mercredi 11 novembre 2020

 MARINE MOUZELARD

LE COMMISSAIRE CHASSEPIERRE

MEURTRE AU TOUQUET

254 PAGES

AUTOEDITION


Comme un besoin terrible et soudain de légèreté!

Par ces temps troublés, un accent mis à disposition de l'esprit pour mieux souffler, mieux expirer la morosité ambiante.

Une légèreté, cette force extrême qui a aussi son poids dans nos existences.

Envie d'une sonorité fraîche, drôle, enjouée où réfugier une humeur plombée par la rugosité des jours qui se suivent et qui malheureusement se ressemblent.

Fuir pendant une poignée d'heures , ls négations, les aberrations et les turpitudes de ce monde.

Rééquilibrer la balance de la vie..

Je ne lis pas souvent ce genre de roman, mais là, j'en avais envie...

Alors je me suis baladé en quête d'un auteur envoûteur d'humeur..

D'un genre littéraire pour me distraire...

Et quoi de plus en vogue que le célèbre " Feel Good"?

Très tendance en cette période de turbulences.

Non pas que j'en sois une fervente adepte mais j'avais envie de "mater " mes habitudes.

La voilà!

Marine Mouzelard , auteure belge autoéditée et pleine de panache!

Je fais l'inventaire de ces romans :

-La loi de Louise

-Les hommes ces enfoirés que l'on aime quand même

-Quand les grenouilles auront des cheveux

Et

-Le commissaire Chassepierre

Meurtre au Touquet

Résumé sous le nez, j'ai mon livre!

Un feel good polar!

Ca pouvait paraître contradictoire, original...

Une histoire à déguster , les pieds en éventail , la main décorée d'un beau cocktail coloré et acidulé.

Un contour de verre habillé de sucre en bordure de mer qui scintillerait comme l'ingéniosité des idées.

Une enquête où chaque mot ficelle l'énigme et où je pourrais me transformer en Jessika Fletcher dans Arabesque!

Confortablement lovée sur une plage du Touquet , bouquin en main , me voilà accostée d'une ribambelle de personnages et d'un brouhaha sans pareil!

C'est bien ma veine !

Bref, je vais vous raconter puisque vous êtes là!


RESUME

"Tapie dans l'ombre , les mains serrant une lampe torche éteinte , une silhouette s'inquiète.

Viendra -t-elle?

Sans en avoir la certitude , les yeux rivés sur la passerelle métallique joignant le spa de l'hôtel au couloir de la réception , la température de son corps augmente."


Ce soir là, à 23 heures tapantes au bord d'une piscine , une certaine Claudine Gribaumont alias Dona Claudia foule le sol de ses derniers pas.

Dans son entourage sournois , tous sont suspects potentiels , il faut dire que la Dame n'était guère appréciée , hautaine, vénale et méprisante , elle avait parfaitement su s'attirer, l'antipathie, la jalousie et les foudres de son proche entourage.

Mais qui avait eu cette idée folle?

Son mari , Hervé Gribaumont?

Certes le mariage est loin d'être au beau fixe mais ce n'est pas nouveau.

Les soeurs Marie Pierre et Françoise Chaumontel avec qui elle liait une amitié tissée d'hypocrisie?

La femme d ménage qu'elle avait sermonné sans vergogne le matin même?

Vanessa Bonnet qui lui avait chipé la vedette depuis dèjà belle lurette et qui en avait un peu sa claque d'être toujours en arrière plan?

Le barman Guillaume Renard?

Le somptueux hôtel du Touquet est la scène d'un meurtre à élucider

Dans la foulée, on y retrouve Alice Chassepierre , commissaire de police, venue avec son mari pour recoller les restes d'un mariage qui n'en a que le nom!

Juste avant , une certaine Pauline Rossignol arrivait ruiner ses économies pour un séjour bien particulier.

La dame s'improvise écrivain de romans policiers et sa venue n'est pas anodine, Pauline est "brut de décoffrage", pas toujours toute seule aux étages, elle voit régulièrement un psy.

Par un heureux concours de circonstances ou pas, les deux femmes se voient contraintes de collaborer afin de mettre la main sur le meurtrier.

Totalement opposées de par leurs caractères et de par leurs façons d'appréhender les évènements l'enquête promet de riches rebondissements!


MON AVIS


L'AMBIANCE DU LIVRE

J'ai trouvé ce que j'étais venue chercher .

Une ambiance légère que même le meurtre ne vient pas altérer.

Une sorte de huis clos à la "Colombo" dans lequel on est immergé , en course effrénée , uniquement obnubilée par l'identité du meurtrier le tout distillé d'un bel humour.


LES PERSONNAGES

J'ai bien aimé l'ensemble des protagonistes.

Ils ont en effet tous un côté cliché et appuyé façon série policière.

Des caractères exagérés, un aspect très théâtral que j'ai bien apprécié.

Leur rôle dans l'énigme est très bien élaboré , suspect et innocent se côtoyant dans chacune des personnalités nous induisant assez souvent en erreur;

Une psychologie très survolée , ça ne m'a pas dérangé pour l'ensemble des personnages car c'était bien en phase ave le genre du roman, excepté pour Pauline Rossignol , je suis restée sur ma faim avec ce personnage qui était bien amorcé en début d'histoire mais très inachevé et en suspens au fil de la lecture.

J'attendais beaucoup de ce personnage clé , entre autres des éléments psychologiques plus recherchés , Pauline était un concentré d'intelligence instinctive , une mine d'infos à scruter et au final elle a été enterré et pas suffisamment mise en exergue ,"glouter" par des personnages moins intéressants.


L'INTRIGUE

L'intrigue ou les intrigues sont le point fort du roman.

Elles sont rondement menées et très bien imaginées.

L'auteur a su mettre une joyeuse pagaille dans nos petits cerveaux , un vrai remue méninges..

Une fin tout à fait inopinée et déconcertante.

Le coup de maître se trouve dans l'épilogue !

Génialement imaginé!


LA CONSTRUCTION DU ROMAN

Des chapitres très courts et haletants qui correspondent bien à la rythmique du récit

Quelques apartés énigmatiques , une sorte de monologue du meurtrier viennent clore certains chapitres.

Les dialogues sont vivants et entraînants.


LA PLUME DE L'AUTEUR

Je dirais en toute honnêteté que j'ai eu un peu de mal à m'immiscer dans le style de l'auteur en début de lecture, certaines tournures de phrases un peu "lourdes" et une écriture trop carrée et scolaire.

J'ai réussi par la suite à m'en imprégner grâce essentiellement à l'histoire captivante.

Sinon le vocabulaire est simple et accessible à tout public.

Une plume légère et l'ensemble est relativement lisse.

L'humour est aussi une importante plus value dans cette histoire.


PASSAGE

"Alice Chassepierre sourit en son for intérieur et profite de cet instant .

Ils sont tous affolés , se regardent les uns les autres sans savoir qui est le meurtrier , mais ils ont tous peur d'être accusés à tort .

Ils sont murs pour des révélations inattendues.

Elle avait toujours rêvé de jouer les Hercule ...Noirot

Tandis que les convives demeurent en silence , la commissaire se décide à mettre le feu aux poudres en orientant les soupçons sur quelqu'un.

Qui sera la bête noire?"


Voilà, l'histoire s'achève , mon cocktail est terminé , mes conclusions tirées , je quitte le Touquet pleine de la légèreté que j'étais venue chercher.

D'ailleurs l'auteure dédie ce roman à sa grand mère Marcelle Soyeur pour le magnifique week-end au Touquet qui lui a inspiré cette histoire.

Au revoir!

A votre tour de mener l'enquête!















.
















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  ALEXANDRE RABOR LE BLEU DES CAPRICORNES ROMANCE THRILLER 151 PAGES AUTOEDITION J'étais là, posée comme une horloge aux aiguilles bloqu...