lundi 28 septembre 2020

 JEAN CLAUDE MICHOT

MARTHE,INSTITUTRICE 

ET FILLE MERE

ROMAN  AUTOEDITE INSPIRE D'UNE HISTOIRE VRAIE

199 PAGES



On dirait un film...

Oui, c'est beau et triste comme un film en noir et blanc.

La vie bouge et s'agite comme les fourmillements de l'écran..

C''est émouvant et moi j'ai le coeur à cran .

C'est fort comme un vieux roman .

La page s'écrit, se tourne , le livre se referme en rêvant qu'il survivra peut être à d'autres vies.

En espérant qu'un jour ils comprendront, ils compatiront et que plus jamais ils ne jugeront.

Un vieux chagrin , un chant triste..

Limmédiateté d'une joie pure qui tombe dans une douleur obscure.

Une destinée qui a ricoché et dont personne n'a su, n'a pu s'en extirper.

Je suis malmenée , j'ai bourlingué dans cette fatalité qui enferme les destins.

Naivement, j'aurais tellement voulu ne plus entendre ces calomnies , ne plus croiser ces regards en biais , mauvais comme l'ignorance.

Un moi qui ne cesse de crier aux préjugés de nos sociétés passées , présentes et à venir..

Comment y remédier?

Fatalité? Destinée?

Esprits étriqués?

Ce qui a régné par le passé continue d'exister plus sournoisement comme si nous étions condamnés à répéter, à perpétuer ..

Sommes nous conditionnés à perpétuité?

Une lecture dans une époque éloignée dont je ne sais presque rien a remué mes viscères et j'ai bu toute cette misère gorge nouée et coeur serré.

J'aurais voulu pour une fois que cela se finisse bien ou mieux...

Mais non, passante deans cette tourmente j'ai été estampillée par une souffrance à la belle allure.

Le chemin était de toute façon , de mauvaise augure.

Des éclaircies fugaces, des jours sans audace, des heures qui passent..

Le temps qui menace et l'âme qui trépasse..

Le passé inaugure les souvenirs déliés et la mémoire dédiée.

C'est l'histoire d'un ciel cousu de mensonges .

D'un amour écorché que l'on a pas pu donner.

La punition d'une passion.

Le "lange" des mélanges qui se venge...


J' ai eu un peu de mal à organiser mes sensations et c'est ainsi que je découvre la plume de Jean Claude Michot ave ce roman qui a été le tout premier d'une longue liste

S'en sont suivis:

-La vengeance d'Aimé

-La veuve noire de Beaucharmant

-Les trois vies d'Albert

-Ce n'était pas toujours le Pérou

-Le noir destin de Valentine 

-Ma route des Indes

Et tout récemment

-Non de code; C19 

Son premier thriller!


L'HISTOIRE

Nous sommes dans les années vingt, "les années folles" enfin pas si folles que ça car les femmes n'étaient toujours pas invitées à s'émanciper.

Marthe est une jeune fille institutrice fraîchement diplômée et qui part enseigner loin de sa ville natale en Sologne.

C'est une jeune femme  à l'éducation solide , qui vit jusque là dans un cocon familial aimant et protecteur.

Marthe est indépendante et s'accoutume assez bien à ses nouvelles fonctions.

La vie coule paisiblement entre l'école et les retours toujours très appréciés chez ses parents.

Jusqu'à ce jour...

Le temps des amours, la fougue de la jeunesse , l'insouciance qui l'accompagne..

Elle fait la connaissance d'un charmant jeune homme plus âgé qu'elle , Olivier.

Econduite par la passion elle refuse tout d'abord ses avances puis finit par céder sans remords.

Une brève histoire qui marquera à jamais la sienne au fer rouge..

Ce qui devait arriver, arriva..

Marthe tombe enceinte et le courageux jeune homme préfère fuir ses responsabilités.

A cette époque le mal est grand et sans équivoque.

Olivier ne reviendra jamais sur ses paroles et Marthe décide de garder ce petit être qui grandit en elle.

Elle ne révélera rien à personne et encore mins à ses parents par peur de les décevoir.

Elle va passer neuf mois à dissimuler son corps et ses peurs de jeune fille sans expérience.

Elle doit garder ce poste d'institutrice à tout prix.

Marthe accouche dans l'anonymat en 1927 d'un petit garçon nommé Henri.

Ne pouvant s'en occuper comme il se doit elle le confiera à une nourrice et poursuivre comme si de rien n'était sa vie de jeune institutrice;

Le temps passe , les remords se vivent au quotidien , la douleur aussi mais elle continuera à se taire.

Puis il y a Rémy son ami d'enfance qui l'aime depuis très longtemps maintenant..

Et si elle pouvait sauver les apparences et reprendre son fils en acceptant de l'épouser?

C'est ce qu'elle fit, sans amour mais avec beaucoup d'espoir ..

Seulement rien ne se passera comme elle l'aura souhaité.

Marthe capitule, s'enlise dans la morosité , son coeur s'endurcit , elle comprend la portée de son choix un peu trop tard.

Henri grandit avec une place à prendre...

Saura t-elle lui donner ce qu'il recherche éperdument depuis si longtemps au moment voulu?

Rien n'est moins sûr..

Existent -ils des rendez vous manqués?

Les sentiment se mélangent, se perdent, on se perd à force d'espoirs avortés..


MON AVIS

Une histoire de famille à double fond, des secrets cachés qui refont surface , la trame narrative de l'auteur est vraiment bien menée.

La plume est poignante d'émotion et je dois bien avouer avoir versé quelque larmes devant une vie qui ne fait pas toujours dans la dentelle.

Le personnage de Marthe est à la fois attachant et d'un froid chirurgical surtout en fin de roman.

Le développement psychologique est très finement déroulé tout au long de l'histoire en parfaite cohésion avec l'enchaînement des évènements

Une intensité assez dramatique se noue tout au long de l'histoire..

Un roman qui interroge sur les conventions sociales aliénantes

Sur la difficulté d'être et de construire son existence en famille et dans la société.

Marthe est effrontée, sacrifiée, transgresse , se soumet.

Elle est l'image de la femme de son époque entre acceptation et espoir d'émancipation

J'ai été drôlement éclaboussée par les nébulosités de toutes les âmes qui ont traversé ce roman.

Jean Claude Michot a été le très juste conteur de cette histoire vraie

J'ai en .revanche vacillé sur une syntaxe un peu chancelante et des tournures de phrases incorrectes.

Un style trop saccadé par moments qui a dérangé un peu ma lecture;

Manque de fluidité assez souvent.

L'indulgence est de mise pour un premier roman...


PASSAGE QUE  J'AI AIME ET QUI EN DIT LONG

"Au printemps 1950 , elle reçoit un courrier de son fils lui annonçant son mariage.

Elle s'assied dans un fauteuil élimé  , la lettre pendant au bout des doigts .

Elle reste un moment sans réagir puis des larmes lui viennent aux yeux.

Elle s'imagine dans l'église à côté de lui , la voûte emplie de vibrations de bonheur .

Elle regarde la mariée , lui sourit , le coeur gonflé de joie .

Revenant à la réalité , elle se remémore maintenant la cérémonie qui a consacré son union avec Rémy .

Mariage de raison ou mariage d'amour , elle ne sait plus.

Le temps a balayé les certitudes , seuls les regrets toujours présents viennent accaparer ses pensées.

Rémy , lui continue sa vie , imperturbable aux aléas rencontrés sur sa route.

Marthe lui a parlé du mariage de son fils , il est resté muet , les yeux dans la vide .

Rien apparemment ne le touche , il vogue dans la vie comme un bateau porté par les vagues esquivant les récifs."


Un roman émouvant , écrit dans l'intimité d'un ressenti , dans la proximité d'une histoire .

On remet en questions nos évidences souvent versatiles.

Un livre hommage , un livre mémoire , un livre miroir...










 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  INTERVIEW D'AUTEUR FOISE COSSON POUR  SON ROMAN  IN EXECELSIS AUX EDITIONS ENCRE ROUGE Après la lecture de son roman , que j'avais...