samedi 11 janvier 2020

CHRONIQUE N 11

LE SPECTATEUR

VIRGINIE VANOS

GENRE: ROMAN FICTION

EDITIONS: EDILIVRE

NOMBRE DE PAGES: 148

DATE DE PARUTION: AVRIL 2015

MA NOTE 16/20


Virginie Vanos est une jeune auteure aux multiples talents.
Artiste accomplie , elle a successivement foulé les planches, zoomé derrière la caméra et en arrive donc tout naturellement à l'écriture.
Un roman d'humour, un autre biographique, un essai sociologique et ce roman fiction.
Un immense merci à elle pour ce service presse que j'ai accepte de suite après la lecture du synopsis.
La plume m'a conquise et c'est un bel euphémisme!


La passion amoureuse a depuis toujours éconduite la littérature
C'est au dix septième siècle qu'elle prend réellement son envol à travers des oeuvres très représentatives telles que:
Le rouge et le Noir de Stendhal
Madame de Bovary de Gustave Flaubert
La princesse de Clèves Mme La Fayette
Ou encore
Phèdre de Racine


Qu'est ce qu'une passion?
La passion est un état amoureux exagéré qui inhibe la raison  et engendre un état pulsionnel chez la personne voire obsessionnel.
Ou plus joliment dit
L'amour fou, l'opium du coeur, l'âme soeur!
Plus aucun régulateur dans cette grandeur héroique qu'est la passion!


"Les grandes passions sont des maladies sans espérance , ce qui pourrait les guérir les rend plus dangereuses encore"
Johann Wolfgang Goethe

UNE COUVERTURE
Remarquablement imaginée!
On y perçoit le visage flouté de notre protagoniste
Pourquoi?
Le miroitement troublé d'une étrange personnalité..
Je vous laisse le découvrir...

UN TITRE
Se faire le spectateur de sa vie...un lien qui s'établit comme un pont mystérieux...
Pourquoi?
Pour qui?
A vous de le lire....


MON SYNOPSIS
Axel est un jeune psychiatre très investi dans son travail qui mène une vie sans attrait capitonnée entre sa solitude , ses parents et quelque amis.
Une personnalité assez ascète , sans ornement  mais d'une grande sensibilité.
Jusqu'au jour ou un confrère lui confie un cas...
Alexandra Mars un reporter brillant mais à la personnalité complexe , paradoxale, remarquablement intelligente et manipulatrice mais effroyablement malheureuse .
Elle ne sait pas trop ce qu'elle attends de cette thérapie ni lui comment il peut l'aider.
Au fil des séances un lien étrange se tisse entre ces deux personnalités aux antipodes.
Ou plutôt devrais je dire , un énigmatique sentiment s'insinue progressivement d'Axel...
Comment le nommer?
Amour? Obsession?
Une transfert imaginaire?
Ou une première passion dévastatrice?
On assiste déconcerté et fébrile à la naissance de cette passion, à la faiblesse infinie de la raison, à l'échappement de soi et de la vie sociale..
Comment Axel va t'il faire face à ce déluge émotionnel, cet arrachement des sens?
Ce sentiment inconditionnel va t'il être réciproque?
Et quel en sera l'épilogue?

LES POINTS FORTS DE L'HISTOIRE
.Sans hésitation la dimension psychologique des protagonistes.
La vie psychique d'Axel et d'Alexandra sont omniprésentes et enveloppe l'intégralité de l'histoire.
L'auteure a eu l'art de nous asperger de termes puissants rendant l'histoire totalement addictive.
Un univers bien posé en huis clos qui nous concentre formidablement sur cette lecture.
Le contraste des personnalités est très bien démarqué mais sont ils vraiment si différents?

J'ai également apprécié tout le déroulement et le descriptif  de toute la thérapie mise en place par Axel.
Arrive t il vraiment à ses fins?

Une écriture bien pensée , griffante ,méticuleusement nuancée dans ses profondeurs!
Une plume fluide , qui laisse de beaux sillons dans les esprits.
Un vocabulaire simple et fort à la fois...

Mais le plus inattendu reste la chute !
Je n'avais rien envisagé concernant la fin tellement sous l'emprise présente de l'histoire
Et certainement pas cette chute!
Vous la découvrirez avec stupeur mais après réflexion elle s'inscrit tout à fait dans la logique de l'histoire!


LES BEMOLS
Il est vrai que j'ai été relativement séduite par ce livre néanmoins deux points m'ont un peu dérangé.
En premier lieu l'absence de prémices et de signes annonciateurs du chamboulement dans l'état psychologique d'Axel, on passe sans transition dans une passion que l'on a pas vu arriver.
J'aurais aimé davantage de glissement et plus de détails dans l'évolution de son état.
Le personnage d'Alexandra reste à certains moments peu exploité et ses confessions demeurent évasives et succintes.
Dommage car le potentiel était grand mais on reste dans l'interrogation et dans une vision très entaillée de sa réalité.

DEUXIEME POINT
Un livre un peu trop court pour moi , comme je l'ai dit précédemment  il y avait davantage à cultiver et à remuer.


UN PASSAGE QUE J'AI AIME
"Douleur...
Le mot était lâché.
Elle s'était imposé sournoisement à moi au cours des mois passés.
Je l'avais d'abord considéré comme une patiente ordinaire quoiqu'un peu étrange, puis comme un challenge à relever en tant que thérapeute et enfin , l'évidence me creva les yeux : elle était devenue mon miroir déformant ainsi qu'une belle et non moins cruelle obsession"


AU FINAL...
Une belle découverte aussi bien de l'auteure que du livre.
Un style identifiable et caractérisé , un esprit nouveau
Je pense fortement que ce style est en rapport étroit avec la personnalité de l'auteure.
Tout baigne dans l'intensité et je vais me pencher avec intérêt sur sa bibliographie.
Donc un roman que je vous conseille vivement !











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

REPLIQUES STEPHAN CAILLETEAU ROMAN 226 PAGES AUX EDITIONS ST HONORE Le temps d'une vie.... On le porte dans sa chair et da...