mercredi 2 juin 2021

 GAELLE JOSSE

CE MATIN LA

ROMAN FICTIF

216 PAGES

EDITIONS NOIR ET BLANC


La vie, un rien l'anime, un rien la mine..

A l'aune de cette ambivalence, se trouve le juste rééquilibrage de la psychologie humaine, en éternelle oscillation.

Et je me  rappelle de cette citation de Virginia Woolf :

"Je voulais parler de la mort , mais la vie a fait irruption , comme d'habitude."

Est -il possible qu'une journée , à elle seule, résume toute une existence?

Un jour détonateur où l'on perds pieds, où l'on perds la notion du temps et de la réalité.

Un matin qui désintègre dans sa brutalité la puissance de vivre , qui convoque tout ce que l'on a entassé, entreposé pendant des années.

Il faut alors organiser un vide méninges, trier , ranger , jeter ces bagages trop pesants depuis bien longtemps.

Des énergies qui ne s'opposent plus , corps et âmes font l'unanimité pour s'immiscer, glisser dans les bas fonds du refoulé , du dénié .

Les excessives euphories, les excessives tristesses se rejoignent dans cette ascension fulgurante où la vie cède , où l'inconscient se défoule enfin.

Un drainage de tourments, d'évènements traumatiques s'agrippent comme le lierre grimpant sur un présent dégringolant.

A l'abandon, c'est le pouls de la vie qui file , c'est l'élan vital qui s'essouffle .

Le temps coagule , ronge, les murs tombent et c'est le détail anodin qui annonce le déclin.

Le burn out , la dépression pour la gente contemporaine , le spleen, la mélancolie, la bile noire pourles plus poètes.

Un choc émotionnel compliqué à situer , des repères effondrés , un dérèglement biochimique où peut être tout cela à la fois..

Quoiqu'il en soit , c'est l'intense désespoir, c'est l'espoir qui se tait..

Voilà l'épicentre du dernier roman de Gaelle Josse.

Et c'est avec ce même roman que je découvre sa plume.

Arrivée à l'écriture par la poésie , elle a depuis publié un bon nombre de romans aux multiples récompenses.

- Les heures silencieuses

-Nos vies désaccordées

-L'Ombre de nos nuits

-Une longue impatience

Gaelle Josse est diplômée en droit, en journalisme et en psychologie clinique.

Ce jour-là , j'étais juste partie regarder une exposition dans une grande librairie, quand mes yeux se sont posés sur ce titre, sur ce visage ..

"J'ai voulu écrire un livre qui soit comme une main posée sur l'épaule" dit-elle..

Elle a gentiment pris la mienne et depuis il m'en reste toujours quelque chose au bout des doigts.


Clara est une jeune femme dans l'air du temps, bien que légèrement rengaine et ritualisée dans son quotidien.

Un travail prenant dans une société de crédits, des parents un peu envahissants, quelques amis et Thomas l'élu de son coeur.

Tout est à sa place , rien ne déborde ..

Un des nombreux dimanches où elle déjeune chez ses parents, un bruit sourd s'échappe de la salle de bains, son père est au sol , inconscient..

Un choc, un silence s'installe , une image tatouée à jamais dans son esprit , ses souvenirs.

Un accident vasculaire cérébral dont il se remettra non sans séquelles.

Une poignée d'années plus tard, ce matin là, c'est une voiture qui ne démarre pas qui sera le point d'orgue à une longue descente aux enfers, une errance .

Tout s'écroule, plus l'envie , plus la force..

Des semaines, des mois s'écoulent où tous les actes simples de la vie quotidiennes deviennent phobies appréhensions et corvées.

Recluse, déconnectée , un événement va venir la repositionner dans sa vie..

"Désormais elle va vivre avec cette brûlure .

Avec du cramé , du carbonisé , du foudroyé , du consumé.

Court -circuit . Flammes. Cendres.

Ce feu là est celui des guerriers d'Attila , une terre brûlée.

Tristesse du bois noirci, tristesse d'une âme noircie"


Ce court roman est une ode à la vie , aux passerelles qu'il faut parfois franchir pour atterrir sur la bonne rive.

Revenir sur les traces du passé , de l'enfance , des traumatismes non soldés..

C'est une vie qui hurle en silence , le cri sourd de l'âme.

Avec des mots choisis , Gaelle Josse nous parle d'un sujet sensible et universel, la fragilité de nos vies.

Elle remonte toute une vie , sans tragédie , sans connotation pathétique.

Cette histoire ,c'est l'histoire de tout le monde, c'est la vie qui gronde et menace si souvent.

Là où tout commence, là ou tout finit.

Une hémorragie existentielle.

Les maintes tentatives pour se connaitre et enfin s'accepter.

Dans le fond, elle exécute peut-être un plan avec nos ambiguites , nos incohérences.

Pas à pas , elle nous prépare à cette lucidité qui précède les plus grands secrets .

Un style poétisé , puissant , éclairant..

Une écriture ample et rassurante comme une main sur notre épaule.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 ID Sousia est une artiste d'origine coréenne, diplômée de l'ENSA de Bourges. C'est en 2019 et en tant qu'autodidacte qu'...