mercredi 9 septembre 2020

LUCIE RENARD

BLEUE COMME TOI

ROMAN FICTION

191 PAGES 

AUTOEDITION

SORTIE LE 12 SEPTEMBRE



Bleu..

Bleu, comme un peu de leur ciel quand les gorgées de fiel deviennent miel.

Bleu, comme un bout de ciel entaillé par leurs âmes intoxiquées.

Bleus, comme leurs yeux , deux gouffres suintants confusément éclairés dans le pli timoré de leurs paupières.

Bleues, comme les ecchymoses tatouées d'une  vie rêvée trop fort.

Bleu , comme le paradis illusoire de leurs volutes bleutées.

Bleue, comme une plongée inconsciente..


Oui, certaines douleurs ne pleurent qu'à l'intérieur.

Elles se tapissent dans dans l'ombre , telles des bêtes traquées , elles attendent ce moment de curiosité où condamnées..il vaut mieux y aller .

Si elles ne mentent jamais , il existe mille subterfuges pour les berner.

Parfois salutaires, elles sont aussi souvent nos suaires.

Quand la douleur rejoint l'impuissance

Que faire?

S'éblouir de lumières aveuglantes, être seule au milieu des phares,  sous des projecteurs détracteurs de bonheur .

Des démarches chaloupées sur des âmes bancales, elles ravalent , le temps d'un défilé leurs larmes, leur mal..

Belles et rebelles , borderlines, leur complicité exclusive verrouillent les possibilités.

Eprouvées avec intensité, une bulle dangereuse vient épouser une réalité muette.

Fragilité, instabilité, hostilité, rivalité et ambition démesurée viennent moire dans le miroir sans pitié de la Mode.


Bienvenus dans le monde chic , falsifié où la gloire et les vêtement viennent habiller et interpréter nos réalités.

Bienvenus sur ce podium, au dernier roman de Lucie Renard.

C'est le deuxième livre que je lis de l'auteure après "Le train qui en cachait un autre"pour lequel j'avais eu un vrai coup de coeur.

En sera t-il de même pour ce nouveau roman?

Je la remercie chaleureusement de m'avoir proposé cette lecture en avant première.


RESUME

Nous sommes en plein coeur des années 90, Tam et Emilie sont deux mannequins brillantes , deux étoiles montantes .

Elles ont l'insolence de leur vingt ans , deux solitudes remplies d'amour.

Elles défilent, elles défient les regards , elles suscitent l'envie, excitent les jalousies.

Elles se shootent à toutes ces lumières figées , braquées sur elles , à l'adrénaline de la gloire , personne ne voit alors leurs désespoirs.

Allumées, allumeuses , elle vivent pour tous ces soirs massacrés par le peu d 'espoir qu'offrent leurs brèves victoires.

Elles "grillent " leurs vies, elles se saoulent , elles aguichent..

Certains diront que sont des "garces", des filles faciles, moi je dis que derrière toute exubérance se profile une réelle souffrance.

Brisées par leurs passés qui se ressemblent , elles entretiennent une relation fusionnelle , inconditionnelle presque charnelle.

Rien ne peut les séparer ces deux là!

Elles tombent ensemble, elles se relèvent ensemble.

Si l'une a mal, l'autre pleure..

Ni l'amour ni les projets d'avenir l'une sans l'autre n'auront de places dans leurs vies

Elles se suffisent à elles mêmes, elles se comblent , elles se comprennent.

Mais aussi près soient -elles l'une de l'autre , seront -elles capables à défaut de voir ce qui les remplit, de voir ce qui les vide?


MON AVIS

Lucie Renard nous entraîne de sa plume juste et sensible dans les coulisses du monde de la mode.

Elle zoome sur les relations impitoyables et parfois violentes entre les modèles.

Elles se déchirent , se raccommodent dans la plaidoirie de leurs habits.

Un monde qu'elle dépeint de façon lucide et sans paillettes.

La mode , un mot frivole, un monde "d'emballage"qui rime souvent avec ravages , carnages.

Un thème original que l'auteur a très bien exploité.

Les aspects psychologiques sont amenés avec beaucoup d'émotion et de pudeur.

Au delà des apparences , subtilement elle nous invite à lire en filigrane .

Les risques de ce monde 

L'uniformisation d'un système de pensées, l'habit comme reconnaissance sociale, une valeur sure, un mimétisme rassurant.

L'extrême pénibilité du métier, l'isolement en toile de fond.

Les impacts psychologiques dus à la comparaison et rivalité permanentes  avec les autres.

Le monde de la mode comme révélateur et accélérateur de douleurs préexistantes.

Une doublure en armure..


LES PERSONNAGES

Les deux protagonistes Tam et Emilie sont taillés dans l'humanité et une certaine cruauté , une dualité que l'auteur a très bien su mettre en exergue et essentielle à la véracité de leurs rôles.

Les psychologies sont assez bien définies mais je les ai trouvé un peu introverties, j'aurais apprécié qu'elles se dévoilent davantage , on reste souvent en surface et certaines étapes de leurs vies auraient méritées davantage d'éclairage.

J'aurais voulu en savoir plus pour m'y attacher davantage .

Le personnage de Tam m'a beaucoup remué , par la façon dont elle protège Emilie , tout ce qu'elle taira pour ne pas l'inquiéter avec ses turpitudes.

Il y a une vraie générosité chez Tam beaucoup moins palpable chez son amie.

Emilie est plus indifférente , plus secrète, plus incernable.

Mais la fusion des deux donne naissance à une relation très atypique et intense.


L'HISTOIRE

Comme je l'ai dit précédemment , le sujet est original car peu utilisé.

Certains thèmes sont de vrais avertissements, je ne vous les divulguerais pas au risque de trop en dévoiler mais je le conseille vivement aux jeunes adultes.

L'histoire a un cheminement prenant quoique assez prévisible.

On s'immerge avec facilité dans le récit.

Un bémol toutefois

Une série de scènes répétitives suscitent un peu de lassitude dans la lecture.

J'ai tout à fait saisi l'effet voulu par l'auteur à décrier un mode de vie routinier dans sa toxicité , dans leurs exutoires , j'ai néanmoins trouvé cela rébarbatif.


LA PLUME DE L'AUTEUR

J'ai bien retrouvé la plume exquise de Lucie Renard.

Cette facilité déconcertante avec laquelle elle amène les sujets sensibles.

Toujours dans une demi retenue qui je dois dire me convient très bien car elle me permet un bel espace d'imaginaire et d'interprétation.

L'écriture est fluide, pleine de douceur comme un beau cachemire.

Elle sait adoucir les peines comme une jolie laine.

Une plume plaisir, une surfileuse généreuse qui ne porte que l'essentiel dans ce monde de haute couture


J'allais oublier toute la fabuleuse playlist du livre

Des chansons bien triées s'adaptant à tous les moments forts du livre.

Superbe idée!


PASSAGE FAVORI

Assise dans le lit Emilie avait posé la tête de son amie sur ses cuisses.

Pendant qu'elles fumaient , elle lui caressait doucement le front, les tempes.

Quelques minutes plus tard , Emilie se coucha près de Tam .

Glissant dans le lit , elle enveloppa sa frêle compagne de ses bras , embrassa ses joues trempées de larmes , son front , ses paupières , son cou.

Elle lui chuchotait des mots d'apaisement , certains dénués de sens ou de contexte, n'ayant pour seul objectif que de produire une mélodie de paroles qui berçait la jeune femme .

Combien de minutes , d'heures s'écoulèrent ainsi?

Finalement les tremblements se calmèrent , la respiration de la jeune femme ralentit et elle finit par sombrer dans un sommeil lourd et sans rêve , bientôt rejointe par une Emilie exténuée."



Je ressors de la lecture avec un pincement au coeur , la dernière page a scellé l'épilogue du chaos d'une étoile..

Une histoire à découvrir , un sujet fort dont on ne ressort pas indemne.

Je n'ai pas eu le même coup de coeur que le précédent mais ta plume est une belle référence à mes yeux.

Encore merci pour cette lecture cadeau..









PASSAGE FAVORI










.






 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

  JEAN CLAUDE MICHOT MARTHE,INSTITUTRICE  ET FILLE MERE ROMAN  AUTOEDITE INSPIRE D'UNE HISTOIRE VRAIE 199 PAGES On dirait un film... Oui...