lundi 13 février 2023

 ANNE-MARIE BOUGRET

L'HISTOIRE D'AMOUR D'ANNA B

223 PAGES

AUTOEDITION



"L'atmosphère soudain change du tout au tout . L'air devient plus dense . L'intensité plus réelle . La voix de Barbara s'élève , emplit l'espace. Anna commence en douceur, va puiser l'amour accumulé année après année chez la petite fille déchirée dans sa chair qui comme son père , a connu l'image du vide et du néant de l'abandon."


J'ai toujours pensé que notre façon d'aimer était une prolongation, une révélation de soi, un autre soi inconscient souvent fracassé par des années éjectées dans l'oubli infini. Très logiquement, on aime comme on voudrait être aimé ou on aime comme on peut.. L'amour, ce sentiment abrutissant qui fait baver les plumes, crier dans le noir , hurler de joie , ce mot sans définition aux mille interprétations , débordant, résistant . Ce gage que l'on croit éternel, on le poursuit, on lui survit , et il nous emporte dans son évidente trajectoire où tout finit inéluctablement. Cet étranger si familier qui dévêtit un à un les habits d'une mémoire pudique. Le chant profond d'une passion à double fond, une montée des eaux qui emporte les paisibles certitudes, qui cloue au sol et qui interrompt en plein vol. L'inconscient se désengourdit et finalement tout ne tient qu'à un fil, celui du mensonge que l'on se raconte. Une pointe au milieu du ventre, une pincée au coeur dans l'immobilité de tout les non-dits. Une histoire d'amour, oui c'est une histoire d'amour. De celle qui ne laisse plus guère le choix de se regarder en face. Une femme amoureuse qui va devoir s'affronter pour commencer  à vivre.

J'ai découvert Anne-Marie Bougret avec son roman auto-fictif , "Les souvenirs d'Anna B" où elle raconte son enfance , ce milieu familial qui a conditionné sa vie d'adultes. Ce roman m'a permis de mieux comprendre "L'histoire d'Anna B" , son caractère , son éducation et les réactions qui ont motivé les évènements. Néanmoins les deux romans peuvent tout à fait se lire indépendamment l'un de l'autre.

Un petit aparté sur l'auteure. Anne-Marie Bougret a dirigé pendant 22 ans une école de danse puis s'est réfugiée dans l'écriture. Un premier roman publié en autoédition en 2019 "Intrigue chez Virginia Woolf" scellera le début de cette toute nouvelle carrière.

Mais revenons à l'histoire.

Ce roman comme vous l'avez compris est auto-fictif et raconte une période mouvementée de la vie de l'auteure. Anna B est une femme indépendante, passionnée par son métier de professeur de danse. Elle est depuis quelques années déjà en couple avec Karim , un artiste de la coiffure. Un couple libre, à l'apparence solide et paisible. Une relation qui semble définitivement acquise. Mais les ruses  de la destinée en décideront autrement. Alors qu'ils décident d'acheter une maison , Anna va jeter son dévolu sur son notaire, plus âgé qu'elle et avec qui elle va vivre une histoire obsessionnelle, torturante mais terriblement nécessaire. Vous comprendrez pourquoi au fil de la lecture. Rien ne se vit pour rien. 

Anne -Marie Bougret nous livre avec sincérité et sans filtre son histoire d'amour , cette attraction fatale qui l'a mené au bout d'elle même. Un amour qui a tiré sur la zone encore intouchée de ses plus grandes blessures. Là où seule, elle n'aurait osé s'aventurer. Une histoire d'amour qui lui monte à la tête. Le personnage m'a parfois fais sourire, émue mais aussi  agacée dans cet élan à persister devant la mort annoncée de son histoire. Ce manque de confiance en elle, cette fragilité, cette peur de l'abandon , les séquelles de son éduction ficelle et enchaîne son histoire d'amour. Plus peur d'être quittée que de n'être plus aimée. La complexité d'aimer , elle connait et elle en parle si bien, si généreusement. C'est intime, violant  même si je n'ai pas vraiment reconnu l'amour , le vrai dans cette histoire., mais plutôt un transfert , un besoin d'amour inassouvi, une reconnaissance de la vie, une quête existentielle viscérale.







Un roman  qui questionne sur l'identité de l'amour et ses travers. Bien aimer commencera toujours par bien s'aimer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

  JEAN-CHRISTOPHE GRANGE LE JOUR DES CENDRES LE LIVRE DE POCHE 384 PAGES "La religion sans la conscience morale n'est qu'un cul...