jeudi 24 mars 2022

 JULIE JEAN-BAPTISTE

CAPTIVE

THRILLER PSYCHOLOGIQUE SF

186 PAGES

AUTOEDITION


Chers lecteurs, je vous présente aujourd'hui une des lectures finalistes du prix des chroniqueurs AE que j'ai le plaisir de représenter en qualité de jury avec d'autres chroniqueuses.

Il s'agit  du tome 1 de Julie Jean-Baptiste , " Captive". Pour commencer , je souhaiterais dire que je ne suis pas très favorable à la présentation d'une oeuvre  à plusieurs tomes ou d'une saga dans un prix littéraire 

On demeure dans une expectative prudente , l'attente d'une suite , d'un dénouement  en forme de probabilités et d'espoirs qui porte atteinte au plein ressenti de la présente lecture. Il est important dans un prix de pouvoir prendre en considération chaque pan de l'histoire ainsi que sa chute. Des éléments d'ensemble qui permettent une analyse complète de l'oeuvre. Enfin, ceci est tout à fait personnel.

Cette lecture enrage ou domestique, captive ou épuise , et à mon grand regret , c'est assez épuisée et quelque peu blasée que j'ai achevé cette lecture. J'avoue que j'avais été très intriguée et enthousiasmée par le synopsis, la couverture et le titre. J' ai fermement cru que j'allais sombrer dans la noirceur et les affres de l'âme humaine. Mais il n'en fût rien . J'ai parcouru cette lecture avec pour seule béquille , l'envie de connaitre la suite, et la belle aptitude de l'auteure à nous tenir en haleine avec son oppressante et obsédante ambiance de fond. Le genre thriller est assez bien respecté , en revanche le "psychologique" est survolé , fondu , sans consistance, peut-être aussi parce que c'est un premier tome et que tout n'est pas encore à notre portée..

Je me suis faufilée dans un huis-clos de situations un peu trop multiples pour être claires , un mystère beaucoup trop entretenu , une violence déroutante et une intrigue introuvable. Un univers assez rébarbatif, avec des scènes trop répétitives ne présentant pas d'intérêt réel. 


L'HISTOIRE

"Elle" n'a pas de prénom , elle vit juste au rythme d'une routine effrénée , tout est scrupuleusement organisé , rangé sans aucune possibilité de fuite en avant. Elle ne sait plus qui elle est , elle est retenue depuis deux hivers dans ce grand et glacial appartement où seul son bourreau met les pieds ..

Un bourreau, un équilibre, un proche, elle a en lui une confiance ininterprétable , comme si lui seul pouvait savoir ce qui lui fallait pour rester en vie. Un puissant et étrange lien les unit , comme si ils avaient une intimité en commun. Un lien sensuel tout en retenue, ce besoin impérieux de la protéger, de la préserver. Mais de quoi? De qui?  Leur quotidien est composé de colère, de violences , de gestes de douceur , une tendre torpeur, quelque chose d'inarrêtable et de sans retour. 

Elle entend parfois des voix mais elle ne sait pas encore pourquoi.. 

Il sait qu'il peut la perdre mais il sait exactement comment la retenir. Un manège d'enfer , un casse tête, un échafaudage vers la vérité se profile peu à peu..

Je ne vous en dévoilerai pas davantage ..

 

 Un ressenti en demi-teinte me concernant malgré une plume rythmée et des intrigues assez délocalisées , une vraie curiosité s'installe au fur et à mesure de la lecture , le seul souci c'est qu'elle n'est absolument jamais satisfaite. J' ai eu l'impression que la captive , c'était moi!

Prisonnière d'une histoire où j'ai tourné en rond comme notre protagoniste. Pourtant , l'idée de fond est tout à fait bien imaginée mais ce manque de clarté a fini par me lasser . Des personnages en second plan dont on ne sait rien , un jeu de pouvoir malsain , une absence de conscience en permanence .

Une histoire que j'ai bien eu du mal à croire, à imaginer ou à projeter..

Assez abracadabrante et trop fouillis pour moi.

Mais si vous aimez les ambiances hermétiques, sombres et vaporeuses , sans aucune autre solution , ceci est pour vous..

J' ai néanmoins aimé le côté addictif que procure ce roman et aussi l'épilogue qui annonce l'ouverture du prochain tome..


PASSAGE

"Soudain, mon reflet se divise en plusieurs autres qui rient en coeur . J' examine chacun de ces reflets . Ces personnalités sont indépendantes de moi- même . J'ai beau me répéter que ce n'est qu'une illusion ,je me sens proche de chacune d'elle . Je desserre les liens qui me retiennent . Mes mains glissent facilement et je me penche en avant pour détacher mes pieds  Ma tête tourne , j'ai des sueurs froides .Je vis un cauchemar éveillé dans les limbes d'un esprit qui n'est pas le mien."



 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 STEPHAN CAILLETEAU LES AURORES POURPRES ROMAN INITIATIQUE 241 PAGES EDITION LA GRANDE VAGUE A nos impensables libertés, aux improbables opp...