle les connait , elle les entends.
La détresse , la misère , elle en fait son affaire..
Femme solaire, généreuse, elle éparpille ses rayons puissants sur tout les oubliés de la vie.
Mais elle est aussi convaincue que la "guérison sociale" se fait par les mots les livres et a connaissance.
Elle crée en 2O10 , un café littéraire à Montagne -au-Perche , la ville qui la voit naître.
Malheureusement, la vie n'est pas un long fleuve tranquille et un jour elle voit son destin basculer dans la maladie.
Un double cancer contre lequel il va falloir lutter sans répit et qui "taguera" son corps à jamais.
Forte de tout , elle se bat et enraye cette indésirée trajectoire.
Elle reste belle et rebelle (deux fois belle)et sa personnalité engagée et authentique m'a totalement bouleversée.
Elle écrit deux livres

BELLE DE VIE
roman d'autofiction
Et
BORDERLINE
Un recueil de textes


RESUME


Je commence par cette citation
"Quand la vie ne tient qu'à un fil , c'est fou le prix du fil"
Daniel Pennac



Elle a 14 ans , 15 ans,16 ans puis 18 ans...
Son caractère fiche de la tachycardie , ses pulsions de vie tambourinent en moi comme si je l'avais dans la peau.
Désenchantée et borderline , promise dès son enfance à très peu de chance , elle va vivre dangereusement les quelques années d'adolescence qui vont la propulser vers sa révélation.
Famille éclatée par un drame , par le deuil , elle va tout vivre pour exulter, pour oublier.
Ses deux soupapes :
Les mots et le sexe
Elle brûle sa vie par les deux bouts à l'époque ou le Sida fait son apparition , elle nargue toutes les précautions..
Elle se donne , aime passionnément et sans réserve.
Elle dévore les livres, se cherche entre leurs lignes .
Mais sa souffrance vampirise chaque jour de sa vie, le souvenir ne veut pas se taire, elle voudrait fuir , ne plus ressentir, réécrire l'histoire, elle court après la sensation du moment en espérant qu'elle l'amène le plus loin possible.
Dans ses relents médusés , ses plaisirs usés , shootée par la chair et ses jouissances éphémères , elle ne sait pas encore que là où elle se trouve , c'est la porte d'entrée...
Ne s'appuyer sur rien , ne se fixer nul part pour comprendre que pour se trouver , il ne faut plus se mentir.



LA PLUME DE L'AUTEUR

Alerte coup de coeur!!
Une plume qui défie les mots, qui les cabossent , qui les essorent pour nous offrir ce nectar de vie .
Un style effectivement ressemblant à celui de Françoise Sagan dans "Bonjour Tristesse"
Il y a une vraie cadence , toute réflexion est proscrite au profit du ressenti.
Chaque mot donne l'envie d'un autre , aucune pause dans l'émotion.
Une plume qui extrait une poignée de lumière de chaque instant.
Fluidité, précision et force de frappe , tels en sont les points forts et dominants.


CE QUE J'AI AIME

L'utilisation de la première personne et du temps au présent que j'affectionne tout particulièrement pour sa proximité avec l'événement et pour son expression du réel.
Il propose ainsi une immersion instantanée dans l'univers de l'histoire.
On vit en simultané ce que l'on lit.

L'auteure a une capacité assez incroyable à retranscrire ses ressentis comme si ils étaient vécus à l'instant même.

La richesse et la précision du vocabulaire dans les descriptions des situations les plus déconcertantes.
Ce pouvoir qu'à cette plume d'extirper le beau...même là où il ne semble pas l'être.
La force du récit et l'impudeur touchante dont il fait preuve.

CE QUE J'AI MOINS AIME

Des phrases parfois trop longues essoufflant un peu la lecture.
Des paragraphes trop peu aérés et souvent étalés en longueur.
Livre trop court...forcément puisque j'ai aimé ..je ne sais pas trop ce que l'auteur aurait pu y rajouter mais j'en aurais volontiers lu davantage.



UN TITRE

Belle de Vie, un titre sur mesure , la vie dans tout ses états ,la vie en ivresse continuelle, est ce la vie qui la rend belle ou est ce que c'est elle qui rend belle la vie?



PASSAGES FAVORIS

"Dans la cour du lycée , il se forme des groupes et des couples "tous les garçons et les filles de mon âge savent bien ce que c'est d'être heureux , mais moi l'âme en peine" je deviens lectrice , écrivain , poétesse , communiste et séductrice .
Avec la force d'un bulldozer dont les chenilles écrasent l'hypocrisie , je broie toute relation qui ne vibre pas sincère ."

" J'ai eu un frère . Il est mort.
Personne n'est parvenu à en parler .
Nos gorges nouées , la larme toujours prête à sortir , nous sommes passés à autre chose pour survivre.
Ma mère est tombée amoureuse de l'ambulancier , mon père s'est rapprochée de la cantinière et moi j'ai commencé à séduire les garçons.
Chacun s'est affairé à tomber amoureux , c'était ça ou mourir avec lui et il n'aurait pas voulu!"




Ainsi s'achève cette chronique qui a été écrite dans une vive émotion pour beaucoup de raisons.
La découverte de cette auteure est une vraie révélation et le début d'une belle amitié littéraire.
J'ose espérer avoir éveillé votre curiosité et je souhaite de tout coeur que votre lecture soit un moment unique comme l'a été le mien.

Merci Sarah...d'être ce que tu es tout simplement...


























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  JEAN CLAUDE MICHOT MARTHE,INSTITUTRICE  ET FILLE MERE ROMAN  AUTOEDITE INSPIRE D'UNE HISTOIRE VRAIE 199 PAGES On dirait un film... Oui...