vendredi 9 octobre 2020

MARJORIE LEVASSEUR

NE LUI DIS PAS QU'IL ME MANQUE

 ROMAN  FICTION

312 PAGES

AUTOEDITION


Le manque...

Ce mot abstrait, puissant, envahissant parfois même terrifiant qui contient tout un monde d'angoisses, d'incertitudes et de questionnements.

Le manque, ce vide qui nous remplit et submerge toute tentative d'exister au présent.

Ce rail sinueux où l'on ose à peine poser son regard sans savoir ce qu'il y a juste devant et sans savoir ce qu'il y aura demain.

Une morsure qui susurre dans l'écho des jours et tracent autour des yeux le trait des nuits

Une éloge de faiblesse, un lien meurtri, un exil d'années écorchées , cabossées par ce tout petit mot.

Devant les grilles de la vie, coeur étranglé et sanglot noué , s'enfuir ou s'emparer de ce qui est perdu, inconnu , réveiller les vieilles encoches de l'âme?

Oui mais..

Demandez à un oiseau de s'envoler avec une aile

Demandez à quelqu'un de marcher sana avancer

Demandez à un fleur de grandir sans eau

A bien des égards , on peut vivre sans tout ça...

Mal, bancal, mais on peut.

Les êtres comme les arbres ont besoin de racines solidement ancrées pour défier toutes les intempéries de la vie.

Ranger le désordre , pouvoir s'observer , nettoyer le passé , ne pas avancer masqué 

Prendre son courge à deux mains pour demain...

Comme le dit Soren Kierkegaard:

"La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé."

Autre bizarrerie de la vie, comment se fait il que ce qui nous est inconnu arrive à nous manquer?

S'ajoutent alors à nos propres réflexions, nos introspections le reflet pas toujours bienveillant d'une société aux modèles bien définis et inviolables auxquels il est souvent difficile de s'affranchir.

A quoi le manque nous renvoie-t-il exactement?

A ce que l'on est?

A ce que l'on est pas?

A  une positivité malgré tout?


La recherche de soi , le manque ont été les fils d'Ariane de cette jolie lecture de Marjorie Levasseur dont je découvre pour la première fois l'univers et la plume.

L'auteure en est déjà à neuf romans en une petite poignée d'années..

Parmi eux:

-Quoiqu'il nous en coûte

-Plus douce est la vengeance

-Te revoir à Penn Avel

-Ces oiseaux qu'on met en cage

Une inspiration qu'elle puise dans les choses de la vie..


L'HISTOIRE

L'histoire commence par cette belle citation

"L'important , ce n'est pas la destination mais le voyage"

Robert Louis Stevenson


Lou est une jeune fille à l'orée de ses dix huit ans avec une petite particularité , elle attend déjà un enfant.

A l'instar de sa maman Elise au même âge...l'histoire semble se répéter

Et même continuité , elles sont seules à l'avènement de ce grand événement.

Lou et Elise ont une relation fusionnelle mais Lou est bien plus déterminée que sa maman au même âge.

Forte d'une expérience quasi "héréditaire"elle s'est posée les bonnes questions aux bons moments.

Elle ne sait pas grand chose sur son père et sa mère n'est pas très loquace à ce sujet.

Elle a grandi avec une place à prendre..

Alors que la vie grandit en elle, elle peine à ressentir cette joie, cette future maternité..

Elle n'est encore qu'une enfant avec ses blessures béantes.

Les non dits compriment sa vie 

Pourquoi s'est il éclipsé?

Pourquoi n'a t-il pas voulu de moi?

Pourquoi ne s'est il jamais manifesté

Comment pourrais je devenir mère sans  réponses?

Un matin , Elise trouve  une lettre sur le lit de sa fille..

Commence alors un long périple vers la vérité .

Un ailleurs sur un chemin meilleur.

Et ce petit agneau en peluche qui est il?


MON AVIS

CONSTRUCTION DU ROMAN

Un roman drôlement bien construit avec des intrigues bien ficelées et bien préservées.

Des parties , des chapitres, de cette structure je ne suis pas une fervente adhérente , je trouve que les partie énoncées en général sont sans intérêt et entravent la fluidité des chapitres.

Tout ceci est bien personnel bien entendu.

Un histoire sous forme de road trip qui permet un beau huis clos entre les principaux protagonistes, c'est la partie la plus longue du roman et à juste titre puisqu'elle permet au lecteur de s'imprégner des psychologies et des histoires des personnages.

Fondamentale pour la bonne compréhension de l'histoire.

Un scénario bien imaginé , une histoire qui roule c'est le cas de le dire!

Le récit à la première personne et au présent offre une belle proximité  de l'histoire pour les lecteurs.

Un lien direct , instantané que j'affectionne particulièrement.


LES PERSONNAGES

Ils sont vrais et attachants dans leurs dialogues et leurs monologues qui offrent une vraie transparence aux lecteurs.

Des personnages travaillés et ciselés d'une grande sensibilité avec des réactions bien réfléchies et justes.


UN TITRE...

Le titre est une petite phrase du roman à un moment bien précis , très émouvant d'ailleurs.

UNE COUVERTURE

Une couverture pleine de tendresse , colorée comme la vie et vous découvrirez le rôle capital de ce petit agneau en peluche.


LA PLUME DE L'AUTEUR

Une plume sensible avec pour vocation première l'émotion .

Fluidité , simplicité du vocabulaire, ce livre est tout public.

Un plume qui greffe les choses de la vies dans leurs plus infimes détails pour nous les retransmettre au plus vrai des ressentis.

Un roman doux et attachant


.PASSAGE"

"Parce que si j'ignore qui est mon père et pourquoi il m'a abandonné , alors je me sens totalement incapable d'être la mère qui lui faut ...C'est ...c'est ...comme si tout à coup je ne savais plus vraiment qui je suis.

Ma vie , c'est comme une chaise à trois pieds , elle est bancale tu vois?

Il lui manque quelque chose pour être stable , une cale ou un quatrième pied .Peut être que mon père pourra m'aider..."


Je vous conseille cette plume douce , exquise , où la vie s'immisce dans chaque interstice .






 











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  INTERVIEW D'AUTEUR FOISE COSSON POUR  SON ROMAN  IN EXECELSIS AUX EDITIONS ENCRE ROUGE Après la lecture de son roman , que j'avais...