vendredi 15 mai 2020

 ECRIRE SOUS INFLUENCE


Je vous présente un article sur un sujet qui longtemps m'a fasciné , particulièrement dans ma jeunesse où j'étais ivre de tout et en quête d'absolu dans les émotions et l'imagination.
Férue de poésie , j'étais à la recherche en ce temps là d'une certaine noirceur dans les mots, une folie décorée et des vertiges assourdissants.
De pensées séchées en ombres pressées, essorée par les années je revendique aujourd'hui une certaine sérénité...
C'est ainsi que tout naturellement , Les fleurs du Mal de Charles Baudelaire a trôné durant une éternité sur ma table de nuit.
J'ai vénéré son Spleen et ses bouffées délirantes.
Dans ma mémoire cryptée , les mots résonnent encore et l'enveloppe déchirée du passé n'a pas décharné le verbe.

Revenons en à l'écriture "sous influence"
Qu'est ce que cela signifie?

Au début du dix-neuvième siècle, on observe le début de l'écriture sous influence..
Des consommations massives de psychotropes, d'hallucinogènes, LSD et j'en passe viennent donner la rime et l'inspiration à un grand nombre d'écrivains et de poètes.


C'est alors la naissance
DES POETES MAUDITS

Expression à l'origine de Paul Verlaine.

Le poète maudit désigne un poète talentueux, souvent marginal et asocial mais surtout dangereux par sa prédisposition à l'autodestruction.
Grand consommateur de drogues ou d'alcool il exprime très souvent le fameux et récurrent courant de
L'ANGOISSE D'EXISTER

Il prône aussi l'errance , cette ligne infernale du plaisir et de la pathologie

Qui sont ces poètes maudits?

Verlaine, Rimbaud, Nerval, Edgar Allan Poe , Lautréamont et bien sûr Baudelaire

Le poètes maudits a eu une vie brève et une reconnaissance de son génie posthume.

Par la suite une nouvelle vague d'écrivains ont imité cette approche de l'écriture.
Ecrire sous emprise devenait inhérente au processus d'écriture.

Jean Paul Sartre, Alfred de Musset, Louis Stevenson (l'étrange cas du docteur Jekyll et Mr Hyde)
Alexandre Dumas dont voici la description d'une prise de hascisch dans le Comte de Monté Cristo

"Son corps semblait acquérir une légèreté immatérielle, son esprit s'éclaircissait de façon inouie , ses sens semblaient doubler leurs facultés."


Dans les auteurs plus contemporains, certains ont avoué avoir écrit sous emprise.

Ainsi, STEFEN KING toutes es oeuvres se situant entre 1978 et 1986 auraient été sous poudre blanche.(Simettière, le Fléau,la Tour Sombre)
Il paraît même qu 'il ne se souvient pas en avoir écris certaines!

KEN KESEY
Il a été avant d'être écrivain assistant psychiatrique dans un hôpital.
La "Machine à brouillard " a été renommée "Vol au dessus d'un nid de coucou"
Il l'a écrit imbibé de LSD;


L'époque Victorienne a ausi compté de nobreux adeptes.

CHARLES DICKENS
LEWIS CAROLL
Il faut bien reconnaître le petit penchant psychédélique de l'histoire! (sourire)

Il faut savoir qu'à cette époque ces substances  n'étaient pas prohibées et prescrites par le médecin.



Levier de création?
Puissance créative?
Ou
Anéantissement de la réflexion et de l'imagination?

Est ce que tout ces écrivains auraient écrit de la même façon et avec autant de génie sans ces substances modificatrices d'états de conscience?

Est ce une tromperie ou une éblouissante lucidité?

Est ce que la drogue amplifie et révèle un génie préexistant ?

Foule de questions qui resteront pour beaucoup dans la pénombre
La drogue , objet littéraire qui passe dans le corps pour resurgir dans l'imaginaire...
Faut il y croire?
Ou
Faut il les croire?

C'est un peu l'art des expériences..(sourire)

Et pour vous?

QUELLE EST LA VRAIE " HEROINE" DE LA LITT2RATURE,?

Certainement un acharnement sans modération au travail..(sourire)







!








.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  INTERVIEW D'AUTEUR FOISE COSSON POUR  SON ROMAN  IN EXECELSIS AUX EDITIONS ENCRE ROUGE Après la lecture de son roman , que j'avais...