samedi 2 avril 2022

 APOLLONIE SBRAGIA

LA DERNIERE MORSURE

POLAR

247 PAGES

AUTOEDITION


Chers lecteurs, je vous présente aujourd'hui ma seconde lecture du quatuor finaliste du prix des chroniqueurs AE. Il s'agit d'un polar , autant dire que je n'en lis que très peu , mon esprit critique n'en est guère aguerri. Un puzzle noir, noir au dehors, noir au dedans, une histoire à désespérer l'espoir. Un couvercle sur l'âme humaine , une souffrance béante qui ne peut plus poser ses yeux sur rien. Terrible trou noir , cave obscure,  vertiges assourdissants d'une descente aux enfers. Secousses de violence portées par des scènes lugubres qui dérèglent votre cerveau . Perceptions irrationnelles , visions nocturnes , émotions taillées au scalpel , course folle des années incinérées , d'un soleil enseveli, d'un ciel renversé .

"La dernière morsure" est le premier roman d'Apollonie Sbragia , et je dois avouer que pour un coup d'essai ce fût un coup de maître. Elle nous entraîne dans l'univers d'une mémoire cryptée, aux confins de la folie où les larmes sont de sang , où les chairs tremblent agonisantes sous la noirceur saturée de quelques âmes perverses et psychosées. Délire, démence , hystérie , tout est servi à déraison et au premier degré.

Essorée je fus par cette lecture! La plume de l'auteure a su activer l'angoisse profonde , l'esprit d'analyse , et des mécanismes d'hypervigilance. 

L'HISTOIRE

Un jeune garçon est assassiné, son corps est retrouvé dans d'étranges circonstances , mutilé et démembré.

C'est une affaire pour Alex et son acolyte Giancarlo mais aussi pour Malik , la dernière recrue. 

Une nouvelle disparition d'enfant , le compte à rebours est lancé pour retrouver au plus vite la jeune fille. Alex , précédemment traumatisée , hantée par une histoire dont elle ne peut revenir elle  va alors vivre les heures les plus terrifiantes de sa vie , l'enquête va alors se juxtaposer à ce passé qu'elle peine à exorciser et pour quelle finalité..

Un polar huilé de terreur, une immersion totale et épouvantable dans une intrigue qui ne laisse aucun répit . Dans ce carnage humain , les psychologies remontent en surface et vont verrouiller une à une toutes nos fragiles tentatives de percevoir la vérité. On est là, épuisés, vidés, proies impuissantes d'une réalité où la vie peine à circuler. On bascule dans la trappe infernale de l'horreur absolue.

Un polar palpitant, une plume déstabilisante . Une intrigue suffocante, troublante et soutenue. 

Des personnages agissants , des psychologies étudiées et développées surtout pour la protagoniste principale Alex, remarquablement réaliste , sous la sensibilité et la gravité de la plume de l'auteure.

Concernant les autres protagonistes on est moins dans la précision, c'est légèrement survolé..

La plume de l'auteure nous offre un visuel quasi constant des scènes , ce roman serait digne d'une adaptation cinématographique. Un terrible engrenage que cette histoire!

Une finalité en bouton d'extinction., une tension qui propulse..

Comment l'esprit humain est parfois sans limites , comment il archive l'insondable , comment il peut être paradoxal devant la brutalité de certains événements 

Pour la novice que je suis dans ce genre littéraire, je dois dire que j'ai lu ce roman d'une traite , suspendue par l'originalité et le suspens infaillible de l'histoire. A noter que le titre et la couverture sont autant d'éléments intrigants et accrocheurs.

Il mérite bien sa place dans le carré final, mais âmes sensibles s'abstenir..


PASSAGE

"Tu m'appartiens désormais et pour toujours . Cette marque est mon sceau , lui annonça t-il froidement du sang rouge dégoulinant de sa bouche . Alex bondit du lit en hurlant à la mort et se jeta à quatre pattes dans le coin de sa chambre où elle se recroquevilla . Elle se mit à gratter désespérément le mur pour s'échapper de la pièce. Mais elle avait beau gratter , elle n'y arrivait pas . Elle gratta frénétiquement , gratta encore..."










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 ALEXANDRE PAGE MANGAZEIA Roman poétique, historique 200 pages Autoédition "Le temps brise et disperse la réalité , ce qui reste devien...